share_book
Envoyer cet article par e-mail

Portrait de l'intellectuel en animal de compagnie. De la domination, tome 3

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Portrait de l'intellectuel en animal de compagnie. De la domination, tome 3

Portrait de l'intellectuel en animal de compagnie. De la domination, tome 3

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Portrait de l'intellectuel en animal de compagnie. De la domination, tome 3"

    La thèse que défend Michel Surya dans ce brillant essai condamne sans circonstance atténuante les intellectuels français. Selon lui, leur servilité, depuis le début des années quatre-vingts, fait la force du capitalisme et du libéralisme, devenues des idéologies incontestées et par conséquent incontestables. Les intellectuels, pourtant au service de la vérité, ont été des traîtres vis-à-vis d'eux-mêmes et de leurs idéaux. Se comportant comme des animaux domestiques, ils ont sacrifié leur liberté de penser en passant un contrat tacite avec la dictature du tout économique qui régit notre société. Leur conscience politique s'accommode de l'ordre dominant. Celui de la toute-puissance de l'argent et de la recherche du bénéfice à tout prix, fût-ce de la dignité à laquelle chacun a droit. Alliés du pouvoir judiciaire, des journalistes et des groupes financiers, ils collaborent sans vergogne, et utilisent sans retenue les médias pour vanter les mérites de l'économie de marché. Michel Surya - dont les thèses rappellent celles développées il y a quelques temps par l'écrivain et poète Bernard Noël dans Le sens la censure - montre jusqu'à quel point l'idéologie capitaliste est perverse : elle se révèle capable d'"inventer" les intellectuels dont elle a besoin pour se perpétuer et assurer son infaillibilité. Les intellectuels à venir, toujours plus serviles et plus faibles, "naîtront domestiques". Ce constat, aussi effrayant soit-il, ne doit cependant pas faire croire que toute lutte est inutile, que tout espoir de penser et d'agir autrement est révolu. Pour preuve, la revue Lignes dirigée par Michel Surya et Francis Marmande qui, au fil de ses numéros, résiste avec vaillance à l'ensemble des discours lénifiants cherchant à endormir notre conscience et notre pouvoir de dire non.--Anne Malaprade--

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 58  pages
    • Dimensions :  1.2cmx13.8cmx18.0cm
    • Poids : 81.6g
    • Editeur :   Farrago Paru le
    • Collection : Farrago
    • ISBN :  2844900364
    • EAN13 :  9782844900364
    • Langue : Français

    D'autres livres de Michel Surya

    Matériologies : Volume 3, Humanimalités précédé de L'idiotie de Bataille

    Kafka a appelé " métamorphose " ce moment où l'homme ancien est devenu son propre rebut. Et c'est ce qui a résulté d'une telle métamorphose que Michel Surya appelle ici " humanimalité ". Humanimalités est le troisième volume d'une série intitulée Matériologies, dont les deux premiers ét...

    Contre-attaques, N° 1 : Michel Surya

    Première perspective, Michel Surya : ce volume prend le poids de sa pensée. Il vient en premier, son bas matérialisme prend le monde par les hauts. C'est une âme qui travaille. Contre-attaques aligne les armes de l'attaque littéraire en politique. Ecrire, penser, rendre (au) public : voilà ce ...

    Voir tous les livres de Michel Surya

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    La thèse que défend Michel Surya dans ce brillant essai condamne sans circonstance atténuante les intellectuels français. Selon lui, leur servilité, depuis le début des années quatre-vingts, fait la force du capitalisme et du libéralisme, devenues des idéologies incontestées et par conséquent incontestables. Les intellectuels, pourtant au service de la vérité, ont été des traîtres vis-à-vis d'eux-mêmes et de leurs idéaux. Se comportant comme des animaux domestiques, ils ont sacrifié leur liberté de penser en passant un contrat tacite avec la dictature du tout économique qui régit notre société. Leur conscience politique s'accommode de l'ordre dominant. Celui de la toute-puissance de l'argent et de la recherche du bénéfice à tout prix, fût-ce de la dignité à laquelle chacun a droit. Alliés du pouvoir judiciaire, des journalistes et des groupes financiers, ils collaborent sans vergogne, et utilisent sans retenue les médias pour vanter les mérites de l'économie de marché. Michel Surya - dont les thèses rappellent celles développées il y a quelques temps par l'écrivain et poète Bernard Noël dans Le sens la censure - montre jusqu'à quel point l'idéologie capitaliste est perverse : elle se révèle capable d'"inventer" les intellectuels dont elle a besoin pour se perpétuer et assurer son infaillibilité. Les intellectuels à venir, toujours plus serviles et plus faibles, "naîtront domestiques". Ce constat, aussi effrayant soit-il, ne doit cependant pas faire croire que toute lutte est inutile, que tout espoir de penser et d'agir autrement est révolu. Pour preuve, la revue Lignes dirigée par Michel Surya et Francis Marmande qui, au fil de ses numéros, résiste avec vaillance à l'ensemble des discours lénifiants cherchant à endormir notre conscience et notre pouvoir de dire non.--Anne Malaprade--