share_book
Envoyer cet article par e-mail

On s'ennuyait le dimanche

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
On s'ennuyait le dimanche

On s'ennuyait le dimanche

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "On s'ennuyait le dimanche"

« Chaque année en hiver, il m'expliquait la différence entre les clémentines et les mandarines. Il jetait les écorces dans le feu de la cheminée, le salon embaumait l'odeur piquante et sucrée des fruits, et des pétales de roses séchées qu'il conservait dans un panier d'osier posé sur le radiateur de la cuisine. Il y avait des noix de son verger et des branches de houx. Noël approchait. Nous étions heureux et nous savions pourquoi. » « Un de nos grands mémorialistes contemporains. » Nicolas d'Estienne d'Orves, Le Figaro « Sevran écrit un français parfait. Il est le neveu de Chardonne et le fils naturel de Jouhandeau. » Gilles Pudlowski, Le Point « Il est impossible de ne pas aimer Pascal Sevran quand on a lu son journal. » téphane Hoffmann, Le Figaro Magazine « Sevran était écrivain avant d'être célèbre. Son style a l'éclat d'un pur-sang. » Bernard Morlino, Lire

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 290  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.6cmx22.0cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Editions Albin Michel Paru le
  • ISBN :  2226149716
  • EAN13 :  9782226149718
  • Langue : Français

D'autres livres de Pascal Sevran

La Mélancolie des fanfares

Toutes les fenêtres dans la nuit racontent une histoire différente. Un peu de la nôtre aussi. Je guette des ombres aux fenêtres. Selon qu'on aperçoit une bibliothèque ou l'éclair d'un écran de télévision, selon qu'une ampoule pendouille au plafond, ce n'est pas la même. Des vies, des peti...

Journal, Tome 8 : La mélancolie des fanfares

« La vie sans lui ce n'est pas le titre d'un livre, c'est ma vie de tous les jours, de toutes les nuits. À me voir bondir encore ici ou là, on finira par croire que je suis un incorrigible sauteur, un Parisien insatiable ne dînant qu'avec des ministres, ou me cachant ici avec quelques godelureau...

Journal, Tome 9 : Les Petits Bals perdus

Pascal Sevran est mort le 9 mai 2008. Jusqu'au bout, au mépris du mal terrible qui le ronge, il reste le témoin lucide et emporté d'une époque qui le passionnait, le chroniqueur amusé de la vie parisienne et de son village de Morterolles, l'observateur ironique d'un monde qui lui convenait mal....

Journal, Tome 4 : Lentement, place de l'église

" J'écris cela au début d'un siècle, n'importe lequel, de quelque part en France. Il a gelé la nuit dernière, nous verrons à la Pentecôte, peut-être avant, si les rosiers auront résisté. J'ai retrouvé le pull-over rouge que la femme du Duc avait tricoté pour Stéphane. Je ne prendrai pas...

Voir tous les livres de Pascal Sevran

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Chaque année en hiver, il m'expliquait la différence entre les clémentines et les mandarines. Il jetait les écorces dans le feu de la cheminée, le salon embaumait l'odeur piquante et sucrée des fruits, et des pétales de roses séchées qu'il conservait dans un panier d'osier posé sur le radiateur de la cuisine. Il y avait des noix de son verger et des branches de houx. Noël approchait. Nous étions heureux et nous savions pourquoi. » « Un de nos grands mémorialistes contemporains. » Nicolas d'Estienne d'Orves, Le Figaro « Sevran écrit un français parfait. Il est le neveu de Chardonne et le fils naturel de Jouhandeau. » Gilles Pudlowski, Le Point « Il est impossible de ne pas aimer Pascal Sevran quand on a lu son journal. » téphane Hoffmann, Le Figaro Magazine « Sevran était écrivain avant d'être célèbre. Son style a l'éclat d'un pur-sang. » Bernard Morlino, Lire