share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mémoires du général Griois 1812-1822 : Maréchal de camp d'artillerie, baron de l'Empire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mémoires du général Griois 1812-1822 : Maréchal de camp d'artillerie, baron de l'Empire

Mémoires du général Griois 1812-1822 : Maréchal de camp d'artillerie, baron de l'Empire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Mémoires du général Griois 1812-1822 : Maréchal de camp d'artillerie, baron de l'Empire"

J'allai avec le général Grouchy et son chef d'état-major Jumilhac reconnaître les environs. Un boulet tiré de très près passa entre nous trois. Jumilhac se baissa vivement. Le général Grouchy ne put s'empêcher de sourire : " Il paraît, colonel, que vous êtes plus familier avec les boulets que monsieur, car vous ne les saluez pas comme lui. " On ne montre pas sa peur des boulets, lorsque l'on est officier d'artillerie dans la Grande Armée. Et pourtant, que la guerre est effrayante pendant cette campagne de 1812 où la souffrance humaine atteint son paroxysme. La valeur du témoignage de Griois tient dans le fait que l'auteur ne s'attribue jamais un rôle qui n'est pas le sien. Il décrit ce qu'il voit et ce qu'il ressent aux côtés des hommes qu'il commande. Griois endure les misères de la guerre, il connaît aussi la gloire. En 1813, il commande l'artillerie de la vieille garde impériale, ce qui en dit assez sur ses mérites de soldat. Ses mémoires sont un document exceptionnel sur les dernières campagnes de l'Empire

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 999  pages
  • Dimensions :  2.8cmx13.6cmx22.4cm
  • Poids : 621.4g
  • Editeur :   Editions Du Grenadier - Bernard Giovanangeli Paru le
  • ISBN :  2909034437
  • EAN13 :  9782909034430
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

J'allai avec le général Grouchy et son chef d'état-major Jumilhac reconnaître les environs. Un boulet tiré de très près passa entre nous trois. Jumilhac se baissa vivement. Le général Grouchy ne put s'empêcher de sourire : " Il paraît, colonel, que vous êtes plus familier avec les boulets que monsieur, car vous ne les saluez pas comme lui. " On ne montre pas sa peur des boulets, lorsque l'on est officier d'artillerie dans la Grande Armée. Et pourtant, que la guerre est effrayante pendant cette campagne de 1812 où la souffrance humaine atteint son paroxysme. La valeur du témoignage de Griois tient dans le fait que l'auteur ne s'attribue jamais un rôle qui n'est pas le sien. Il décrit ce qu'il voit et ce qu'il ressent aux côtés des hommes qu'il commande. Griois endure les misères de la guerre, il connaît aussi la gloire. En 1813, il commande l'artillerie de la vieille garde impériale, ce qui en dit assez sur ses mérites de soldat. Ses mémoires sont un document exceptionnel sur les dernières campagnes de l'Empire