share_book
Envoyer cet article par e-mail

Au secours, ils veulent la peau du capitalisme ! : Petites leçons sur l'économie de marché à l'usage de ses détracteurs

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Au secours, ils veulent la peau du capitalisme ! : Petites leçons sur l'économie de marché à l'usage de ses détracteurs

Au secours, ils veulent la peau du capitalisme ! : Petites leçons sur l'économie de marché à l'usage de ses détracteurs

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Au secours, ils veulent la peau du capitalisme ! : Petites leçons sur..."

Depuis l'éclatement de la crise financière, à l'automne 2008, les responsables politiques de tout bord tirent à boulets rouges sur le capitalisme. Dénonçant ses « dérives » et réclamant, sinon sa fin, du moins sa réforme et sa « moralisation », ils font appel à la « nécessaire intervention » de l'Etat. L'on voit même des libre-échangistes notoires aboyer avec la meute. La cause est entendue : c'est la faute au marché ! Dictées par l'opportunisme ou par une culture économique sommaire, ces déclarations ne résistent pas à l'analyse. Certes, la responsabilité de certains banquiers, dirigeants de fonds d'investissement ou simples courtiers est engagée. Mais, sur le fond, la crise est moins due à « trop » de libéralisme qu'à « pas assez ». S'inscrivant dans la longue durée, ce livre rappelle le rôle prépondérant du capitalisme dans le progrès économique et social. S'appuyant sur des exemples concrets et des données chiffrées, il balaye les jugements à l'emporte-pièce et dénonce l'action des pompiers pyromanes qui voudraient éteindre l'incendie en attisant la vindicte populaire et en réglementant davantage un système déjà lourdement enrayé.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 219  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.6cmx22.0cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   Editions Générales First Paru le
  • ISBN :  2754012095
  • EAN13 :  9782754012096
  • Classe Dewey :  330
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Depuis l'éclatement de la crise financière, à l'automne 2008, les responsables politiques de tout bord tirent à boulets rouges sur le capitalisme. Dénonçant ses « dérives » et réclamant, sinon sa fin, du moins sa réforme et sa « moralisation », ils font appel à la « nécessaire intervention » de l'Etat. L'on voit même des libre-échangistes notoires aboyer avec la meute. La cause est entendue : c'est la faute au marché ! Dictées par l'opportunisme ou par une culture économique sommaire, ces déclarations ne résistent pas à l'analyse. Certes, la responsabilité de certains banquiers, dirigeants de fonds d'investissement ou simples courtiers est engagée. Mais, sur le fond, la crise est moins due à « trop » de libéralisme qu'à « pas assez ». S'inscrivant dans la longue durée, ce livre rappelle le rôle prépondérant du capitalisme dans le progrès économique et social. S'appuyant sur des exemples concrets et des données chiffrées, il balaye les jugements à l'emporte-pièce et dénonce l'action des pompiers pyromanes qui voudraient éteindre l'incendie en attisant la vindicte populaire et en réglementant davantage un système déjà lourdement enrayé.