share_book
Envoyer cet article par e-mail

Hadewijch d'Anvers : Une femme ardente

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Hadewijch d'Anvers : Une femme ardente

Hadewijch d'Anvers : Une femme ardente

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Hadewijch d'Anvers : Une femme ardente"

    Hadewijch d'Anvers était un être de feu. Un être dévoré par un désir taraudant, d'une inimaginable intensité : le désir d'atteindre ce qu'elle appelait la " fruition ", cette jouissance où l'être échappe à ses limites, transporté par une exultation, un amour extrêmes, proprement indicibles. Mais cette transfiguration consume une telle énergie qu'elle ne peut durer. Assez vite l'être retombe dans son quotidien, dans l'ordinaire des jours. Toutefois, ce qu'il a vécu était d'une si rare violence qu'il est repris par le désir de le vivre à nouveau. Commence alors l'attente, cette autre forme de la brûlure. Tout paraît insipide. Espoirs déçus. Doutes. Cet instant où l'être s'embrase ne reviendra-t-il donc jamais ? Dans ses poèmes et ses lettres, Hadewijch ne parle que rarement et brièvement de la " merveille ". Le plus souvent, elle nous entretient de cette interminable attente qui lui est imposée. Il lui faut ne rien faire, ne rien vouloir, il lui faut même désirer sans désirer, car tout ce qui peut entailler la passivité requise tourne à fin contraire.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 88  pages
    • Dimensions :  1.2cmx10.6cmx17.4cm
    • Poids : 59.0g
    • Editeur :   Points Paru le
    • Collection : Points Sagesses
    • ISBN :  2757823523
    • EAN13 :  9782757823521
    • Langue : Français

    D'autres livres de Hadewijch d'Anvers

    Ecrits mystiques des béguines

    À la fin du XIIe siècle se développe clans le nord-ouest de l'Europe un nouveau type de communauté religieuse : les béguines, vouées à la prière et aux bonnes œuvres, vivent hors des cloîtres un retour à des formes simples de religion. Souvent en proie à des extases, ces " inspirées " o...

    Voir tous les livres de Hadewijch d'Anvers

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Hadewijch d'Anvers était un être de feu. Un être dévoré par un désir taraudant, d'une inimaginable intensité : le désir d'atteindre ce qu'elle appelait la " fruition ", cette jouissance où l'être échappe à ses limites, transporté par une exultation, un amour extrêmes, proprement indicibles. Mais cette transfiguration consume une telle énergie qu'elle ne peut durer. Assez vite l'être retombe dans son quotidien, dans l'ordinaire des jours. Toutefois, ce qu'il a vécu était d'une si rare violence qu'il est repris par le désir de le vivre à nouveau. Commence alors l'attente, cette autre forme de la brûlure. Tout paraît insipide. Espoirs déçus. Doutes. Cet instant où l'être s'embrase ne reviendra-t-il donc jamais ? Dans ses poèmes et ses lettres, Hadewijch ne parle que rarement et brièvement de la " merveille ". Le plus souvent, elle nous entretient de cette interminable attente qui lui est imposée. Il lui faut ne rien faire, ne rien vouloir, il lui faut même désirer sans désirer, car tout ce qui peut entailler la passivité requise tourne à fin contraire.