share_book
Envoyer cet article par e-mail

Promenades africaines

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Promenades africaines

Promenades africaines

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Promenades africaines"

    A près de quatre-vingts ans, Moravia continuait à parcourir le monde et tenait scrupuleusement ses carnets de voyage. Cet européen convaincu se tournait toujours vers le continent noir qui le fascinait et envers lequel il se sentait obscurément une dette. N'est-ce pas en Afrique qu'il avait situé son ultime roman, La femme-léopard ? Plus qu'un décor exotique, plus encore qu'un symbole de la civilisation perdue ou de la civilisation future, l'Afrique était, pour lui, le territoire contradictoire du désenchantement politique, du mystère archéologique, du foisonnement végétal et animal, de la crise du monde moderne. Comme Hemingway ou Albert Schweitzer, auxquels il rend hommage, Moravia, répond à l'appel des forêts, des montagnes et des lacs de Tanzanie, du Zaïre, du Gabon et du Zimbabwe. L'écologiste qu'il est déplore la destruction de la nature, mais sait capter encore la poésie qu'elle recèle. Et surtout, l'observateur attentif et incisif emploie tout son talent, son ironie, sa vivacité, sa concision pour décrire ses rencontres insolites et les mésaventures de ses pérégrinations. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 158  pages
    • Dimensions :  1.0cmx11.0cmx18.0cm
    • Poids : 95.3g
    • Editeur :   Lgf - Livre De Poche Paru le
    • Collection : Livre de poche
    • ISBN :  2253138800
    • EAN13 :  9782253138808

    D'autres livres de Alberto Moravia

    L'Amour conjugal

    Je pouvais maintenant la voir grimper la pente du coteau, vers l'aire sur laquelle surgissait la masse arrondie des meules. Elle s'agrippait aux buissons, penchée en avant, glissant et trébuchant, et dans son visage tendu et avide, aux yeux dilatés, dans les gestes de son corps, je reconnus de ...

    Prix : 69 DH
    L'Ennui

    Riche bourgeois romain de trente-cinq ans, Dino est un peintre raté. Par désoeuvrement et par curiosité, il devient l'amant de Caecilia, une jeune modèle de dix-sept ans. Cette liaison semble destinée à sombrer dans le gouffre de l'ennui quand soudain tout bascule : Dino est happé par [....

    Le Mépris

    Du cheminement introspectif, écrit à la première personne, naît un processus d'identification qui lie le lecteur à Molteni, le héros. Cette structure réellement pénétrante parce que subjective est une des composantes essentielles de l'oeuvre de Moravia et contribue à le définir en tant...

    Nouvelles romaines

    Dans Nouvelles romaines, Moravia se mue en conteur, dans le cadre d'une tradition typiquement italienne, et en conteur uniquement livré au plaisir de raconter. Pacifié, il retrouve une connivence foncière avec le petit peuple de Rome, sa patrie profonde et pittoresque, et le lieu d'un certain bon...

    Voir tous les livres de Alberto Moravia

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    A près de quatre-vingts ans, Moravia continuait à parcourir le monde et tenait scrupuleusement ses carnets de voyage. Cet européen convaincu se tournait toujours vers le continent noir qui le fascinait et envers lequel il se sentait obscurément une dette. N'est-ce pas en Afrique qu'il avait situé son ultime roman, La femme-léopard ? Plus qu'un décor exotique, plus encore qu'un symbole de la civilisation perdue ou de la civilisation future, l'Afrique était, pour lui, le territoire contradictoire du désenchantement politique, du mystère archéologique, du foisonnement végétal et animal, de la crise du monde moderne. Comme Hemingway ou Albert Schweitzer, auxquels il rend hommage, Moravia, répond à l'appel des forêts, des montagnes et des lacs de Tanzanie, du Zaïre, du Gabon et du Zimbabwe. L'écologiste qu'il est déplore la destruction de la nature, mais sait capter encore la poésie qu'elle recèle. Et surtout, l'observateur attentif et incisif emploie tout son talent, son ironie, sa vivacité, sa concision pour décrire ses rencontres insolites et les mésaventures de ses pérégrinations. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.