share_book
Envoyer cet article par e-mail

Du principe fédératif et de la nécessité de reconstituer le parti de la révolution

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Du principe fédératif et de la nécessité de reconstituer le parti de la révolution

Du principe fédératif et de la nécessité de reconstituer le parti de la révolution

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Du principe fédératif et de la nécessité de reconstituer le parti de la révolution"

" Le vingtième siècle, prophétisait Proudhon en 1863, ouvrira l'ère des fédérations, ou l'humanité recommencera un purgatoire de mille ans. " Echaperons-nous au purgatoire ? Depuis le 1er janvier 1999, après la naissance de l'Euro, la question de la fédération européenne est désormais posée. Or les références des Français en matière de fédéralisme sont peu nombreuses, pour ne pas dire inexistantes. Le paradoxe veut que Proudhon, penseur de premier ordre à la fois du principe et de l'idée de fédération, ne soit plus lu en France, et que son livre, Du principe fédératif, soit tombé dans l'oubli. Incompris de ses contemporains, " l'homme-terreur ", " l'homme sans nom ", le " fédéraliste Proudhon ", dont seuls les ennemis avaient pris la mesure, ne doit plus rester ignoré. Ecoutons sans attendre le vieux philosophe : " Quel que soit le pouvoir chargé des destinées de la France, j'ose le dire, il n'y a plus pour lui d'autre politique à suivre, pas d'autre voie de salut, pas d'autre idée. Qu'il donne donc le signal des fédérations européennes ; qu'il s'en fasse l'allié, le chef et le modèle, et sa gloire sera d'autant plus grande, qu'elle couronnera toutes les gloires. "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 181  pages
  • Dimensions :  1.2cmx11.0cmx17.8cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Romillat Paru le
  • Collection : Retour au texte
  • ISBN :  2878940237
  • EAN13 :  9782878940237
  • Classe Dewey :  321.02
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre-Joseph Proudhon

La pornocratie

Établissez, avec la communauté des amours, l'universalité du célibat, et, je ne crains pas de le dire, vous aurez un surcroît de consommation, moins de travail, moins d'épargne, partant plus de misère ; en dernière analyse, à la place d'une société policée, une société vouée au ...

Prix : 113 DH
Qu'est-ce que la propriété ?

Ce texte, publié en 1840, rendit célèbre Pierre-Joseph Proudhon grâce à une impérissable formule « La propriété, c'est le vol. » Pour Proudhon, le capitalisme est l'apothéose d'une extorsion invisible. Le rassemblement productif des travailleurs dégage une force collective supérieure à...

Prix : 101 DH

Controverse sur Courbet et l'utilite sociale de l'art

En 1863, Gustave Courbet, exclu du Salon pour son tableau Le Retour de la conférence, presse son ami le théoricien socialiste Pierre-Joseph Proudhon d’en rédiger la défense. Ce qui ne devait être qu’une brochure de quelques pages devient bientôt un vaste traité du rôle social de l’arti...

Du principe de l'art et de sa destination sociale

Du principe de l'art et de sa destination sociale a été publié quelques mois après la mort de Proudhon en 1865. Il était quasiment achevé. Courbet, son ami d'Ornans, lui demande un jour une préface pour un catalogue : ce fut finalement un livre, un bonne dizaine d'années plus tard, un livre ...

Voir tous les livres de Pierre-Joseph Proudhon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Le vingtième siècle, prophétisait Proudhon en 1863, ouvrira l'ère des fédérations, ou l'humanité recommencera un purgatoire de mille ans. " Echaperons-nous au purgatoire ? Depuis le 1er janvier 1999, après la naissance de l'Euro, la question de la fédération européenne est désormais posée. Or les références des Français en matière de fédéralisme sont peu nombreuses, pour ne pas dire inexistantes. Le paradoxe veut que Proudhon, penseur de premier ordre à la fois du principe et de l'idée de fédération, ne soit plus lu en France, et que son livre, Du principe fédératif, soit tombé dans l'oubli. Incompris de ses contemporains, " l'homme-terreur ", " l'homme sans nom ", le " fédéraliste Proudhon ", dont seuls les ennemis avaient pris la mesure, ne doit plus rester ignoré. Ecoutons sans attendre le vieux philosophe : " Quel que soit le pouvoir chargé des destinées de la France, j'ose le dire, il n'y a plus pour lui d'autre politique à suivre, pas d'autre voie de salut, pas d'autre idée. Qu'il donne donc le signal des fédérations européennes ; qu'il s'en fasse l'allié, le chef et le modèle, et sa gloire sera d'autant plus grande, qu'elle couronnera toutes les gloires. "