share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ça c'est un baiser

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ça c'est un baiser

Ça c'est un baiser

  (Auteur)


Prix : 101,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ça c'est un baiser"

Roman à deux voix. Celle de l'homme Nathan, "un tout petit flic de rien du tout", comme il lui arrive parfois de se définir, et celle de la femme, Marie-Jo, flic elle aussi, obsédée par son poids et par les footings. Au milieu, un meurtre, celui de la jeune Jennifer Brennen, fille de Paul Brennen, un grand patron de l'industrie de la mode. Au bout des trois cent quatre-vingt-trois pages, la situation apparemment simple du début est devenue extrêmement complexe. D'une part, parce que gravite autour des deux héros une galaxie d'autres personnages : amants, maîtresses, ex-femmes, faux drogués, vrais voyous, artistes en devenir, activistes politiques, utopistes ou gens définitivement lessivés par l'existence. D'autre part, parce que la narration hésite sans jamais trancher entre le polar et le roman psychologique. Sait-on encore qui est qui et qui fait quoi ? Dans Ça c'est un baiser, Philippe Djian prend un malin plaisir à s'accorder le droit inaliénable que lui offre le roman de dire ce qu'il veut quand il veut. On pourra parfois être déboussolé ou énervé (au sujet de Catherine Millet, Nathan se demande : "Est-ce qu'elle sait baiser ?", nous on se demande : quel intérêt ?) mais au final, bon an mal an, ce roman qui a emprunté des chemins de traverse retrouve sa route. Noir, très noir, drôle aussi, Ça c'est un baiser est le onzième roman de Philippe Djian. Avec le temps, l'auteur culte de 37,2° le matin, paru en 1985, est sorti de la pause adolescente maniérée pour affirmer une écriture singulière. Au même encrier, Djian trempe sa plume une fois dans l'humour, une autre fois dans l'incertitude ; la combinatoire de ce plaisir et de cette révolte fait de lui un auteur à part. --Denis Gombert --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 434 pages
  • Dimensions :  2.0cmx10.8cmx17.4cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070313344
  • EAN13 :  9782070313341
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Philippe Djian

Criminels

Les personnages de Criminels parlent sans espérer vraiment être entendus: pour se rassurer, peut-être, pour savoir où ils en sont, pour se persuader qu'ils existent. Ils pourraient aussi bien crier, ou gémir, ou chanter. C'est pourquoi le récit se présente comme un chœur foisonnant, un chaos...

Prix : 66 DH
Assassins

" Je travaillais pour un assassin. Cette réflexion prenait toute sa valeur lorsque je me penchais sur la rivière. Je travaillais pour un assassin comme la plupart des habitants de la ville, mais personne ne disait rien. Les fermes concernées s'étalaient sur plusieurs kilomètres en aval. ...

Prix : 66 DH

Sotos

Entrer dans la vie, c'est entrer dans l'arène. On est jeune, plein de feu, et on croit la vie à ses pieds. Très vite, on découvre que ce qui va se passer est un peu plus compliqué qu'il n'y paraissait. Que les châtiments successifs débouchent sur l'inéluctable mise à mort. Sous la lumière ...

Prix : 258 DH
Maudit manège

Prix : 67 DH

Voir tous les livres de Philippe Djian

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Roman à deux voix. Celle de l'homme Nathan, "un tout petit flic de rien du tout", comme il lui arrive parfois de se définir, et celle de la femme, Marie-Jo, flic elle aussi, obsédée par son poids et par les footings. Au milieu, un meurtre, celui de la jeune Jennifer Brennen, fille de Paul Brennen, un grand patron de l'industrie de la mode. Au bout des trois cent quatre-vingt-trois pages, la situation apparemment simple du début est devenue extrêmement complexe. D'une part, parce que gravite autour des deux héros une galaxie d'autres personnages : amants, maîtresses, ex-femmes, faux drogués, vrais voyous, artistes en devenir, activistes politiques, utopistes ou gens définitivement lessivés par l'existence. D'autre part, parce que la narration hésite sans jamais trancher entre le polar et le roman psychologique. Sait-on encore qui est qui et qui fait quoi ? Dans Ça c'est un baiser, Philippe Djian prend un malin plaisir à s'accorder le droit inaliénable que lui offre le roman de dire ce qu'il veut quand il veut. On pourra parfois être déboussolé ou énervé (au sujet de Catherine Millet, Nathan se demande : "Est-ce qu'elle sait baiser ?", nous on se demande : quel intérêt ?) mais au final, bon an mal an, ce roman qui a emprunté des chemins de traverse retrouve sa route. Noir, très noir, drôle aussi, Ça c'est un baiser est le onzième roman de Philippe Djian. Avec le temps, l'auteur culte de 37,2° le matin, paru en 1985, est sorti de la pause adolescente maniérée pour affirmer une écriture singulière. Au même encrier, Djian trempe sa plume une fois dans l'humour, une autre fois dans l'incertitude ; la combinatoire de ce plaisir et de cette révolte fait de lui un auteur à part. --Denis Gombert --Ce texte fait référence à l'édition Broché .