share_book
Envoyer cet article par e-mail

Clément Marot

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Clément Marot

Clément Marot

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Clément Marot"

    Marot, poète de cour, admiré de François Ier, qui savait en vers brillants et drôles obtenir l'argent des princes et la faveur des dames. Marot, le bon vivant, que ses frasques ont conduit en prison et ses imprudences en exil. Cinq cents ans après sa naissance ses coq-à-l'âne nous renvoient encore l'écho de ce rire malicieux du XVIe siècle.Derrière la légende d'amuseur il y a l'homme. Dans les luttes qui déchirèrent la chrétienté de son temps, il opta pour le parti de la contestation. Protégé par Marguerite de Navarre, la soeur du roi, Marot choisit de combattre l'intolérance et lutta pour la liberté de pensée. Du coup, les théologiens de la Sorbonne le traquèrent toute sa vie. En 1542, au sommet de la gloire et des honneurs, il continua à militer pour une spiritualité rénovée: l' oiseau du ciel ", comme il se nommait lui-même, y gagna d'être banni définitivement.Marot léger et goguenard? Oui par son tour inimitable dans la satire. Mais celui qui se cachait sous cette apparente facilité fut aussi un grand novateur littéraire. Il adapta plusieurs genres poétiques, et notamment l'épigramme. Avant les Odes de Ronsard, sa traduction des Psaumes contient les premiers accents d'un grand lyrisme nouveau dans la langue française.Jean-Luc Déjean, ancien professeur de lettres, a produit de nombreuses émissions de télévision d'art et d'histoire. Il est l'auteur, entre autres, de Marguerite de Navarre (Fayard, 1987)."

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 439  pages
    • Dimensions :  3.4cmx15.2cmx22.8cm
    • Poids : 557.9g
    • Editeur :   Fayard Paru le
    • ISBN :  2213024642
    • EAN13 :  9782213024646
    • Classe Dewey :  841.3
    • Langue : Français

    D'autres livres de Jean-Luc Déjean

    Les lions de César

    Quitter l'armée et prendre une retraite bien méritée. Le centurion Lucius, "l'Enclume" et " Quatre-mains" ne rêvent que de cela ! Ces trois amis, centurions dans la fameuse Xe légion, vont enfin pouvoir goûter au repos. Jules César l'a promis ! Mais ce ne sera pas pour tout de suite... ...

    Histoires de la préhistoire

    De 500 000 à 3 000 ans avant notre ère, l'homme poursuit sa longue évolution. Des premiers voleurs de feu aux peintres chasseurs de Lascaux et aux bergers du néolithique moyen, un immense domaine de recherche est ouvert à la curiosité des savants, mais aussi à la réflexion imaginative. Le le...

    Les comtes de Toulouse, 1050-1250

    1096: Quand Raimond IV, ce grand oublié de l'Histoire", devient chef d'armée de la première croisade, il a déjà rassemblé autour de Toulouse une immense et riche province. Des Pyrénées au Rhône, ses descendants en défendront les frontières. Toute la France du sud de la Loire devra compter...

    Voir tous les livres de Jean-Luc Déjean

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Marot, poète de cour, admiré de François Ier, qui savait en vers brillants et drôles obtenir l'argent des princes et la faveur des dames. Marot, le bon vivant, que ses frasques ont conduit en prison et ses imprudences en exil. Cinq cents ans après sa naissance ses coq-à-l'âne nous renvoient encore l'écho de ce rire malicieux du XVIe siècle.Derrière la légende d'amuseur il y a l'homme. Dans les luttes qui déchirèrent la chrétienté de son temps, il opta pour le parti de la contestation. Protégé par Marguerite de Navarre, la soeur du roi, Marot choisit de combattre l'intolérance et lutta pour la liberté de pensée. Du coup, les théologiens de la Sorbonne le traquèrent toute sa vie. En 1542, au sommet de la gloire et des honneurs, il continua à militer pour une spiritualité rénovée: l' oiseau du ciel ", comme il se nommait lui-même, y gagna d'être banni définitivement.Marot léger et goguenard? Oui par son tour inimitable dans la satire. Mais celui qui se cachait sous cette apparente facilité fut aussi un grand novateur littéraire. Il adapta plusieurs genres poétiques, et notamment l'épigramme. Avant les Odes de Ronsard, sa traduction des Psaumes contient les premiers accents d'un grand lyrisme nouveau dans la langue française.Jean-Luc Déjean, ancien professeur de lettres, a produit de nombreuses émissions de télévision d'art et d'histoire. Il est l'auteur, entre autres, de Marguerite de Navarre (Fayard, 1987)."