share_book
Envoyer cet article par e-mail

THE NEW YORK TIMES + 3 DVD-ROMS - L'INTEGRALE DES UNES 1851 - 2009 - DVD OFFERT

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
THE NEW YORK TIMES + 3 DVD-ROMS - L'INTEGRALE DES UNES 1851 - 2009 - DVD OFFERT

THE NEW YORK TIMES + 3 DVD-ROMS - L'INTEGRALE DES UNES 1851 - 2009 - DVD OFFERT


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "THE NEW YORK TIMES + 3 DVD-ROMS - L'INTEGRALE DES UNES 1851 - 2009 - DVD OFFERT"

    Lire les "unes" du New York Times, c'est découvrir le monde à travers le premier des journaux du monde. Parce qu'il se veut " quotidien de référence " depuis 1896, le New York Times a les moyens de son ambition. La salle de rédaction emploie 1 200 personnes. A son réseau de correspondants aux Etats-Unis s'ajoutent vingt-six bureaux étrangers. Ses rotatives crachent chaque jour un million d'exemplaires et, le dimanche, un million et demi. Son site web attire vingt millions d'internautes par mois. Déterminé dès l'origine à se distinguer de la presse de caniveau, qui était alors la norme, le journal publie, selon sa devise de "une", " Toutes les nouvelles dignes d'être imprimées ". Cette couverture universelle (politique, diplomatie, arts, sciences, sports, mode...) et un style exempt de toute coloration idéologique ont fait du New York Times un modèle pour chacun des pays où la presse est libre. L'aventure commence avec Adoph Ochs, le fils d'un immigré juif de Bavière qui, obligé de travailler dès 14 ans dans une imprimerie du " Sud profond ", monte à New York pour y acheter un journal, le New York Times, qui est en train de mourir. Ochs se démarque de la concurrence en privilégiant d'austères articles factuels qui vaudront au journal le surnom de " Grey Lady " et... le succès. Son gendre, Arthur Hayes Sulzberger, qui lui succède en 1935, poursuit la même stratégie d'excellence. Pendant la Seconde Guerre mondiale, tous les matériaux nécessaires à la fabrication d'un journal sont rationnés : le papier, l'encre, le plomb. En revanche, la publicité est abondante. Les autres journaux réduisent la place accordée à l'information au profit des annonceurs. Sulzberger fait le contraire. Résultat : les Américains assoiffés de nouvelles sur les combats de leurs GI, se précipitent sur le New York Times. Les récompenses pleuvent : 101 prix Pulitzer. Plus que tous les autres organes de presse. Cyrus Sulzberger, le neveu d'Arthur Hayes, reçoit le sien parce qu'il est devenu le confident de tous les grands. Notamment du général de Gaulle auquel il consacre un livre : Le Dernier des géants. David Halberstam est distingué pour avoir expliqué comment " les meilleurs et les plus brillants " des dirigeants américains se sont enlisés au Vietnam. A chaque génération, la famille Sulzberger se montre à la hauteur. Ainsi Punch, le fils d'Arthur Hayes, face à Richard Nixon en 1971 ! Quand, furieux que le New York Times ose publier en feuilleton les " papiers du Pentagone " (l'histoire officielle mais secrète des mensonges de Washington sur la guerre du Vietnam), le président fait interdire par les tribunaux la poursuite de la série, Punch tient tête. Il arrache à la Cour Suprême la levée de " l'injonction " de la Maison Blanche. En 2003, lorsque l'on découvre qu'un reporter a plagié les articles de confrères de province, le New York Times révèle en première page tous les détails de l'affaire. Et il ne se contente pas de la démission du traître. Le directeur de la rédaction et le rédacteur en chef, pas coupables mais responsables, sont également poussés dehors. Aujourd'hui, le New York Times est confronté à une crise économique sans précédent depuis 1929. La publicité est en chute libre tandis que, du fait d'internet, le lectorat stagne. Mais, contrairement à d'autres magnats qui abandonnent leur journal pour sauver leur fortune, la famille Sulzberger choisit la résistance. Quitte à vendre le siège du New York Times, le gratte-ciel achevé en 2007 par le célèbre architecte Renzo Piano ! La formule d'Iphigene Sulzberger, la fille d'Adolph Ochs, reste d'actualité : " La force du New York Times, c'est que nos journalistes ne sont pas de simples tailleurs de pierre. Ils bâtissent une cathédrale ".

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 424  pages
    • Dimensions :  4.0cmx30.8cmx37.0cm
    • Poids : 3538.0g
    • Editeur :   Editions Place Des Victoires 
    • ISBN :  2809900892
    • EAN13 :  9782809900897
    • Classe Dewey :  800
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Lire les "unes" du New York Times, c'est découvrir le monde à travers le premier des journaux du monde. Parce qu'il se veut " quotidien de référence " depuis 1896, le New York Times a les moyens de son ambition. La salle de rédaction emploie 1 200 personnes. A son réseau de correspondants aux Etats-Unis s'ajoutent vingt-six bureaux étrangers. Ses rotatives crachent chaque jour un million d'exemplaires et, le dimanche, un million et demi. Son site web attire vingt millions d'internautes par mois. Déterminé dès l'origine à se distinguer de la presse de caniveau, qui était alors la norme, le journal publie, selon sa devise de "une", " Toutes les nouvelles dignes d'être imprimées ". Cette couverture universelle (politique, diplomatie, arts, sciences, sports, mode...) et un style exempt de toute coloration idéologique ont fait du New York Times un modèle pour chacun des pays où la presse est libre. L'aventure commence avec Adoph Ochs, le fils d'un immigré juif de Bavière qui, obligé de travailler dès 14 ans dans une imprimerie du " Sud profond ", monte à New York pour y acheter un journal, le New York Times, qui est en train de mourir. Ochs se démarque de la concurrence en privilégiant d'austères articles factuels qui vaudront au journal le surnom de " Grey Lady " et... le succès. Son gendre, Arthur Hayes Sulzberger, qui lui succède en 1935, poursuit la même stratégie d'excellence. Pendant la Seconde Guerre mondiale, tous les matériaux nécessaires à la fabrication d'un journal sont rationnés : le papier, l'encre, le plomb. En revanche, la publicité est abondante. Les autres journaux réduisent la place accordée à l'information au profit des annonceurs. Sulzberger fait le contraire. Résultat : les Américains assoiffés de nouvelles sur les combats de leurs GI, se précipitent sur le New York Times. Les récompenses pleuvent : 101 prix Pulitzer. Plus que tous les autres organes de presse. Cyrus Sulzberger, le neveu d'Arthur Hayes, reçoit le sien parce qu'il est devenu le confident de tous les grands. Notamment du général de Gaulle auquel il consacre un livre : Le Dernier des géants. David Halberstam est distingué pour avoir expliqué comment " les meilleurs et les plus brillants " des dirigeants américains se sont enlisés au Vietnam. A chaque génération, la famille Sulzberger se montre à la hauteur. Ainsi Punch, le fils d'Arthur Hayes, face à Richard Nixon en 1971 ! Quand, furieux que le New York Times ose publier en feuilleton les " papiers du Pentagone " (l'histoire officielle mais secrète des mensonges de Washington sur la guerre du Vietnam), le président fait interdire par les tribunaux la poursuite de la série, Punch tient tête. Il arrache à la Cour Suprême la levée de " l'injonction " de la Maison Blanche. En 2003, lorsque l'on découvre qu'un reporter a plagié les articles de confrères de province, le New York Times révèle en première page tous les détails de l'affaire. Et il ne se contente pas de la démission du traître. Le directeur de la rédaction et le rédacteur en chef, pas coupables mais responsables, sont également poussés dehors. Aujourd'hui, le New York Times est confronté à une crise économique sans précédent depuis 1929. La publicité est en chute libre tandis que, du fait d'internet, le lectorat stagne. Mais, contrairement à d'autres magnats qui abandonnent leur journal pour sauver leur fortune, la famille Sulzberger choisit la résistance. Quitte à vendre le siège du New York Times, le gratte-ciel achevé en 2007 par le célèbre architecte Renzo Piano ! La formule d'Iphigene Sulzberger, la fille d'Adolph Ochs, reste d'actualité : " La force du New York Times, c'est que nos journalistes ne sont pas de simples tailleurs de pierre. Ils bâtissent une cathédrale ".