share_book
Envoyer cet article par e-mail

Une brève histoire de l'Angleterre

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Une brève histoire de l'Angleterre

Une brève histoire de l'Angleterre

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Une brève histoire de l'Angleterre"

    L'histoire d'Angleterre vue par Chesterton, c'est d'abord l'histoire d'un peuple, quand les peuples avaient encore une histoire, et c'est aussi l'histoire du Peuple auquel on a confisqué son histoire et à qui l'on a ôté ses dieux. Une histoire, c'est donc d'abord des guerres, des soulèvements, des émeutes, bref tout ce qui donne sel et gloire à la vie. Les peuples heureux, c'est bien connu, n'ont ni guerre, ni révolution, ni gloire, ni histoire. Ils font des affaires et du commerce. L'Angleterre n'a pas toujours été une île et un club. Elle l'est devenue à la Réforme qui vit la naissance du capitalisme et la spoliation des monastères par une aristocratie ci-devant militaire en passe de devenir oligarchie. Chesterton veut rattacher l'Angleterre à la romanité et à la catholicité. L'Angleterre s'est germanisée à la Réforme, il faut revenir à Rome et au Moyen Âge. Son programme est aristophanesque : une fédération paysanne de guildes et de corporations, car tout le mal vient des cités. Comme, Platon, il se méfie des États commerçants et maritimes. Sauf les échanges indispensables, son idéal est agricole et autarcique. Les droits du citoyen et l'exercice de ces droits, le minimum de disparité entre riches et pauvres, la sécurité, l'indépendance, tout exige que l'État soit petit. Un peuple de soldats laboureurs, car en régime républicain les citoyens sont aussi des soldats. A côté de lui marchent chez nous les ombres prestigieuses de Veuillot, de Barbey, de Drumont, de Bloy, de Péguy et de Bernanos.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 232  pages
    • Dimensions :  2.0cmx12.4cmx18.8cm
    • Poids : 240.4g
    • Editeur :   Editions L'age D'homme Paru le
    • Collection : Revizor
    • ISBN :  2825141526
    • EAN13 :  9782825141526
    • Langue : Français

    D'autres livres de Gilbert-Keith Chesterton

    Hérétiques

    En 1905, à trente et un ans, Gilbert Keith Chesterton réunit en un volume les articles qu'il a donnés au Daily News pendant trois ans. Ce livre, Hérétiques, allait faire l'effet d'un " coup de vent dans une pièce mal aérée ". Chesterton y attaque les maux de la modernité : la croyance au pr...

    L'homme éternel

    Dans la première partie de L'homme éternel, Chesterton s'applique à étudier l'homme comme s'il n'était qu'un animal et montre qu'il serait moins invraisemblable de le tenir pour un pur esprit. Le type même de raisonnement l'amène ensuite à regarder le Christ comme s'il n'était qu'un homme, ...

    Le paradoxe ambulant : 59 essais

    "Quand on lit Chesterton, on se sent submergé par une extraordinaire impression de bonheur. Sa prose est le contraire d'académique : elle est joyeuse. Ses mots rebondissent dans un jaillissement d'étincelles, tel un jouet mécanique soudain venu à la vie, cliquetant et tourbillonnant de bon sens...

    Le nommé Jeudi

    Ce roman étonnant, quasi métaphysique, fut initialement publié en 1908 sous le titre Un cauchemar. À la suite d'une discussion sur la nature de la poésie qui vire à la dispute entre Lucien Gregory, poète de l'anarchie, et Gabriel Syme, catholique militant, poète de la loi et l'ordre, Gregory...

    Voir tous les livres de Gilbert-Keith Chesterton

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    L'histoire d'Angleterre vue par Chesterton, c'est d'abord l'histoire d'un peuple, quand les peuples avaient encore une histoire, et c'est aussi l'histoire du Peuple auquel on a confisqué son histoire et à qui l'on a ôté ses dieux. Une histoire, c'est donc d'abord des guerres, des soulèvements, des émeutes, bref tout ce qui donne sel et gloire à la vie. Les peuples heureux, c'est bien connu, n'ont ni guerre, ni révolution, ni gloire, ni histoire. Ils font des affaires et du commerce. L'Angleterre n'a pas toujours été une île et un club. Elle l'est devenue à la Réforme qui vit la naissance du capitalisme et la spoliation des monastères par une aristocratie ci-devant militaire en passe de devenir oligarchie. Chesterton veut rattacher l'Angleterre à la romanité et à la catholicité. L'Angleterre s'est germanisée à la Réforme, il faut revenir à Rome et au Moyen Âge. Son programme est aristophanesque : une fédération paysanne de guildes et de corporations, car tout le mal vient des cités. Comme, Platon, il se méfie des États commerçants et maritimes. Sauf les échanges indispensables, son idéal est agricole et autarcique. Les droits du citoyen et l'exercice de ces droits, le minimum de disparité entre riches et pauvres, la sécurité, l'indépendance, tout exige que l'État soit petit. Un peuple de soldats laboureurs, car en régime républicain les citoyens sont aussi des soldats. A côté de lui marchent chez nous les ombres prestigieuses de Veuillot, de Barbey, de Drumont, de Bloy, de Péguy et de Bernanos.