share_book
Envoyer cet article par e-mail

Temps mort

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Temps mort

Temps mort

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Temps mort"

    J'ai commencé à dessiner dès que j'ai pu tenir un crayon en main et je ne l'ai jamais lâché. Je découvre la bande dessinée avec Métal hurlant. C'est décidé : je veux faire ça comme métier. N'ayant aucune volonté pour me lancer sur un projet, je laisse tomber rapidement et j'attaque la peinture, mais sur les murs et la nuit. J'arrête juste à temps. J'enchaîne sur des toiles pendant deux ans, tout seul dans mon coin. Par hasard, je découvre le travail de Combas et Dirosa, je rentre chez moi, jette toutes mes peintures et ne fais plus rien pendant un an. puis je découvre le monde du fanzine. Je lance Envrac en septembre 1996. j'y raconte des histoires qui me sont arrivées, dans mon quartier, en refusant de tomber dans les clichés habituels de la banlieue. J'essaie d'en parler juste. mais je sais pertinemment que les histoires que je raconte sont très très loin de ce qui se passe réellement dans les banlieues de nos jours. Mars 2006 : ma boîte ferme. Fatigue, dépression, plus d'envie, me voilà dans le vide. Je dessine. Je retrouve mes potes, laissés sur bord de la route du chomdu. Graver ce moment de rien, voir que l'on est devenu adultes avec toujours 16 piges dans la tête. Faire un temps mort...

    Détails sur le produit

    • Reliure : Album
    • 55  pages
    • Dimensions :  0.8cmx20.8cmx27.0cm
    • Poids : 340.2g
    • Editeur :   6 Pieds Sous Terre Editions Paru le
    • Collection : Monotrème
    • ISBN :  2352120403
    • EAN13 :  9782352120407
    • Classe Dewey :  741.5

    D'autres livres de Gilles Rochier

    TMLP : Ta mère la pute - FAUVE D'ANGOULEME 2012 - PRIX REVELATION

    On était une bande, égarée dans un quartier flambant neuf au début des années 70. Des terrains vagues, des bois, les routes pas encore finis d'être goudronnées. On faisait nos 400 coups. Il y avait les “plus grands” qui nous pourchassaient en mobylettes, pour nous en faire baver dans la for...

    Voir tous les livres de Gilles Rochier

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    J'ai commencé à dessiner dès que j'ai pu tenir un crayon en main et je ne l'ai jamais lâché. Je découvre la bande dessinée avec Métal hurlant. C'est décidé : je veux faire ça comme métier. N'ayant aucune volonté pour me lancer sur un projet, je laisse tomber rapidement et j'attaque la peinture, mais sur les murs et la nuit. J'arrête juste à temps. J'enchaîne sur des toiles pendant deux ans, tout seul dans mon coin. Par hasard, je découvre le travail de Combas et Dirosa, je rentre chez moi, jette toutes mes peintures et ne fais plus rien pendant un an. puis je découvre le monde du fanzine. Je lance Envrac en septembre 1996. j'y raconte des histoires qui me sont arrivées, dans mon quartier, en refusant de tomber dans les clichés habituels de la banlieue. J'essaie d'en parler juste. mais je sais pertinemment que les histoires que je raconte sont très très loin de ce qui se passe réellement dans les banlieues de nos jours. Mars 2006 : ma boîte ferme. Fatigue, dépression, plus d'envie, me voilà dans le vide. Je dessine. Je retrouve mes potes, laissés sur bord de la route du chomdu. Graver ce moment de rien, voir que l'on est devenu adultes avec toujours 16 piges dans la tête. Faire un temps mort...