share_book
Envoyer cet article par e-mail

Arturo, l'étoile la plus brillante

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Arturo, l'étoile la plus brillante

Arturo, l'étoile la plus brillante

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Arturo, l'étoile la plus brillante"

Arturo, le fils de la Vieille Rosa, est arrêté par des miliciens à la sortie d'un concert à cause de la longueur de ses cheveux... Celui qui porte le nom de l'étoile du soir, la plus brillante dans le ciel, est envoyé sur-le-champ dans un camp de travail pour homosexuels. Aux journées harassantes passées sous le soleil à couper la canne à sucre succèdent des nuits tapageuses : les prisonniers travestis se donnent un " Grand Show ", parfois suivi d'ébats dans le maquis avec leurs gardes. Contre son gré, Arturo devient l'étoile des " Folles Captives ". Comme les autres cherchent à l'enfermer dans un carcan de vulgarité, d'imbécillité et de brutalité, il s'évade en écrivant sur des bouts de papiers et s'inventant un monde euphorique : un univers magnifique hérissé de châteaux baroques et peuplé d'éléphants royaux. Car, selon Reinaldo Arenas - qui dédia ce monologue halluciné à l'écrivain Nelson Rodriguez Leyva, interné de 1965 à 1968 dans un camp de concentration pour homosexuels -, l'imaginaire est le dernier refuge de la dignité.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 94  pages
  • Dimensions :  1.0cmx12.4cmx19.0cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Mille Et Une Nuits Paru le
  • ISBN :  2842058666
  • EAN13 :  9782842058661
  • Classe Dewey :  863.64
  • Langue : Français

D'autres livres de Reinaldo Arenas

Le monde hallucinant

Anticonformiste radical, l'auteur a osé prendre tous les risques, et surtout résister au pouvoir castriste, se lançant dans une sexualité débridée, une création toujours en quête de beauté et de poésie, afin de toucher à la liberté absolue. Allant bien au-delà de la simple biographie et...

Celestino avant l'aube

" J'aime bien me promener la nuit quand il n'y a personne pour me voir. Oui, ça me plaît parce que je peux marcher à cloche-pied. Prendre mes aises à la cime d'un arbre et danser dessus, et faire des cabrioles. Et trente-six singeries, toutes différentes. Me rouler par terre et me remettre à c...

La Colline de l'ange

Deux spécialistes expliquent et analysent le secret de la peinture, et offrent deux points de vue différents. Les auteurs : Rose-Marie Hagen est née en Suisse et étudie l'histoire et la littérature à Lausanne. Rainer Hagen étudie la littérature et la science du théatre à Munich. Ensemble, ...

Encore une fois la mer

" Comment pouvoir témoigner de tout cela, comment pouvoir montrer, démontrer, à ceux qui vivent dans un État de droit, à ceux qui sont protégés par une tradition, à ceux qui savent ce qu'est la civilisation, qui peuvent se réclamer des lois, qui peuvent compter sur la logique de la raison s...

Voir tous les livres de Reinaldo Arenas

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Arturo, le fils de la Vieille Rosa, est arrêté par des miliciens à la sortie d'un concert à cause de la longueur de ses cheveux... Celui qui porte le nom de l'étoile du soir, la plus brillante dans le ciel, est envoyé sur-le-champ dans un camp de travail pour homosexuels. Aux journées harassantes passées sous le soleil à couper la canne à sucre succèdent des nuits tapageuses : les prisonniers travestis se donnent un " Grand Show ", parfois suivi d'ébats dans le maquis avec leurs gardes. Contre son gré, Arturo devient l'étoile des " Folles Captives ". Comme les autres cherchent à l'enfermer dans un carcan de vulgarité, d'imbécillité et de brutalité, il s'évade en écrivant sur des bouts de papiers et s'inventant un monde euphorique : un univers magnifique hérissé de châteaux baroques et peuplé d'éléphants royaux. Car, selon Reinaldo Arenas - qui dédia ce monologue halluciné à l'écrivain Nelson Rodriguez Leyva, interné de 1965 à 1968 dans un camp de concentration pour homosexuels -, l'imaginaire est le dernier refuge de la dignité.