share_book
Envoyer cet article par e-mail

La veilleuse des Solovski

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La veilleuse des Solovski

La veilleuse des Solovski

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La veilleuse des Solovski"

La Veilleuse des Solovki est l'oeuvre d'une vie : celle de Boris Chiriaev, intellectuel moscovite qui fait mémoire de ses sept années de travaux forcés aux îles Solovki archipel situé dans les eaux glacées de la mer Blanche, au large des côtes de Carélie. Une " chronique des temps de naufrage " qu'il commencera à écrire au camp et poursuivra pendant vingt-cinq ans. Haut lieu de l'orthodoxie et du monachisme depuis le XVIe siècle, cette terre florissante allait devenir le symbole même de la répression bolchevique avec l'installation du premier camp de concentration soviétique, en 1920, où seront déportés intellectuel, ecclésiastiques, officiers, paysans et criminels de droit commun. Quand Chiriaev arrive aux Solovki, en 1923, le camp présente un paradoxe qui éclate dans le livre. L'auteur y décrit en effet la terreur, la barbarie, le désespoir, mais relate aussi la grande effervescence intellectuelle, scientifique et artistique qui est encore tolérée par le pouvoir à l'époque. La Russie d'hier n'est donc pas encore définitivement anéantie, la culture non plus dont les plus brillants représentants se trouvent dans ce pénitencier. " Le régime des Solovki n'était pas encore bardé de la cuirasse du système ", écrira Soljenitsyne dans L'Archipel du Goulag. Mais il y a plus. Chiriaev, au milieu de cette désolation, voit poindre la lueur veilleuse que rien ne peut éteindre, celle du dernier ascète des Solovki qu'il a surpris en prière dans sa hutte au fond des bois, celle aussi d'une baronne qui sacrifie vie pour soigner les malades du typhus, ou par cette communauté de vieux-croyant qui, persécutés par le nouveau pouvoir, mourront aux Solovki dans la plus absolue dignité. Les Solovki étaient un Golgotha, nous dit l'auteur, mais sur elles brillait la lumière de l'Esprit.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 331  pages
  • Dimensions :  2.8cmx14.8cmx23.4cm
  • Poids : 499.0g
  • Editeur :   Editions Des Syrtes Paru le
  • Collection : Littérature étrangère
  • ISBN :  2845451059
  • EAN13 :  9782845451056
  • Classe Dewey :  947.084

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La Veilleuse des Solovki est l'oeuvre d'une vie : celle de Boris Chiriaev, intellectuel moscovite qui fait mémoire de ses sept années de travaux forcés aux îles Solovki archipel situé dans les eaux glacées de la mer Blanche, au large des côtes de Carélie. Une " chronique des temps de naufrage " qu'il commencera à écrire au camp et poursuivra pendant vingt-cinq ans. Haut lieu de l'orthodoxie et du monachisme depuis le XVIe siècle, cette terre florissante allait devenir le symbole même de la répression bolchevique avec l'installation du premier camp de concentration soviétique, en 1920, où seront déportés intellectuel, ecclésiastiques, officiers, paysans et criminels de droit commun. Quand Chiriaev arrive aux Solovki, en 1923, le camp présente un paradoxe qui éclate dans le livre. L'auteur y décrit en effet la terreur, la barbarie, le désespoir, mais relate aussi la grande effervescence intellectuelle, scientifique et artistique qui est encore tolérée par le pouvoir à l'époque. La Russie d'hier n'est donc pas encore définitivement anéantie, la culture non plus dont les plus brillants représentants se trouvent dans ce pénitencier. " Le régime des Solovki n'était pas encore bardé de la cuirasse du système ", écrira Soljenitsyne dans L'Archipel du Goulag. Mais il y a plus. Chiriaev, au milieu de cette désolation, voit poindre la lueur veilleuse que rien ne peut éteindre, celle du dernier ascète des Solovki qu'il a surpris en prière dans sa hutte au fond des bois, celle aussi d'une baronne qui sacrifie vie pour soigner les malades du typhus, ou par cette communauté de vieux-croyant qui, persécutés par le nouveau pouvoir, mourront aux Solovki dans la plus absolue dignité. Les Solovki étaient un Golgotha, nous dit l'auteur, mais sur elles brillait la lumière de l'Esprit.