share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'HERBIER DE FRANCE

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'HERBIER DE FRANCE

L'HERBIER DE FRANCE


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'HERBIER DE FRANCE"

La botanique est mon péché mignon. Ma passion. Mon refuge. Mon rêve éveillé. Parfois, ma consolation... Je me suis mis à aimer les plantes pour ainsi dire en apprenant la vie même, dans mon hameau natal de Tincave, en Savoie, à mille trois cents mètres d'altitude, face aux glaciers de la Vanoise. Le vieux curé Louis m'enseignait le nom des espèces. Il me montrait les plus belles et les plus utiles... Il préparait des tisanes et des emplâtres ; il était un peu guérisseur. Il m'emmenait dans la forêt, les alpages, les rochers du mont Jovet. J'avais dans les huit ans, il approchait des quatre-vingts et marchait avec peine. Il me désignait la sauge des prés et la renouée bistorte, la vulnéraire et la raiponce en épi, le sabot-de-Vénus en bulles d'or, l'ancolie des Alpes aux pétales améthyste, le lis orangé et son cousin martagon, la pulsatille blanche et sa jumelle soufrée, ou encore l'edelweiss en coton de nuage.... En s'appuyant sur de magnifiques planches en couleurs, Yves Paccalet nous enseigne l'art de reconnaître l'incroyable variété des plantes sauvages de France, à travers un texte à la fois scientifique et poétique. Le lecteur pourra consulter ce manuel du parfait herborisateur en faisant sienne cette devise de J.B Lamarck en 1789 : " On devient botaniste en récoltant et en observant soi-même et en constituant un herbier. "

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 199  pages
  • Dimensions :  2.4cmx26.6cmx32.0cm
  • Poids : 1660.1g
  • Editeur :   Editions Place Des Victoires 
  • ISBN :  2809900167
  • EAN13 :  9782809900163
  • Classe Dewey :  580
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

La botanique est mon péché mignon. Ma passion. Mon refuge. Mon rêve éveillé. Parfois, ma consolation... Je me suis mis à aimer les plantes pour ainsi dire en apprenant la vie même, dans mon hameau natal de Tincave, en Savoie, à mille trois cents mètres d'altitude, face aux glaciers de la Vanoise. Le vieux curé Louis m'enseignait le nom des espèces. Il me montrait les plus belles et les plus utiles... Il préparait des tisanes et des emplâtres ; il était un peu guérisseur. Il m'emmenait dans la forêt, les alpages, les rochers du mont Jovet. J'avais dans les huit ans, il approchait des quatre-vingts et marchait avec peine. Il me désignait la sauge des prés et la renouée bistorte, la vulnéraire et la raiponce en épi, le sabot-de-Vénus en bulles d'or, l'ancolie des Alpes aux pétales améthyste, le lis orangé et son cousin martagon, la pulsatille blanche et sa jumelle soufrée, ou encore l'edelweiss en coton de nuage.... En s'appuyant sur de magnifiques planches en couleurs, Yves Paccalet nous enseigne l'art de reconnaître l'incroyable variété des plantes sauvages de France, à travers un texte à la fois scientifique et poétique. Le lecteur pourra consulter ce manuel du parfait herborisateur en faisant sienne cette devise de J.B Lamarck en 1789 : " On devient botaniste en récoltant et en observant soi-même et en constituant un herbier. "