share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les grandes années du cyclisme : Les années 60

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les grandes années du cyclisme : Les années 60

Les grandes années du cyclisme : Les années 60

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les grandes années du cyclisme : Les années 60"

La nouvelle collection « Les grandes années du cyclisme » évoque les événements cyclistes les plus marquants d'une décennie. Le premier tome, qui sortira en décembre, traitera des années 60, années mythiques pour la société française, celle des yéyé, de la mini jupe et de mai 68, autant de références qui sont abordées en complément de lecture, pour plonger le lecteur dans l'atmosphère et la (re) découverte de cette période dorée. Un champion français domine la scène internationale, le normand Jacques Anquetil premier Français à inscrire son nom au Tour d'Italie et à quatre reprises dans le Tour. La France, surtout au moment des congés payés de juillet, un progrès social sacralisé, est coupée en deux, entre « anquetillistes et « poulidoristes. Cette rivalité atteint son paroxysme dans le Tour 64, sur les pentes du Puy de Dôme, où Poulidor perd le Tour pour moins d'une minute. Poulidor, « l'éternel malchanceux » qui rate le maillot jaune, qu'il ne parviendra jamais à endosser, pour seulement six secondes seulement lors du prologue du Tour 67, et fait pleurer la France, avant de se sacrifier pour le leader de l'équipe nationale, Roger Pingeon. Mais « Pouli d'or », comme l'écrivent certains journalistes, qui gagne, avec ses victoires inattendues dans Milan San Remo 61 et la Flèche Wallonne 63, un terrain sur lequel Anquetil préfère renoncer. Les années 60, celles du général De Gaulle salué par la caravane du Tour qui s'arrête à Colombey-les-deux églises, sont endeuillées par la mort du Britannique Tom Simpson, en 67 sur les pentes surchauffées du Ventoux et l'apparition du doping. Années tragiques avec la chute de Roger Rivière, en 1960, dans le col du Perjuret, avec l'échec du solide Belge Herman Van Springel qui perd le Tour 68 pour 38 secondes, le dernier jour, battu par le Hollandais à lunettes Jan Janssen et le championnat du monde quelques mois plus tard en terminant deuxième derrière l‘Italien Adorni qui s'impose chez lui à Imola. L'Italie, en manque de champion, se prend à espérer en Felice Gimondi vainqueur de Paris-Roubaix en 66 et du Tour l'année précédente. Les années 60 célèbrent également l'avènement d'Eddy Merckx, vainqueur de son premier Tour en 69, de façon écrasante, sur la lancée de ses succès prometteurs dans les classiques. Un nouveau roi belge prend le pouvoir, et succède à Rik Van Looy -dont la carrière se termine après son doublé dans le championnat du monde en 1960 et 61- et la France apprend à orthographier son nom à cinq consonnes : MERCKX ! C'est cette rivalité franco-française, et cette richesse du cyclisme qui est abordée dans les « grandes années du vélo » grâce à une très riche iconographie, parfois surprenante, et à des textes très documentés et vivants. Le livre évoque en clin d'oeil la « préhistoire », c'est-à-dire les années d'avant-guerre et revient sur l'actualité de l'année, pour ne pas être trop décalé, avec le souci de surprendre agréablement le lecteur. Anecdotes, portraits, analyses et différentes entrées de lecture composent ce premier album d'une collection appelée à devenir un trésor de souvenirs et de documents cyclistes.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 139  pages
  • Dimensions :  1.6cmx26.4cmx29.6cm
  • Poids : 1102.2g
  • Editeur :   Jacob-Duvernet Paru le
  • ISBN :  2847243089
  • EAN13 :  9782847243086
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Paul Vespini

Les coureurs du tour de France en cartes postales

Voici un livre qui permet de redécouvrir le Tour de France grâce aux principaux acteurs qui en ont écrit l'histoire. Dès les premières éditions de la Grande Boucle, des cartes postales à l'effigie des coureurs cyclistes du Tour ont été publiées, pour répondre à la demande sans cesse gran...

Campionissimi : Grands parmi les grands du vélo

Jean-Paul Vespini est journaliste à La Provence. Il a reçu en 2006 le prix Pierre Chany, récompensant le meilleur article de cyclisme écrit en langue française. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages aux Editions Jacob-Duvernet dont Le premier Tour de France, tout a commencé en 1903 et le premi...

Voir tous les livres de Jean-Paul Vespini

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La nouvelle collection « Les grandes années du cyclisme » évoque les événements cyclistes les plus marquants d'une décennie. Le premier tome, qui sortira en décembre, traitera des années 60, années mythiques pour la société française, celle des yéyé, de la mini jupe et de mai 68, autant de références qui sont abordées en complément de lecture, pour plonger le lecteur dans l'atmosphère et la (re) découverte de cette période dorée. Un champion français domine la scène internationale, le normand Jacques Anquetil premier Français à inscrire son nom au Tour d'Italie et à quatre reprises dans le Tour. La France, surtout au moment des congés payés de juillet, un progrès social sacralisé, est coupée en deux, entre « anquetillistes et « poulidoristes. Cette rivalité atteint son paroxysme dans le Tour 64, sur les pentes du Puy de Dôme, où Poulidor perd le Tour pour moins d'une minute. Poulidor, « l'éternel malchanceux » qui rate le maillot jaune, qu'il ne parviendra jamais à endosser, pour seulement six secondes seulement lors du prologue du Tour 67, et fait pleurer la France, avant de se sacrifier pour le leader de l'équipe nationale, Roger Pingeon. Mais « Pouli d'or », comme l'écrivent certains journalistes, qui gagne, avec ses victoires inattendues dans Milan San Remo 61 et la Flèche Wallonne 63, un terrain sur lequel Anquetil préfère renoncer. Les années 60, celles du général De Gaulle salué par la caravane du Tour qui s'arrête à Colombey-les-deux églises, sont endeuillées par la mort du Britannique Tom Simpson, en 67 sur les pentes surchauffées du Ventoux et l'apparition du doping. Années tragiques avec la chute de Roger Rivière, en 1960, dans le col du Perjuret, avec l'échec du solide Belge Herman Van Springel qui perd le Tour 68 pour 38 secondes, le dernier jour, battu par le Hollandais à lunettes Jan Janssen et le championnat du monde quelques mois plus tard en terminant deuxième derrière l‘Italien Adorni qui s'impose chez lui à Imola. L'Italie, en manque de champion, se prend à espérer en Felice Gimondi vainqueur de Paris-Roubaix en 66 et du Tour l'année précédente. Les années 60 célèbrent également l'avènement d'Eddy Merckx, vainqueur de son premier Tour en 69, de façon écrasante, sur la lancée de ses succès prometteurs dans les classiques. Un nouveau roi belge prend le pouvoir, et succède à Rik Van Looy -dont la carrière se termine après son doublé dans le championnat du monde en 1960 et 61- et la France apprend à orthographier son nom à cinq consonnes : MERCKX ! C'est cette rivalité franco-française, et cette richesse du cyclisme qui est abordée dans les « grandes années du vélo » grâce à une très riche iconographie, parfois surprenante, et à des textes très documentés et vivants. Le livre évoque en clin d'oeil la « préhistoire », c'est-à-dire les années d'avant-guerre et revient sur l'actualité de l'année, pour ne pas être trop décalé, avec le souci de surprendre agréablement le lecteur. Anecdotes, portraits, analyses et différentes entrées de lecture composent ce premier album d'une collection appelée à devenir un trésor de souvenirs et de documents cyclistes.