share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les carnets de Gordon McGuffin

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les carnets de Gordon McGuffin

Les carnets de Gordon McGuffin

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les carnets de Gordon McGuffin"

Krinein.com, 12 février 2009 Gor­don Mc­Guf­fin n'existe pas et n'a ja­mais exis­té. Pour­tant, c'est un in­con­tour­nable de la vie ci­né­ma­to­gra­phique hol­ly­woo­dienne. Té­moin pri­vi­lé­gié de l'âge d'or des stu­dios amé­ri­cains jusqu'aux bou­le­ver­se­ments des an­nées 70-80, il cô­toya les plus grands, par­lant d'Al­fred Hit­ch­cock, Orson Welles ou Cecil B. De­Mille comme des connais­sances in­times. Ce per­son­nage imbu de sa per­sonne, per­sua­dé que tous les grands du ci­né­ma ont al­lé­gre­ment volé ses plus brillantes idées ne fait en dé­fi­ni­tive ab­so­lu­ment rien, si ce n'est vi­vo­ter entre les mailles de la cé­lé­bri­té. Pierre Senges, ro­man­cier, à tra­vers une qua­ran­taine de courtes anec­dotes res­ti­tue avec un hu­mour cor­ro­sif toute l'at­mo­sphère de Sun­set Bou­le­vard avec un style pré­cis et concis. On s'at­tache très vite à ce fan­tôme qu'est Gor­don Mc­Guf­fin dont l'ombre plane sur tout le ci­né­ma sans pour au­tant y contri­buer un seul ins­tant. Il par­vient en quelques lignes à peine à bros­ser un por­trait convain­quant de ce loser dont on ne peut qu'ad­mi­rer la constance. Ces anec­dotes sont d'au­tant plus mises en va­leur par le des­sin sans failles de Ni­co­las de Crécy, qui, dé­lais­sant ses mondes ab­surdes et fan­tasques s'est plié à l'exer­cice de col­ler au texte et lui confère une aura sup­plé­men­taire. Cette mys­ti­fi­ca­tion sur le thème du ci­né­ma n'est pas sans rap­pe­ler le Forgotten Silver de Peter Jackson, oeuvre peu connue du réa­li­sa­teur à suc­cès qui fit un do­cu­men­taire sur Colin McKen­zie, génie néo- zé­lan­dais mé­con­nu, pré­cur­seur dans la tech­nique ci­né­ma­to­gra­phique. Or en plus d'être une oeuvre d'une tech­ni­ci­té par­faite, il s'agit d'un par­fait ca­nu­lar, Colin McKen­zie n'ayant ja­mais exis­té. Plus proche du livre illus­tré que de la bande des­si­née, Les Car­nets de Gor­don n'en res­tent pas moins une oeuvre d'une grande qua­li­té tant pour ses textes in­ci­sifs et maî­tri­sés que par les des­sins tou­jours sur­pre­nants de Ni­co­las de Crécy, qui a su en une di­zaine d'al­bums de­ve­nus très vite des ré­fé­rences im­po­sé un style unique, à la fois brouillon et par­fai­te­ment construit. Pour ce faire, les au­teurs ont tra­vaillé de concert, la ga­geure étant de réus­sir à don­ner une co­hé­rence à l'en­semble sans que cha­cun perde sa propre iden­ti­té. Opé­ra­tion réus­sie car les des­sins ne sont pas une simple illus­tra­tion du texte mais par­ti­cipent vé­ri­ta­ble­ment à l'his­toire, lui confé­rant plus de pro­fon­deur et de « réa­li­té ». Un beau livre illus­tré d'une grande qua­li­té, agréable à dé­cou­vrir et à par­cou­rir mal­gré la forme em­ployée plu­tôt dif­fi­cile. Une réus­site. --http://www.krinein.com/bd/carnets-gordon-mcguffin-8550.html

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 112  pages
  • Dimensions :  1.6cmx23.2cmx27.0cm
  • Poids : 762.0g
  • Editeur :   Gallisol Paru le
  • Collection : BAND DESS ADULT
  • ISBN :  2754802568
  • EAN13 :  9782754802567

D'autres livres de  Nicolas de Crécy

Florence Itinéraires

Au fil des dessins de Nicolas de Crécy, découvrez la Florence des artistes et des architectes, mais aussi celle des artisans et des personnages hauts en couleur, d'hier et d'aujourd'hui, qui prennent vie sous vos yeux. A travers les itinéraires de ce guide, écrits par la journaliste Elodie [....

Léon la Came

C'est en 1921 que Léonce Houx-Wardiougue, dit Léon, fonde la compagnie familiale et éponyme, une fabrique de cosmétiques. A présent son fils Aymard a repris les rênes de l'affaire dont il cherche à faire une entreprise moderne. Géraldo-Georges, le petit-fils d'Aymard et arrière-petit-fils d...

Voir tous les livres de  Nicolas de Crécy

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Krinein.com, 12 février 2009 Gor­don Mc­Guf­fin n'existe pas et n'a ja­mais exis­té. Pour­tant, c'est un in­con­tour­nable de la vie ci­né­ma­to­gra­phique hol­ly­woo­dienne. Té­moin pri­vi­lé­gié de l'âge d'or des stu­dios amé­ri­cains jusqu'aux bou­le­ver­se­ments des an­nées 70-80, il cô­toya les plus grands, par­lant d'Al­fred Hit­ch­cock, Orson Welles ou Cecil B. De­Mille comme des connais­sances in­times. Ce per­son­nage imbu de sa per­sonne, per­sua­dé que tous les grands du ci­né­ma ont al­lé­gre­ment volé ses plus brillantes idées ne fait en dé­fi­ni­tive ab­so­lu­ment rien, si ce n'est vi­vo­ter entre les mailles de la cé­lé­bri­té. Pierre Senges, ro­man­cier, à tra­vers une qua­ran­taine de courtes anec­dotes res­ti­tue avec un hu­mour cor­ro­sif toute l'at­mo­sphère de Sun­set Bou­le­vard avec un style pré­cis et concis. On s'at­tache très vite à ce fan­tôme qu'est Gor­don Mc­Guf­fin dont l'ombre plane sur tout le ci­né­ma sans pour au­tant y contri­buer un seul ins­tant. Il par­vient en quelques lignes à peine à bros­ser un por­trait convain­quant de ce loser dont on ne peut qu'ad­mi­rer la constance. Ces anec­dotes sont d'au­tant plus mises en va­leur par le des­sin sans failles de Ni­co­las de Crécy, qui, dé­lais­sant ses mondes ab­surdes et fan­tasques s'est plié à l'exer­cice de col­ler au texte et lui confère une aura sup­plé­men­taire. Cette mys­ti­fi­ca­tion sur le thème du ci­né­ma n'est pas sans rap­pe­ler le Forgotten Silver de Peter Jackson, oeuvre peu connue du réa­li­sa­teur à suc­cès qui fit un do­cu­men­taire sur Colin McKen­zie, génie néo- zé­lan­dais mé­con­nu, pré­cur­seur dans la tech­nique ci­né­ma­to­gra­phique. Or en plus d'être une oeuvre d'une tech­ni­ci­té par­faite, il s'agit d'un par­fait ca­nu­lar, Colin McKen­zie n'ayant ja­mais exis­té. Plus proche du livre illus­tré que de la bande des­si­née, Les Car­nets de Gor­don n'en res­tent pas moins une oeuvre d'une grande qua­li­té tant pour ses textes in­ci­sifs et maî­tri­sés que par les des­sins tou­jours sur­pre­nants de Ni­co­las de Crécy, qui a su en une di­zaine d'al­bums de­ve­nus très vite des ré­fé­rences im­po­sé un style unique, à la fois brouillon et par­fai­te­ment construit. Pour ce faire, les au­teurs ont tra­vaillé de concert, la ga­geure étant de réus­sir à don­ner une co­hé­rence à l'en­semble sans que cha­cun perde sa propre iden­ti­té. Opé­ra­tion réus­sie car les des­sins ne sont pas une simple illus­tra­tion du texte mais par­ti­cipent vé­ri­ta­ble­ment à l'his­toire, lui confé­rant plus de pro­fon­deur et de « réa­li­té ». Un beau livre illus­tré d'une grande qua­li­té, agréable à dé­cou­vrir et à par­cou­rir mal­gré la forme em­ployée plu­tôt dif­fi­cile. Une réus­site. --http://www.krinein.com/bd/carnets-gordon-mcguffin-8550.html