share_book
Envoyer cet article par e-mail

Deux querelles : Une cadette épineuse suivi de L'Humanité divisée

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Deux querelles : Une cadette épineuse suivi de L'Humanité divisée

Deux querelles : Une cadette épineuse suivi de L'Humanité divisée

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Deux querelles : Une cadette épineuse suivi de L'Humanité divisée"

Deux brefs essais, riches de multiples résonances, où Pierre Bergounioux sattarde sur deux querelles fondamentales à la compréhension de notre temps et de notre culture : la querelle dune part qui oppose le principe de la liberté « libérale », « anglo-saxonne », à celui, « français », de légalité, et celle, dautre part, qui voit rivaliser, depuis lAntiquité, la corporation des philosophes et celle des écrivains. Dans le premier de ces deux essais, lauteur sinterroge sur la fortune respective quont connu, à lâge moderne, les « deux grands thèmes européens » de labondance dune part et de légalité dautre part. Dinspiration anglo-saxonne, le premier a triomphé avec la révolution industrielle avant de « tourner au consumérisme imbécile ». Le second, indissociable de la Révolution française, a brillé par intermittences dun vif éclat avant que lespérance de fraternité quil avait fait naître ne sombre avec les expériences désastreuses du « socialisme réel ». Mais, nous dit Pierre Bergounioux, si laccumulation des richesses na pas cessé depuis deux siècles, « leur répartition na jamais été aussi injuste ». Il faut donc rallumer la querelle « avec nos voisins anglais ». Autrement dit faire à nouveau valoir le principe « français » de légalité. Le second essai envisage une autre querelle, celle de la philosophie avec son aînée, la littérature. Car la cadette (la philosophie) ne cesse de bousculer une aînée qui, racontant des histoires, parle de la vie immédiate avec les mots de la tribu. La corporation des philosophes, au contraire, se dote dun dialecte propre pour mettre en question nos énoncés les plus communément admis. Ce faisant, la philosophie est « continuellement menacée de repliement ésotérique ». À linverse, la littérature, à trop séjourner dans la vie immédiate, risque de ne plus nous dire que ce que nous savons déjà. Ce pourquoi chacune ne peut que gagner à la fréquentation de lautre, fût-ce dans le cadre dune alliance jalouse autant quépineuse.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 64  pages
  • Dimensions :  0.8cmx11.2cmx18.0cm
  • Poids : 59.0g
  • Editeur :   Editions Ccile Defaut Paru le
  • Collection : CECILE DEFAUT (
  • ISBN :  2350180832
  • EAN13 :  9782350180830
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre Bergounioux

Le Premier Mot

Les quatre-vingt-quinze pages du dernier livre de Pierre Bergounioux se lisent d'une seule et solennelle traite. Écrites dans une langue travaillée, elles forment une splendide élégie qui fait que le roman se découvre poème. C'est le malheur de qui se confronte au secret de l'origine que Bergo...

Trois années

On se fait parfois des idées. Ce qui se passe n'a rien à voir avec ce qu'on croit et on ne soupçonne aucunement ce qui se trame dans la réalité. Les époques de transition, le temps de l'adolescence, engendrent pareils flottements. Trois ans suffisent à tout changer, définitivement....

Une chambre en Hollande

L'acte de naissance du sujet de la connaissance a été dressé par un Français. C'est le Discours de la méthode. Mais c'est en Allemagne que Descartes l'a conçu, en rêve, et aux Pays-Bas qu'il l'a rédigé. Si le monde se ramène depuis lors, à deux substances, l'étendue et la pensée, leurs ...

Voir tous les livres de Pierre Bergounioux

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Deux brefs essais, riches de multiples résonances, où Pierre Bergounioux sattarde sur deux querelles fondamentales à la compréhension de notre temps et de notre culture : la querelle dune part qui oppose le principe de la liberté « libérale », « anglo-saxonne », à celui, « français », de légalité, et celle, dautre part, qui voit rivaliser, depuis lAntiquité, la corporation des philosophes et celle des écrivains. Dans le premier de ces deux essais, lauteur sinterroge sur la fortune respective quont connu, à lâge moderne, les « deux grands thèmes européens » de labondance dune part et de légalité dautre part. Dinspiration anglo-saxonne, le premier a triomphé avec la révolution industrielle avant de « tourner au consumérisme imbécile ». Le second, indissociable de la Révolution française, a brillé par intermittences dun vif éclat avant que lespérance de fraternité quil avait fait naître ne sombre avec les expériences désastreuses du « socialisme réel ». Mais, nous dit Pierre Bergounioux, si laccumulation des richesses na pas cessé depuis deux siècles, « leur répartition na jamais été aussi injuste ». Il faut donc rallumer la querelle « avec nos voisins anglais ». Autrement dit faire à nouveau valoir le principe « français » de légalité. Le second essai envisage une autre querelle, celle de la philosophie avec son aînée, la littérature. Car la cadette (la philosophie) ne cesse de bousculer une aînée qui, racontant des histoires, parle de la vie immédiate avec les mots de la tribu. La corporation des philosophes, au contraire, se dote dun dialecte propre pour mettre en question nos énoncés les plus communément admis. Ce faisant, la philosophie est « continuellement menacée de repliement ésotérique ». À linverse, la littérature, à trop séjourner dans la vie immédiate, risque de ne plus nous dire que ce que nous savons déjà. Ce pourquoi chacune ne peut que gagner à la fréquentation de lautre, fût-ce dans le cadre dune alliance jalouse autant quépineuse.