share_book
Envoyer cet article par e-mail

Souvenirs de guerre du lieutenant Martin : 1812-1815

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Souvenirs de guerre du lieutenant Martin : 1812-1815

Souvenirs de guerre du lieutenant Martin : 1812-1815

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Souvenirs de guerre du lieutenant Martin : 1812-1815"

Il n'avait pas dix-huit ans, n'était pas Français mais appartenait toutefois au Grand Empire voulu par Napoléon ; il rêvait de voyage et d'aventures. Avec toute la vitalité de la jeunesse et dans l'ambiance survoltée de la geste napoléonienne, Jacques-François Martin, citoyen suisse, se voyait devenir maréchal de France lors-qu'il franchit le portail de Saint-Cyr un matin d'août 1812. Un rêve vite rattrapé par une dure réalité : formation vite expédiée, arrivée en régiment après la débâcle de Russie, premières marches, bivouac, l'ennemi enfin... Et la guerre qui surgit dans toute son horreur. Après les combats, il faut encore souffrir sans garantie de soins si l'on est blessé et, pour certains, dépouiller les morts si l'on est indemne. Le typhus ajoute aux malheurs et à la vulnérabilité de la troupe. Vient ensuite Leipzig, la retraite vers la France, les Cent-Jours puis Waterloo où il est blessé. De la victoire à la défaite, la marge est étroite, et une troupe passe vite de l'assaut enthousiaste à la débandade irrépressible. A cette occasion, Martin livre une description du combat plus juste et représentative, dans sa brutalité et sa confusion, que les actes héroïques souvent ressassés. Devenu pasteur et professeur à Genève, l'ancien lieutenant Martin s'est souvenu de cette flambée guerrière qui avait failli l'emporter. Ses pages sont parmi les plus belles jamais écrites sur l'épopée napoléonienne...

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 332  pages
  • Dimensions :  3.6cmx14.8cmx21.4cm
  • Poids : 480.8g
  • Editeur :   Tallandier Paru le
  • Collection : Bibliothèque napoléonienne
  • ISBN :  2847344535
  • EAN13 :  9782847344530
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Il n'avait pas dix-huit ans, n'était pas Français mais appartenait toutefois au Grand Empire voulu par Napoléon ; il rêvait de voyage et d'aventures. Avec toute la vitalité de la jeunesse et dans l'ambiance survoltée de la geste napoléonienne, Jacques-François Martin, citoyen suisse, se voyait devenir maréchal de France lors-qu'il franchit le portail de Saint-Cyr un matin d'août 1812. Un rêve vite rattrapé par une dure réalité : formation vite expédiée, arrivée en régiment après la débâcle de Russie, premières marches, bivouac, l'ennemi enfin... Et la guerre qui surgit dans toute son horreur. Après les combats, il faut encore souffrir sans garantie de soins si l'on est blessé et, pour certains, dépouiller les morts si l'on est indemne. Le typhus ajoute aux malheurs et à la vulnérabilité de la troupe. Vient ensuite Leipzig, la retraite vers la France, les Cent-Jours puis Waterloo où il est blessé. De la victoire à la défaite, la marge est étroite, et une troupe passe vite de l'assaut enthousiaste à la débandade irrépressible. A cette occasion, Martin livre une description du combat plus juste et représentative, dans sa brutalité et sa confusion, que les actes héroïques souvent ressassés. Devenu pasteur et professeur à Genève, l'ancien lieutenant Martin s'est souvenu de cette flambée guerrière qui avait failli l'emporter. Ses pages sont parmi les plus belles jamais écrites sur l'épopée napoléonienne...