share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mémoires du colonel Combe 1793-1832

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mémoires du colonel Combe 1793-1832

Mémoires du colonel Combe 1793-1832

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Mémoires du colonel Combe 1793-1832"

" La boîte à mitraille, qui tombait et éclatait à deux pas de mes pelotons, faisait pleuvoir sur nous une grêle de fer et de plomb, comme si on nous eût jeté, à un pas de distance, une poignée de petites pierres. Les hommes et les chevaux tombaient autour de moi... Je me contentai de fermer un instant les yeux pour n'être point aveuglé par le sable que faisait jaillir cette nuée de projectiles, étonné de ne point sentir de blessures, mais résigné à une mort inévitable. Je reçus quatre coups de canon dans cette terrible position, sans bouger, le sabre à l'épaule et ne pouvant manoeuvrer pour les éviter sans démasquer le front de nos régiments ; enfin, je me trouvais dans une de ces circonstances de guerre où il faut savoir faire à son devoir le sacrifice de sa vie. " Tel est le témoignage du jeune officier de cavalerie, Julien Combe, engagé avec son escadron dans la terrible campagne de 1812, où les exploits militaires et les souffrances dépassèrent ce qu'il est permis d'imaginer. Survivant de la Berezina, Combe continue de servir en 1813 avec zèle et dignité. Sa fougue, la paix revenue, l'entraînera dans l'un des complots qui se multiplieront au nom de Napoléon Ier. Ce sont de tels hommes qui ont formé le véritable dernier carré de l'Empereur !

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 999  pages
  • Dimensions :  3.0cmx14.0cmx21.6cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Editions Du Grenadier - Bernard Giovanangeli Paru le
  • ISBN :  2909034836
  • EAN13 :  9782909034836
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" La boîte à mitraille, qui tombait et éclatait à deux pas de mes pelotons, faisait pleuvoir sur nous une grêle de fer et de plomb, comme si on nous eût jeté, à un pas de distance, une poignée de petites pierres. Les hommes et les chevaux tombaient autour de moi... Je me contentai de fermer un instant les yeux pour n'être point aveuglé par le sable que faisait jaillir cette nuée de projectiles, étonné de ne point sentir de blessures, mais résigné à une mort inévitable. Je reçus quatre coups de canon dans cette terrible position, sans bouger, le sabre à l'épaule et ne pouvant manoeuvrer pour les éviter sans démasquer le front de nos régiments ; enfin, je me trouvais dans une de ces circonstances de guerre où il faut savoir faire à son devoir le sacrifice de sa vie. " Tel est le témoignage du jeune officier de cavalerie, Julien Combe, engagé avec son escadron dans la terrible campagne de 1812, où les exploits militaires et les souffrances dépassèrent ce qu'il est permis d'imaginer. Survivant de la Berezina, Combe continue de servir en 1813 avec zèle et dignité. Sa fougue, la paix revenue, l'entraînera dans l'un des complots qui se multiplieront au nom de Napoléon Ier. Ce sont de tels hommes qui ont formé le véritable dernier carré de l'Empereur !