share_book
Envoyer cet article par e-mail

Celestino avant l'aube

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Celestino avant l'aube

Celestino avant l'aube

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Celestino avant l'aube"

    " J'aime bien me promener la nuit quand il n'y a personne pour me voir. Oui, ça me plaît parce que je peux marcher à cloche-pied. Prendre mes aises à la cime d'un arbre et danser dessus, et faire des cabrioles. Et trente-six singeries, toutes différentes. Me rouler par terre et me remettre à courir, avant de me perdre dans le brouillard et entre les branches des hijillos qui restent encore debout. J'aime être tout seul et me mettre à chanter. Celestino s'est approché de moi et m'a demandé une gorgée d'eau. " Où la prendre ? Où ? " lui dis-je, et je lui montre mes mains vides. Mais, en vérité, c'est que j'ai très mauvaise mémoire et que je n'arrive jamais à bien apprendre une chanson. Mais ça n'a pas d'importance - j'en invente. Je préfère presque les inventer plutôt que de les apprendre par coeur. Ça y est, je suis en train d'en inventer une. " Celestino, le cousin du narrateur, s'est mis à écrire des poésies. Comme un fou, il écrit sans arrêt, partout, même sur les feuilles des arbres, même sous l'orage. Incompris des membres de sa famille, il s'entête malgré leurs cris et leurs menaces. Il ne sait rien faire que rêver et pleurer. Petit paysan cubain, il se dresse contre un monde qui essaie de le foudroyer. Voué à la douleur, à la mort - de faim, de tristesse, de solitude -, il transfigure le réel avec magie pour la défense de la liberté et de l'imagination. Celestino avant l'aube, publié à Cuba en 1967, constitue le premier volet d'une pentagonie, qui compte les romans : Le Palais des très blanches mouffettes, Encore une fois la mer, La couleur de l'été et L'Assaut.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 200  pages
    • Dimensions :  3.0cmx12.8cmx19.4cm
    • Poids : 322.1g
    • Editeur :   Fayard Paru le
    • Collection : Littérature semi-poche
    • ISBN :  2842057058
    • EAN13 :  9782842057053
    • Classe Dewey :  868.99
    • Langue : Français

    D'autres livres de Reinaldo Arenas

    Le monde hallucinant

    Anticonformiste radical, l'auteur a osé prendre tous les risques, et surtout résister au pouvoir castriste, se lançant dans une sexualité débridée, une création toujours en quête de beauté et de poésie, afin de toucher à la liberté absolue. Allant bien au-delà de la simple biographie et...

    La Colline de l'ange

    Deux spécialistes expliquent et analysent le secret de la peinture, et offrent deux points de vue différents. Les auteurs : Rose-Marie Hagen est née en Suisse et étudie l'histoire et la littérature à Lausanne. Rainer Hagen étudie la littérature et la science du théatre à Munich. Ensemble, ...

    Encore une fois la mer

    " Comment pouvoir témoigner de tout cela, comment pouvoir montrer, démontrer, à ceux qui vivent dans un État de droit, à ceux qui sont protégés par une tradition, à ceux qui savent ce qu'est la civilisation, qui peuvent se réclamer des lois, qui peuvent compter sur la logique de la raison s...

    L'assaut

    On pense à 1984 de George Orwell - et peut-être même trop - en lisant ce roman posthume de Reinaldo Arenas. Mi-bêtes, mi-hommes, les personnages de l'Assaut vont toujours plus loin dans la déshumanisation, dans la cruauté. Assaut verbal contre la dictature - celle de Cuba dont Arenas est l'une...

    Voir tous les livres de Reinaldo Arenas

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    " J'aime bien me promener la nuit quand il n'y a personne pour me voir. Oui, ça me plaît parce que je peux marcher à cloche-pied. Prendre mes aises à la cime d'un arbre et danser dessus, et faire des cabrioles. Et trente-six singeries, toutes différentes. Me rouler par terre et me remettre à courir, avant de me perdre dans le brouillard et entre les branches des hijillos qui restent encore debout. J'aime être tout seul et me mettre à chanter. Celestino s'est approché de moi et m'a demandé une gorgée d'eau. " Où la prendre ? Où ? " lui dis-je, et je lui montre mes mains vides. Mais, en vérité, c'est que j'ai très mauvaise mémoire et que je n'arrive jamais à bien apprendre une chanson. Mais ça n'a pas d'importance - j'en invente. Je préfère presque les inventer plutôt que de les apprendre par coeur. Ça y est, je suis en train d'en inventer une. " Celestino, le cousin du narrateur, s'est mis à écrire des poésies. Comme un fou, il écrit sans arrêt, partout, même sur les feuilles des arbres, même sous l'orage. Incompris des membres de sa famille, il s'entête malgré leurs cris et leurs menaces. Il ne sait rien faire que rêver et pleurer. Petit paysan cubain, il se dresse contre un monde qui essaie de le foudroyer. Voué à la douleur, à la mort - de faim, de tristesse, de solitude -, il transfigure le réel avec magie pour la défense de la liberté et de l'imagination. Celestino avant l'aube, publié à Cuba en 1967, constitue le premier volet d'une pentagonie, qui compte les romans : Le Palais des très blanches mouffettes, Encore une fois la mer, La couleur de l'été et L'Assaut.