share_book
Envoyer cet article par e-mail

Haïti, l'insupportable souffrance

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Haïti, l'insupportable souffrance

Haïti, l'insupportable souffrance

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Haïti, l'insupportable souffrance"

12 janvier 2010. L'une des catastrophes les plus meurtrières qu'on ait connues depuis longtemps s'abat sur Haïti. L'opinion mondiale s'émeut, évoquant le surnaturel. Malédiction ! Haïti serait-elle le pays damné de la terre ? Pourquoi ne s'intéresse-t-on jamais à cette nation, la plus pauvre d'Amérique, que pour parler des malheurs qui la frappent ? Pourquoi n'évoque-t-on qu'à voix basse son histoire, dont une longue partie est pourtant commune avec celle de la France ? L'histoire récente d'Haïti n'est pas moins ignorée. À en croire certains commentateurs, le premier président démocratiquement élu d'Haïti aurait démissionné en 2004. Une " démission " qui, d'après le récit palpitant et terrifiant qu'en livre ici Randail Robinson, témoin privilégié, ressemble plutôt à un coup d'État fomenté par l'administration Bush, avec le soutien de Dominique de Villepin. De même l'intervention américaine de 2010, sous prétexte humanitaire, n'est-elle pas une nouvelle occupation ? Haïti, l'insupportable souffrance nous donne toutes les clés permettant de décrypter l'après-tremblement de terre et, plus généralement, l'incroyable mépris que l'Occident affiche pour un pays qui, s'il se relève encore une fois, n'a pas fini de nous étonner.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 315  pages
  • Dimensions :  3.0cmx14.0cmx22.0cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Editions Alphée Paru le
  • Collection : Ethiopica
  • ISBN :  2753805466
  • EAN13 :  9782753805460
  • Classe Dewey :  972.94073
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

12 janvier 2010. L'une des catastrophes les plus meurtrières qu'on ait connues depuis longtemps s'abat sur Haïti. L'opinion mondiale s'émeut, évoquant le surnaturel. Malédiction ! Haïti serait-elle le pays damné de la terre ? Pourquoi ne s'intéresse-t-on jamais à cette nation, la plus pauvre d'Amérique, que pour parler des malheurs qui la frappent ? Pourquoi n'évoque-t-on qu'à voix basse son histoire, dont une longue partie est pourtant commune avec celle de la France ? L'histoire récente d'Haïti n'est pas moins ignorée. À en croire certains commentateurs, le premier président démocratiquement élu d'Haïti aurait démissionné en 2004. Une " démission " qui, d'après le récit palpitant et terrifiant qu'en livre ici Randail Robinson, témoin privilégié, ressemble plutôt à un coup d'État fomenté par l'administration Bush, avec le soutien de Dominique de Villepin. De même l'intervention américaine de 2010, sous prétexte humanitaire, n'est-elle pas une nouvelle occupation ? Haïti, l'insupportable souffrance nous donne toutes les clés permettant de décrypter l'après-tremblement de terre et, plus généralement, l'incroyable mépris que l'Occident affiche pour un pays qui, s'il se relève encore une fois, n'a pas fini de nous étonner.