share_book
Envoyer cet article par e-mail

"Société" Gréco-Romaine, une barbarie sophistiquée

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
"Société" Gréco-Romaine, une barbarie sophistiquée

"Société" Gréco-Romaine, une barbarie sophistiquée

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de ""Société" Gréco-Romaine, une barbarie sophistiquée"

    L'Occident véhicule le dogme selon lequel la société grecque et romaine, la langue latine et hellénique sont le fondement civilisationnel sur lequel il repose. Pendant vingt-huit siècles (de la fin du VIIIe siècle avant J.-C. jusqu'à nos jours), la Grèce et Rome restent le sanctuaire de l'Occident. Dès lors, il est le siège immuable de la Civilisation, de la Science, de la Littérature, de la Démocratie, de la République, de la Politique, du Droit, de l'Éthique, de la Sagesse, etc. Naturellement, la philosophie reste le témoin privilégié de la grandeur universelle gréco-romaine éclairant le monde. De ce fait, elle est la pierre angulaire de l'éducation, de la pédagogie, de l'accession aux grandes écoles dans les sociétés occidentales contemporaines. En réalité, l'histoire de la civilisation gréco-romaine exige une toute autre mise en lumière. Cet ouvrage succinct analyse la société gréco-romaine sous un angle que les historiens, les latinistes et les hellénistes ne peuvent (et ne veulent) même pas concevoir. En eff et, si dans l'Antiquité, les Grecs et les Romains désignen par le terme barbare (grec barbaros, latin barbarus) l'étranger ou non-civilisé, il s'avère en fait que la société grécoromaine dite classique représente elle-même un état de barbarie politique et sociale, d'où sont absents la civilisation et le raffinement, en particulier dans les moeurs et les coutumes. Quant à être le berceau de la connaissance, comment l'envisager dés lors que son histoire et sa pensée se développent à l'ombre des mythes et des pratiques occultes.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 104  pages
    • Dimensions :  1.2cmx14.4cmx21.2cm
    • Poids : 99.8g
    • Editeur :   Albouraq Paru le
    • Collection : Ombres & Lumières
    • ISBN :  2841612899
    • EAN13 :  9782841612895
    • Classe Dewey :  930
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    L'Occident véhicule le dogme selon lequel la société grecque et romaine, la langue latine et hellénique sont le fondement civilisationnel sur lequel il repose. Pendant vingt-huit siècles (de la fin du VIIIe siècle avant J.-C. jusqu'à nos jours), la Grèce et Rome restent le sanctuaire de l'Occident. Dès lors, il est le siège immuable de la Civilisation, de la Science, de la Littérature, de la Démocratie, de la République, de la Politique, du Droit, de l'Éthique, de la Sagesse, etc. Naturellement, la philosophie reste le témoin privilégié de la grandeur universelle gréco-romaine éclairant le monde. De ce fait, elle est la pierre angulaire de l'éducation, de la pédagogie, de l'accession aux grandes écoles dans les sociétés occidentales contemporaines. En réalité, l'histoire de la civilisation gréco-romaine exige une toute autre mise en lumière. Cet ouvrage succinct analyse la société gréco-romaine sous un angle que les historiens, les latinistes et les hellénistes ne peuvent (et ne veulent) même pas concevoir. En eff et, si dans l'Antiquité, les Grecs et les Romains désignen par le terme barbare (grec barbaros, latin barbarus) l'étranger ou non-civilisé, il s'avère en fait que la société grécoromaine dite classique représente elle-même un état de barbarie politique et sociale, d'où sont absents la civilisation et le raffinement, en particulier dans les moeurs et les coutumes. Quant à être le berceau de la connaissance, comment l'envisager dés lors que son histoire et sa pensée se développent à l'ombre des mythes et des pratiques occultes.