share_book
Envoyer cet article par e-mail

Charb n'aime pas les gens. Chroniques politiques 1996-2002

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Charb n'aime pas les gens. Chroniques politiques 1996-2002

Charb n'aime pas les gens. Chroniques politiques 1996-2002

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Charb n'aime pas les gens. Chroniques politiques 1996-2002"

    LES DÉBATS SUR LA SÉCURITÉ sont bien pratiques. La sécurité permet au plus nul des élus, au plus lamentable des politiques de se faire applaudir par le populo. Plus il y a de flics, plus ils tapent fort et moins il y a d'insécurité. Voilà le théorème simpliste récité par le gouvernement et l'opposition. On veut nous faire croire que les problèmes d'insécurité, ça fait appel au bon sens, mais surtout pas à la politique. Pourtant, la sécurité, la manière dont on l'envisage et, surtout, la manière dont on essaye ou pas de la garantir, ce n'est que de la politique. La fréquence même à laquelle est prononcé le mot sécurité, c'est de la politique. Aucun homme politique n'est assez bête pour vraiment penser que la sécurité se garantit en arrosant de pognon la flicaille. Et pourtant, les gouvernements arrosent, et sans discuter. Combien de mois les cheminots ou les enseignants devraient-ils faire grève pour obtenir ce que les policiers obtiennent ? Comptons plutôt en années. Si les gouvernements sont si généreux avec la police, c'est parce que ça lui coûte toujours moins cher de lui payer des gilets pare-balles, des voitures de course et des primes à la noix que de mener les longues et chères réformes économiques et sociales qui seraient à même de réduire ce " sentiment d'insécurité " qui a fait son nid dans le crâne des Français. On a bien dressé les gens, de manière qu'ils ne fassent surtout plus le lien entre chômage, éducation, consommation, économie et sécurité. Une société sécuritaire, c'est plus facile à mettre en place qu'une société juste. Mais voilà, dire cela est ringard, utopiste, et dangereux.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 205  pages
    • Dimensions :  1.8cmx12.0cmx20.2cm
    • Poids : 222.3g
    • Editeur :   Agone Paru le
    • Collection : Contre-feux
    • ISBN :  2748900022
    • EAN13 :  9782748900026
    • Classe Dewey :  300
    • Langue : Français

    D'autres livres de Charb

    Marcel Keuf le flic

    Les autorités civiles et militaires sont invitées à payer un coup à boire au titulaire de cette carte, qui a un Q I suffisant pour entrer dans la police mais pas pour en sortir...

    Voir tous les livres de Charb

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    LES DÉBATS SUR LA SÉCURITÉ sont bien pratiques. La sécurité permet au plus nul des élus, au plus lamentable des politiques de se faire applaudir par le populo. Plus il y a de flics, plus ils tapent fort et moins il y a d'insécurité. Voilà le théorème simpliste récité par le gouvernement et l'opposition. On veut nous faire croire que les problèmes d'insécurité, ça fait appel au bon sens, mais surtout pas à la politique. Pourtant, la sécurité, la manière dont on l'envisage et, surtout, la manière dont on essaye ou pas de la garantir, ce n'est que de la politique. La fréquence même à laquelle est prononcé le mot sécurité, c'est de la politique. Aucun homme politique n'est assez bête pour vraiment penser que la sécurité se garantit en arrosant de pognon la flicaille. Et pourtant, les gouvernements arrosent, et sans discuter. Combien de mois les cheminots ou les enseignants devraient-ils faire grève pour obtenir ce que les policiers obtiennent ? Comptons plutôt en années. Si les gouvernements sont si généreux avec la police, c'est parce que ça lui coûte toujours moins cher de lui payer des gilets pare-balles, des voitures de course et des primes à la noix que de mener les longues et chères réformes économiques et sociales qui seraient à même de réduire ce " sentiment d'insécurité " qui a fait son nid dans le crâne des Français. On a bien dressé les gens, de manière qu'ils ne fassent surtout plus le lien entre chômage, éducation, consommation, économie et sécurité. Une société sécuritaire, c'est plus facile à mettre en place qu'une société juste. Mais voilà, dire cela est ringard, utopiste, et dangereux.