share_book
Envoyer cet article par e-mail

Duchesse à l'anglaise

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Duchesse à l'anglaise

Duchesse à l'anglaise

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Duchesse à l'anglaise"

Dans son agenda, la mère de Deborah Devonshire n’a rien écrit au printemps 1920 sur la naissance de cette sixième fille ; en revanche, elle a n’a pas oublié de noter : « La cheminée de la cuisine a été ramonée. » Pas facile en effet de se tailler une place quand on est la plus jeune des excentriques sœurs Mitford ! L’aînée, Nancy la romancière, fut amoureuse d’un gaulliste de la première heure, la deuxième des animaux et la troisième d’Hitler ; la quatrième se convertit au fascisme et la cinquième au communisme. La petite dernière, elle, a grandi dans la douce campagne anglaise, mais c’est sous les bombes qu’elle épousa à Londres un autre cadet de famille, lequel devint contre toute attente onzième duc de Devonshire. À la fin des années 1950, le couple s’établit à Chatsworth, ce « Versailles anglais » auquel Debo redonna vie et qui fut sans doute le plus grand amour de sa vie. Devenue veuve, elle a emmenagé dans un presbytère puis fêté ses quatre-vingt-dix-ans avant de se décider à publier ses mémoires. Parente de Winston Churchill et du président Kennedy, grande amie du peintre Lucian Freud et du prince Charles, la « duchesse douairière » distille l’humour Mitford dans une galerie de portraits qui nous promène de son poulailler jusqu’au champ de courses d’Ascot, et c’est ce même humour qui l’a aidée à supporter les drames d’une existence qui ne fut pas toujours une dolce vita à l’anglaise. Rendue célèbre en France par la publication de deux volumes de chroniques, elle s’arme une nouvelle fois de la perspicacité d’une Jane Austen déguisée en Miss Marple pour nous expliquer les bonnes mœurs de l’aristocratie britannique… et comment les transgresser. Deborah Devonshire est déjà l’auteur chez Payot des Humeurs d’une châtelaine anglaise (2006) et de La Duchesse angalise déménage (2010), deux ouvrages disponibles en format poche.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 381  pages
  • Dimensions :  3.0cmx15.4cmx23.4cm
  • Poids : 458.1g
  • Editeur :   Payot Paru le
  • Collection : PAYOT GD FORMAT
  • ISBN :  2228907111
  • EAN13 :  9782228907118
  • Langue : Français

D'autres livres de Deborah Devonshire

La châtelaine anglaise déménage - Par la dernière des soeurs Mitford

Des six légendaires sœurs Mitford, qui défrayèrent la chronique en Grande-Bretagne et avaient pour cousin Winston Churchill, les Français connaissent surtout Nancy la romancière ; la publication chez Payot en 2006 des Humeurs d’une châtelaine anglaise leur avait révélé avec bonheur la pe...

Les humeurs d'une châtelaine anglaise - Par la dernière des soeurs Mitford

Née en 1920, Deborah Devonshire est la cadette et la dernière représentante des six légendaires sœurs Mitford, qui défrayèrent la chronique en Grande-Bretagne. Devenue duchesse de Devonshire et châtelaine de Chatsworth, elle se chargea de restaurer ce Versailles anglais. Ses chroniques, qui ...

Les humeurs d'une châtelaine anglaise : Par la dernière des soeurs Mitford

Ses chroniques distillent le must de l'humour Mitford. L'une des hôtesses les plus recherchées de la planète vous parle avec la même verve de son enfance excentrique, de ses poules bien vivantes ou en porcelaine, de son dieu Elvis Presley, des vêtements inusables qu'elle achète dans les foires...

Home to Roost: And Other Peckings

’The Book is peppered with humorous and affectionate tales of the country, in addition to providing a rare insight into some of the more momentous world events of the last century...endearing...candid and down to earth style...an intriguing window into the key events of a bygone era...all delivere...

Voir tous les livres de Deborah Devonshire

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans son agenda, la mère de Deborah Devonshire n’a rien écrit au printemps 1920 sur la naissance de cette sixième fille ; en revanche, elle a n’a pas oublié de noter : « La cheminée de la cuisine a été ramonée. » Pas facile en effet de se tailler une place quand on est la plus jeune des excentriques sœurs Mitford ! L’aînée, Nancy la romancière, fut amoureuse d’un gaulliste de la première heure, la deuxième des animaux et la troisième d’Hitler ; la quatrième se convertit au fascisme et la cinquième au communisme. La petite dernière, elle, a grandi dans la douce campagne anglaise, mais c’est sous les bombes qu’elle épousa à Londres un autre cadet de famille, lequel devint contre toute attente onzième duc de Devonshire. À la fin des années 1950, le couple s’établit à Chatsworth, ce « Versailles anglais » auquel Debo redonna vie et qui fut sans doute le plus grand amour de sa vie. Devenue veuve, elle a emmenagé dans un presbytère puis fêté ses quatre-vingt-dix-ans avant de se décider à publier ses mémoires. Parente de Winston Churchill et du président Kennedy, grande amie du peintre Lucian Freud et du prince Charles, la « duchesse douairière » distille l’humour Mitford dans une galerie de portraits qui nous promène de son poulailler jusqu’au champ de courses d’Ascot, et c’est ce même humour qui l’a aidée à supporter les drames d’une existence qui ne fut pas toujours une dolce vita à l’anglaise. Rendue célèbre en France par la publication de deux volumes de chroniques, elle s’arme une nouvelle fois de la perspicacité d’une Jane Austen déguisée en Miss Marple pour nous expliquer les bonnes mœurs de l’aristocratie britannique… et comment les transgresser. Deborah Devonshire est déjà l’auteur chez Payot des Humeurs d’une châtelaine anglaise (2006) et de La Duchesse angalise déménage (2010), deux ouvrages disponibles en format poche.