share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Palais des très blanches mouffettes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Palais des très blanches mouffettes

Le Palais des très blanches mouffettes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Palais des très blanches mouffettes"

" Et toutes les voix qui étaient accourues à un certain moment pour nous intimer l'ordre de chanter, de continuer, perdent leurs accents désespérés, et tous les sons se résument désormais au pas de quelqu'un qui vient, plein d'assurance, certifier notre mort. Il approche. L'immense palais s'évanouit devant un hystérique roulement de cils. Il approche. Les innombrables angoisses sont levées devant l'étendue fixe où il se précipite déjà. [...] L'homme arrive. Et le pur, le pauvre, le héros n'est plus dès lors qu'un détritus qui a gardé l'empreinte de ceux qui l'ont piétiné. " Dans cette campagne cubaine écrasée par le soleil, la misère noire et une dictature qui vit ses derniers moments, on ne peut qu'espérer devenir fou, ou mourir et rejoindre le " palais des très blanches mouffettes ". Mais existe-t-il vraiment un havre de paix pour les damnés de cette terre ? Le Palais des très blanches mouffettes est le second volet d'une pentagonie qui compte les romans : Célestino avant l'aube, Encore une fois la mer, La Couleur de l'été et L'Assaut.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 477  pages
  • Dimensions :  3.8cmx13.0cmx18.4cm
  • Poids : 539.8g
  • Editeur :   Mille Et Une Nuits Paru le
  • ISBN :  2842059069
  • EAN13 :  9782842059064
  • Classe Dewey :  863
  • Langue : Français

D'autres livres de Reinaldo Arenas

Le monde hallucinant

Anticonformiste radical, l'auteur a osé prendre tous les risques, et surtout résister au pouvoir castriste, se lançant dans une sexualité débridée, une création toujours en quête de beauté et de poésie, afin de toucher à la liberté absolue. Allant bien au-delà de la simple biographie et...

Celestino avant l'aube

" J'aime bien me promener la nuit quand il n'y a personne pour me voir. Oui, ça me plaît parce que je peux marcher à cloche-pied. Prendre mes aises à la cime d'un arbre et danser dessus, et faire des cabrioles. Et trente-six singeries, toutes différentes. Me rouler par terre et me remettre à c...

La Colline de l'ange

Deux spécialistes expliquent et analysent le secret de la peinture, et offrent deux points de vue différents. Les auteurs : Rose-Marie Hagen est née en Suisse et étudie l'histoire et la littérature à Lausanne. Rainer Hagen étudie la littérature et la science du théatre à Munich. Ensemble, ...

Encore une fois la mer

" Comment pouvoir témoigner de tout cela, comment pouvoir montrer, démontrer, à ceux qui vivent dans un État de droit, à ceux qui sont protégés par une tradition, à ceux qui savent ce qu'est la civilisation, qui peuvent se réclamer des lois, qui peuvent compter sur la logique de la raison s...

Voir tous les livres de Reinaldo Arenas

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Et toutes les voix qui étaient accourues à un certain moment pour nous intimer l'ordre de chanter, de continuer, perdent leurs accents désespérés, et tous les sons se résument désormais au pas de quelqu'un qui vient, plein d'assurance, certifier notre mort. Il approche. L'immense palais s'évanouit devant un hystérique roulement de cils. Il approche. Les innombrables angoisses sont levées devant l'étendue fixe où il se précipite déjà. [...] L'homme arrive. Et le pur, le pauvre, le héros n'est plus dès lors qu'un détritus qui a gardé l'empreinte de ceux qui l'ont piétiné. " Dans cette campagne cubaine écrasée par le soleil, la misère noire et une dictature qui vit ses derniers moments, on ne peut qu'espérer devenir fou, ou mourir et rejoindre le " palais des très blanches mouffettes ". Mais existe-t-il vraiment un havre de paix pour les damnés de cette terre ? Le Palais des très blanches mouffettes est le second volet d'une pentagonie qui compte les romans : Célestino avant l'aube, Encore une fois la mer, La Couleur de l'été et L'Assaut.