share_book
Envoyer cet article par e-mail

Un bagne en Russie : Solovki

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Un bagne en Russie : Solovki

Un bagne en Russie : Solovki

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Un bagne en Russie : Solovki"

Le monastère de l'archipel de Soloski, en mer Blanche, est le lieu qui symbolise, mieux que tout autre, la tragédie dans laquelle la révolution bolchevique de 1917 plonge la Russie : en 1923, ce magnifique sanctuaire orthodoxe est transformé en un camp de concentration qui allait donner naissance au système du Goulag tout entier. Intellectuels, écrivains, artistes, scientifiques, militants politiques, aristocrates, officiers du tsar, entrepreneurs, prêtres mais aussi ouvriers et paysans y sont déportés, avec des droits communs. Le monde occidental a feint de découvrir le Goulag, avec Une journée d'Ivan Denissovitch (1962) et surtout L'Archipel du Goulag (1973) d'Alexandre Soljenistyne. Pourtant, il savait. Des témoignages existaient. En particulier, celui-ci, Un bagne en Russie rouge, publié à Paris en 1927. Fruit d'une enquête minutieuse et riche de témoignages d'évadés ou de (rares) détenus libérés des Solovski (parmi lesquels des Français, diplomates ou industriels, accusés d'espionnage), le livre de Raymond Duguet est un implacable réquisitoire contre un système concentrationnaire qui n'en était qu'à ses débuts. Salué, en son temps, par lma presse française et internationale, il n'en sera pas moins oublié. Une réédition de ce document historique s'imposait

Détails sur le produit

  • Reliure : Album
  • 286  pages
  • Dimensions :  2.0cmx14.0cmx22.0cm
  • Poids : 362.9g
  • Editeur :   Jacob Duvernet (Editions) Paru le
  • Collection : Essais Document
  • ISBN :  2715814895
  • EAN13 :  9782715814899
  • Classe Dewey :  365.45094

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le monastère de l'archipel de Soloski, en mer Blanche, est le lieu qui symbolise, mieux que tout autre, la tragédie dans laquelle la révolution bolchevique de 1917 plonge la Russie : en 1923, ce magnifique sanctuaire orthodoxe est transformé en un camp de concentration qui allait donner naissance au système du Goulag tout entier. Intellectuels, écrivains, artistes, scientifiques, militants politiques, aristocrates, officiers du tsar, entrepreneurs, prêtres mais aussi ouvriers et paysans y sont déportés, avec des droits communs. Le monde occidental a feint de découvrir le Goulag, avec Une journée d'Ivan Denissovitch (1962) et surtout L'Archipel du Goulag (1973) d'Alexandre Soljenistyne. Pourtant, il savait. Des témoignages existaient. En particulier, celui-ci, Un bagne en Russie rouge, publié à Paris en 1927. Fruit d'une enquête minutieuse et riche de témoignages d'évadés ou de (rares) détenus libérés des Solovski (parmi lesquels des Français, diplomates ou industriels, accusés d'espionnage), le livre de Raymond Duguet est un implacable réquisitoire contre un système concentrationnaire qui n'en était qu'à ses débuts. Salué, en son temps, par lma presse française et internationale, il n'en sera pas moins oublié. Une réédition de ce document historique s'imposait