share_book
Envoyer cet article par e-mail

Prométhée réenchaîné

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Prométhée réenchaîné

Prométhée réenchaîné

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Prométhée réenchaîné"

«Depuis que ce livre fut écrit vers 1960-1970, les temps ont une fois de plus changé. Le mur qui séparait notre monde en deux hémisphères Est-Ouest s'est écroulé. Et la révolte semble maintenant avoir perdu l'espoir de la. révolution qui ferait triompher toute la liberté, pour tous, sur Terre. Prométhée perdrait-il ses illusions ? Ne serait-il pas quelque part entre mer Noire et Caspienne de Caucase, où Zeus l'aurait hier enchaîné ? Prométhée se retrouve non pas libre mais seul sur Terre, où, pour tuer le temps, "il trafique et bricole atomes et gènes". Et faute de mieux, hanté par son vieux mythe, il se fabrique un Caucase de carton-pâte sur lequel il se hisse, lance ses pétards et gesticule pour s'épater lui-même. Zeus n'est plus à Rome ni à Moscou. Il s'est absenté, bien au-delà de notre banlieue galactique, derrière la courbure de l'univers, au-delà du temps et du big-bang originel... Rien d'autre qu'une scène au décor peint où Prométhée vainement s'agite. Rien d'autre qu'un ciel vide où, à des milliards d'années-lumière, brillent des atomes chimiques... Rien... que du fer, du silicium... Nul sens, les innombrables et invisibles tentacules d'une nécessité ou d'un hasard innommables, dont la conscience se révèle captive de toutes parts. Rien de vrai, donc de faux; seulement des chaînes. Le bloc d'un néant où la liberté est pétrifiée. Seulement le fait, dénombré, quantifié: la science... Même plus de vautour... Zeus s'est absenté, reste sa foudre.» (Bernard Charbonneau.)

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 345  pages
  • Dimensions :  2.0cmx11.0cmx16.8cm
  • Poids : 81.6g
  • Editeur :   Table Ronde Paru le
  • Collection : Pet Vermillon
  • ISBN :  2710324458
  • EAN13 :  9782710324454
  • Classe Dewey :  100
  • Langue : Français

D'autres livres de Bernard Charbonneau

Nuit et jour

Ce diptyque associe une critique de ce que l'on appelle la Culture à celle de la Science. A première vue l'une est aux antipodes de l'autre. Mais les antipodes sont l'envers d'un même monde. Tel est le cas dans le nôtre de la Culture, domaine de la sensibilité, du rêve et de la création perso...

Voir tous les livres de Bernard Charbonneau

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

«Depuis que ce livre fut écrit vers 1960-1970, les temps ont une fois de plus changé. Le mur qui séparait notre monde en deux hémisphères Est-Ouest s'est écroulé. Et la révolte semble maintenant avoir perdu l'espoir de la. révolution qui ferait triompher toute la liberté, pour tous, sur Terre. Prométhée perdrait-il ses illusions ? Ne serait-il pas quelque part entre mer Noire et Caspienne de Caucase, où Zeus l'aurait hier enchaîné ? Prométhée se retrouve non pas libre mais seul sur Terre, où, pour tuer le temps, "il trafique et bricole atomes et gènes". Et faute de mieux, hanté par son vieux mythe, il se fabrique un Caucase de carton-pâte sur lequel il se hisse, lance ses pétards et gesticule pour s'épater lui-même. Zeus n'est plus à Rome ni à Moscou. Il s'est absenté, bien au-delà de notre banlieue galactique, derrière la courbure de l'univers, au-delà du temps et du big-bang originel... Rien d'autre qu'une scène au décor peint où Prométhée vainement s'agite. Rien d'autre qu'un ciel vide où, à des milliards d'années-lumière, brillent des atomes chimiques... Rien... que du fer, du silicium... Nul sens, les innombrables et invisibles tentacules d'une nécessité ou d'un hasard innommables, dont la conscience se révèle captive de toutes parts. Rien de vrai, donc de faux; seulement des chaînes. Le bloc d'un néant où la liberté est pétrifiée. Seulement le fait, dénombré, quantifié: la science... Même plus de vautour... Zeus s'est absenté, reste sa foudre.» (Bernard Charbonneau.)