share_book
Envoyer cet article par e-mail

Biologie et comportements humains : Ethologie humaine

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Biologie et comportements humains : Ethologie humaine

Biologie et comportements humains : Ethologie humaine

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Biologie et comportements humains : Ethologie humaine"

    Vertébrée mammifère primate, l'espèce humaine partage le sort terrestre des autres représentants du règne animal. Anatomie, physiologie, son incarnation obéit à toutes les lois de la matière vivante. Une particularité exceptionnelle la sépare néanmoins des autres existants planétaires : l'apparition de la conscience. Cette faculté lui a permis de s'imposer à la surface du globe, de vivre mieux et plus longtemps, grâce à la pensée, à la parole, à l'intention guidant la praxis opérante, fabricante. Et aussi d'échapper quelque peu au rigorisme des déterminismes guidant la vie animale. L'humanité a ainsi conquis une certaine marge de manoeuvre dans l'exécution des tâches comportementales qui assurent sa présence au monde. Cet espace de liberté, cette déprogrammation partielle qui permet à chacun, chacune, d'effectuer un parcours original, personnel. Voilà qui a longtemps intimidé les esprits scientifiques, lorsqu'il fallait envisager d'appliquer aux humains la biologie des comportements, l'éthologie, qui avait fait preuve de sa fiabilité dans l'étude du monde animal. Le pas ne fut franchi qu'à la moitié du XXe siècle, à la suite des travaux de Konrad Lorenz, Eibl-Eibesfeldt, Desmond Morris... Tout en reconnaissant la marge d'imprévisibilité du destin humain, de l'humanité, ils ont permis de constater la persistance inexpugnable des programmes vitaux inscrits dans les gènes de notre espèce. L'éthologie humaine doit donc s'appliquer à étudier ces programmes déterminant le maintien de l'individu, le maintien de l'espèce, et l'établissement des statuts intraspécifiques. Et ce n'est certes pas une science à l'eau de rose. Elle doit rendre compte de ces conflits millénaires qui déchirent les humains, dépourvus de freins instinctuels à leur agressivité et disposant d'instruments mortifères, donc des nuisances que chacun, chacune, mais certains plus que d'autres, peuvent infliger à leurs congénères. Ce n'est pas pour autant que la férocité régisse tous les rapports entre les hommes. Gérard Zwang s'applique à démontrer, au contraire, que notre vieux fonds animal préfère la compétition pacifique à l'affrontement meurtrier. Loin donc de déplorer les impératifs et nécessités d'une constitution biologique finalement très favorable à notre espèce, les constats de cette étude incitent plutôt les humains, selon un épicurisme déniant à la conscience de la mort inéluctable le pouvoir d'assombrir toute leur existence terrestre, à jouir de ces bienfaits dont ils sont les seuls à pouvoir bénéficier : les joies sans prix de l'amour, de l'art, de la création, de la vie familiale, de l'amitié... de l'enchantement des paysages terrestres.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 269  pages
    • Dimensions :  2.0cmx15.0cmx20.8cm
    • Poids : 158.8g
    • Editeur :   Sauramps Médical Paru le
    • Collection : SPECIALITES MED
    • ISBN :  2840236265
    • EAN13 :  9782840236269
    • Langue : Français

    D'autres livres de Gérard Zwang

    Lettre ouverte aux mals baisants

    Les mal baisants foisonnent. Tous ces mauvais coucheurs qui ne peuvent s'empêcher de vouloir régenter l'entrecuisse de leurs contemporains, au besoin par la manière forte. Alors qu'eux-mêmes ne font de leur sexe qu'un usage déplorable, ou nul. L'outrecuidance est en effet la plus insupportable ...

    Atlas du sexe de la femme

    L'Atlas du sexe de la femme vous donnera l'occasion de découvrir visuellement l'anatomie (dans ses moindres détails) et la physiologie d'un organe peu présenté et mal connu. Ce livre luxueux comporte plus de 150 photographies du sexe féminin. Les légendes en font une description exacte. Ceux q...

    Atlas du sexe de la femme

    L'Atlas du sexe de la femme vous donnera l'occasion de découvrir visuellement l'anatomie (dans ses moindres détails) et la physiologie d'un organe peu présenté et mal connu. Ce livre luxueux comporte plus de 150 photographies du sexe féminin. Les légendes en font une description exacte. Ceux q...

    Le Sexe de la femme

    Dés sa première édition, le livre du docteur Gérard Zwang a provoqué une énorme sensation et une quasi unanimité d'éloges venus des deux sexes (jusque chez les féministes les moins complaisantes), en même temps que quelques grincements de dents puritains. Son ouvrage est en effet, tout sim...

    Voir tous les livres de Gérard Zwang

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Vertébrée mammifère primate, l'espèce humaine partage le sort terrestre des autres représentants du règne animal. Anatomie, physiologie, son incarnation obéit à toutes les lois de la matière vivante. Une particularité exceptionnelle la sépare néanmoins des autres existants planétaires : l'apparition de la conscience. Cette faculté lui a permis de s'imposer à la surface du globe, de vivre mieux et plus longtemps, grâce à la pensée, à la parole, à l'intention guidant la praxis opérante, fabricante. Et aussi d'échapper quelque peu au rigorisme des déterminismes guidant la vie animale. L'humanité a ainsi conquis une certaine marge de manoeuvre dans l'exécution des tâches comportementales qui assurent sa présence au monde. Cet espace de liberté, cette déprogrammation partielle qui permet à chacun, chacune, d'effectuer un parcours original, personnel. Voilà qui a longtemps intimidé les esprits scientifiques, lorsqu'il fallait envisager d'appliquer aux humains la biologie des comportements, l'éthologie, qui avait fait preuve de sa fiabilité dans l'étude du monde animal. Le pas ne fut franchi qu'à la moitié du XXe siècle, à la suite des travaux de Konrad Lorenz, Eibl-Eibesfeldt, Desmond Morris... Tout en reconnaissant la marge d'imprévisibilité du destin humain, de l'humanité, ils ont permis de constater la persistance inexpugnable des programmes vitaux inscrits dans les gènes de notre espèce. L'éthologie humaine doit donc s'appliquer à étudier ces programmes déterminant le maintien de l'individu, le maintien de l'espèce, et l'établissement des statuts intraspécifiques. Et ce n'est certes pas une science à l'eau de rose. Elle doit rendre compte de ces conflits millénaires qui déchirent les humains, dépourvus de freins instinctuels à leur agressivité et disposant d'instruments mortifères, donc des nuisances que chacun, chacune, mais certains plus que d'autres, peuvent infliger à leurs congénères. Ce n'est pas pour autant que la férocité régisse tous les rapports entre les hommes. Gérard Zwang s'applique à démontrer, au contraire, que notre vieux fonds animal préfère la compétition pacifique à l'affrontement meurtrier. Loin donc de déplorer les impératifs et nécessités d'une constitution biologique finalement très favorable à notre espèce, les constats de cette étude incitent plutôt les humains, selon un épicurisme déniant à la conscience de la mort inéluctable le pouvoir d'assombrir toute leur existence terrestre, à jouir de ces bienfaits dont ils sont les seuls à pouvoir bénéficier : les joies sans prix de l'amour, de l'art, de la création, de la vie familiale, de l'amitié... de l'enchantement des paysages terrestres.