share_book
Envoyer cet article par e-mail

Fresques italiennes : Du baroque aux Lumières 1600-1797

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Fresques italiennes : Du baroque aux Lumières 1600-1797

Fresques italiennes : Du baroque aux Lumières 1600-1797

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Fresques italiennes : Du baroque aux Lumières 1600-1797"

Dans la continuité des quatre précédents volumes, ce livre offre un panorama couvrant une vaste période de deux siècles, des débuts à Rome, marqués par le classicisme des disciples des Carrache (l'Albane, Guido Reni, Le Dominiquin, Lanfranco) jusqu'au tournant politique et artistique de la fin du XVIIIe siècle. A côté des oeuvres célèbres qui témoignent de l'éclat et des exigences de ce temps, ce volume révèle aux spécialistes, comme au public plus large des amateurs d'art, des lieux méconnus ou cachés d'une importance et d'un intérêt remarquables en un ensemble servi par une iconographie inédite. Ce rayonnement est illustré par les oeuvres majeures de deux peintres Pierre de Cortone et Luca Giordano (Rome, palais Barberini ; Florence, palais Pitti, Galleria Medicis Riccardi) et de leurs successeurs. Est également mise en valeur la place de Naples dans le contexte européen avec Solimena et de Mura. Au milieu du XVIIIe siècle, tous sont éclipsés par Giambattista Tiepolo, dont les oeuvres marquent l'ultime sommet de la peinture vénitienne. Cette sélection d'édifices dans toute la péninsule met en évidence les lignes et les thèmes directeurs de cette évolution, le cheminement de la peinture religieuse depuis " la salle illustrée " (Grottaferrata, Sant'Andrea della Valle) jusqu'au Theatrum sacrum (Rome, Il Gesu, Saint-Ignace), l'éclatement des limites spatiales au moyen de la perspective peinte, parvenue à son plein épanouissement, puis l'abandon, dans les dernières décennies du XVIIIe siècle de l'illusionnisme et de la rhétorique opulente des mondes feints. Apparaissent, en même temps, des changements dans la nature et la hiérarchie des thèmes : cette évolution touche les gloires des saints comme les apothéoses des héros temporels, mais aussi le monde des fables et des mythes antiques, que les concepteurs érudits des programmes iconographiques sous-tendent souvent de significations allégoriques et politiques cryptées. La précarité de l'existence, l'exhortation à la vertu et la mise en garde contre l'orgueil côtoient ici le faste et l'apologie pompeuse de la vie terrestre et ses plaisirs.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • Dimensions :  5.0cmx28.6cmx34.8cm
  • Poids : 4059.7g
  • Editeur :   Citadelles Et Mazenod Paru le
  • Collection : CITADEL.FERME
  • ISBN :  2850882399
  • EAN13 :  9782850882395
  • Classe Dewey :  759.04
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans la continuité des quatre précédents volumes, ce livre offre un panorama couvrant une vaste période de deux siècles, des débuts à Rome, marqués par le classicisme des disciples des Carrache (l'Albane, Guido Reni, Le Dominiquin, Lanfranco) jusqu'au tournant politique et artistique de la fin du XVIIIe siècle. A côté des oeuvres célèbres qui témoignent de l'éclat et des exigences de ce temps, ce volume révèle aux spécialistes, comme au public plus large des amateurs d'art, des lieux méconnus ou cachés d'une importance et d'un intérêt remarquables en un ensemble servi par une iconographie inédite. Ce rayonnement est illustré par les oeuvres majeures de deux peintres Pierre de Cortone et Luca Giordano (Rome, palais Barberini ; Florence, palais Pitti, Galleria Medicis Riccardi) et de leurs successeurs. Est également mise en valeur la place de Naples dans le contexte européen avec Solimena et de Mura. Au milieu du XVIIIe siècle, tous sont éclipsés par Giambattista Tiepolo, dont les oeuvres marquent l'ultime sommet de la peinture vénitienne. Cette sélection d'édifices dans toute la péninsule met en évidence les lignes et les thèmes directeurs de cette évolution, le cheminement de la peinture religieuse depuis " la salle illustrée " (Grottaferrata, Sant'Andrea della Valle) jusqu'au Theatrum sacrum (Rome, Il Gesu, Saint-Ignace), l'éclatement des limites spatiales au moyen de la perspective peinte, parvenue à son plein épanouissement, puis l'abandon, dans les dernières décennies du XVIIIe siècle de l'illusionnisme et de la rhétorique opulente des mondes feints. Apparaissent, en même temps, des changements dans la nature et la hiérarchie des thèmes : cette évolution touche les gloires des saints comme les apothéoses des héros temporels, mais aussi le monde des fables et des mythes antiques, que les concepteurs érudits des programmes iconographiques sous-tendent souvent de significations allégoriques et politiques cryptées. La précarité de l'existence, l'exhortation à la vertu et la mise en garde contre l'orgueil côtoient ici le faste et l'apologie pompeuse de la vie terrestre et ses plaisirs.