share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Nature Morte ou la place des choses: L'Objet et son lieu dans l'art occidental

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Nature Morte ou la place des choses: L'Objet et son lieu dans l'art occidental

La Nature Morte ou la place des choses: L'Objet et son lieu dans l'art occidental

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La Nature Morte ou la place des choses: L'Objet et son lieu dans l'art occidental"

    La nature morte est habituellement étudiée en mettant l’accent sur la signification symbolique des objets, en rapport avec la tradition du memento mori. Sans nier la pertinence d’une telle approche, cet ouvrage interrroge le rôle qu’y joue le lieu où les motifs prennent place.. La conception, novatrice, développée ici est que la nature morte doit être comprise dans un jeu topographique de déplacement des motifs les uns par rapport aux autres pour prendre place dans un lieu qui lui-même s’inscrit dans une confrontation implicite avec les autres lieux. On partira donc du hors lieu que constitue la dimension allégorique constitutive du genre, en tentant de retracer la manière dont la question de la localisation, c’est-à-dire la caractérisation du lieu, intervient à la Renaissance. Il faudra ensuite prendre en considération le jeu souvent subtil qui s’établit entre la localisation primitive de l’objet ou de l’être représenté : le modèle du studiolo, de l’accumulation didactique d’objets et d’êtres variés, évoquant le macrocosme que reflète le microcosme de l’œuvre. Seront envisagés en deuxième partie la nature morte et le lieu de l’homme : ses jeux d’absence et de présence, la représentation du temps, du fragment. Enfin, une troisième partie interrogera la nature morte comme lieu de l’art, enjeu d’une conception réflexive de l’art, et de son « recommencent » : des premiers trompe-l’œil au cubisme et à l’abstraction à travers l’affirmation du fond, la valorisation de la question du point de vue, l’esthétique du montage, la critique de l’objet les interrogations sur l’espace comme porteur de sens, le travail sur les limites, ceci jusque dans les installations contemporaines.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Relié
    • 340  pages
    • Dimensions :  4.6cmx28.2cmx33.4cm
    • Poids : 3460.9g
    • Editeur :   Hazan Paru le
    • Collection : Beaux Arts
    • ISBN :  2850259845
    • EAN13 :  9782850259845
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    La nature morte est habituellement étudiée en mettant l’accent sur la signification symbolique des objets, en rapport avec la tradition du memento mori. Sans nier la pertinence d’une telle approche, cet ouvrage interrroge le rôle qu’y joue le lieu où les motifs prennent place.. La conception, novatrice, développée ici est que la nature morte doit être comprise dans un jeu topographique de déplacement des motifs les uns par rapport aux autres pour prendre place dans un lieu qui lui-même s’inscrit dans une confrontation implicite avec les autres lieux. On partira donc du hors lieu que constitue la dimension allégorique constitutive du genre, en tentant de retracer la manière dont la question de la localisation, c’est-à-dire la caractérisation du lieu, intervient à la Renaissance. Il faudra ensuite prendre en considération le jeu souvent subtil qui s’établit entre la localisation primitive de l’objet ou de l’être représenté : le modèle du studiolo, de l’accumulation didactique d’objets et d’êtres variés, évoquant le macrocosme que reflète le microcosme de l’œuvre. Seront envisagés en deuxième partie la nature morte et le lieu de l’homme : ses jeux d’absence et de présence, la représentation du temps, du fragment. Enfin, une troisième partie interrogera la nature morte comme lieu de l’art, enjeu d’une conception réflexive de l’art, et de son « recommencent » : des premiers trompe-l’œil au cubisme et à l’abstraction à travers l’affirmation du fond, la valorisation de la question du point de vue, l’esthétique du montage, la critique de l’objet les interrogations sur l’espace comme porteur de sens, le travail sur les limites, ceci jusque dans les installations contemporaines.