share_book
Envoyer cet article par e-mail

Penser la connaissance et la technique après Simondon

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Penser la connaissance et la technique après Simondon

Penser la connaissance et la technique après Simondon

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Penser la connaissance et la technique après Simondon"

Second volet de Penser l'individuation, dont le premier volet était consacré à « Simondon et la philosophie de la nature », Penser la connaissance et la technique après Simondon poursuit et achève l'exégèse de l'ensemble de l'oeuvre de Simondon, mais en donnant à cette exégèse un tour plus polémique. Aujourd'hui découverte ou redécouverte par un nombre croissant de philosophes et scientifiques, la pensée de Simondon ne s'est pas contentée de réhabiliter la philosophie de la nature sous la forme d'une ontologie génétique non-objectivante. Elle a aussi voulu réhabiliter d'une part l'analogie, en faisant d'elle le mode proprement philosophique de « connaissance » si la connaissance de l'individuation est elle-même individuation de la connaissance, d'autre part la technique, en subvertissant d'un même geste les trois oppositions classiques nature/culture, nature/technique et culture/technique. Or, traiter dans un même volet les deux thèmes de la Connaissance et de la Technique tient à la nature même de cette philosophie, qui pose en effet les bases d'une compréhension nouvelle et radicale de la physique mathématique comme connaissance techniquement fondée. Parce que cependant ces bases simondoniennes ne vont pas jusqu'à penser ce qu'il faut nommer les différents modes de décentrement du sujet connaissant en général, elles ne font que nous conduire au seuil d'une pensée réellement post-critique, c'est-à-dire susceptible de provoquer l' « agonie du kantisme » annoncée par Alexis Philonenko en 1969 dans L'oeuvre de Kant. Il s'agit donc à terme d'envisager la nouvelle problématique seule capable d'ambitionner la Relativité philosophique ou « révolution einsteinienne » que Bachelard et le dernier Wittgenstein appelaient tous deux de leurs voeux après la « révolution copernicienne » de Kant, et dans le projet de laquelle Simondon s'inscrivait déjà.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 314  pages
  • Dimensions :  2.8cmx13.2cmx21.0cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Editions L'harmattan Paru le
  • Collection : Esthétiques
  • ISBN :  2747585867
  • EAN13 :  9782747585866
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Hugues Barthélémy

Cahiers Simondon - Numéro 1

Quelques-uns des meilleurs spécialistes de l'oeuvre du grand philosophe français Gilbert Simondon (1924-1989), aujourd'hui reconnu comme visionnaire sur certaines des principales questions actuelles de la philosophie - le rapport humanité / animalité, la question de la technique et de sa [......

Penser l'individuation : Simondon et la philosophie de la nature

Le grand oeuvre philosophique de Gilbert Simondon (1924-1989) est formé d'une part de L'individu et sa genèse physico-biologique et L'individuation psychique et collective, qui constituent à eux deux sa Thèse principale, et d'autre part du déjà classique Du mode d'existence des objets techniqu...

Voir tous les livres de Jean-Hugues Barthélémy

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Second volet de Penser l'individuation, dont le premier volet était consacré à « Simondon et la philosophie de la nature », Penser la connaissance et la technique après Simondon poursuit et achève l'exégèse de l'ensemble de l'oeuvre de Simondon, mais en donnant à cette exégèse un tour plus polémique. Aujourd'hui découverte ou redécouverte par un nombre croissant de philosophes et scientifiques, la pensée de Simondon ne s'est pas contentée de réhabiliter la philosophie de la nature sous la forme d'une ontologie génétique non-objectivante. Elle a aussi voulu réhabiliter d'une part l'analogie, en faisant d'elle le mode proprement philosophique de « connaissance » si la connaissance de l'individuation est elle-même individuation de la connaissance, d'autre part la technique, en subvertissant d'un même geste les trois oppositions classiques nature/culture, nature/technique et culture/technique. Or, traiter dans un même volet les deux thèmes de la Connaissance et de la Technique tient à la nature même de cette philosophie, qui pose en effet les bases d'une compréhension nouvelle et radicale de la physique mathématique comme connaissance techniquement fondée. Parce que cependant ces bases simondoniennes ne vont pas jusqu'à penser ce qu'il faut nommer les différents modes de décentrement du sujet connaissant en général, elles ne font que nous conduire au seuil d'une pensée réellement post-critique, c'est-à-dire susceptible de provoquer l' « agonie du kantisme » annoncée par Alexis Philonenko en 1969 dans L'oeuvre de Kant. Il s'agit donc à terme d'envisager la nouvelle problématique seule capable d'ambitionner la Relativité philosophique ou « révolution einsteinienne » que Bachelard et le dernier Wittgenstein appelaient tous deux de leurs voeux après la « révolution copernicienne » de Kant, et dans le projet de laquelle Simondon s'inscrivait déjà.