share_book
Envoyer cet article par e-mail

Levi-Strauss, le passage du Nord-Ouest : Précédé d'Indian Cosmetics de Claude Lévi-Strauss

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Levi-Strauss, le passage du Nord-Ouest : Précédé d'Indian Cosmetics de Claude Lévi-Strauss

Levi-Strauss, le passage du Nord-Ouest : Précédé d'Indian Cosmetics de Claude Lévi-Strauss

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Levi-Strauss, le passage du Nord-Ouest : Précédé d'Indian Cosmetics de Claude Lévi-Strauss"

    Lévi-Strauss, le passage du Nord-Ouest, cet essai est centré sur le séjour à New York de Claude Lévi-Strauss dans les années de guerre et sur les bouleversements de pensée qui en furent induits. En prenant distance d'avec le désastre européen, après deux guerres suicidaires, et en contact avec la culture américaine et celle de l'exil, la recherche anthropologique y trouva un tout autre sens qui donna naissance au structuralisme. Le propos de Claude Imbert est de repérer le trajet entre Tristes Tropiques (1958) et La Voie des masques (1975), qui se poursuit sur l'échiquier des villes, Paris, Sao Paulo, New York et Taxila, mais aussi sur la trace des cultures amazoniennes dont les peintures corporelles perpétuent une vivante archéologie. C'est aussi un itinéraire mental, lié à la mission de l'ethnographe et à l'épreuve du retour. Il s'agit de saisir ce qui court sous les mots, les mythes, les peintures faciales, au seuil de la vie humaine et de tout langage ; ce qui métamorphose les bruits en sons, les odeurs en parfums, l'environnement en itinéraires mythiques, les plumes et les nacres en signes d'affinité, et le soleil couchant en éventail de couleurs.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 226  pages
    • Dimensions :  2.0cmx10.8cmx16.4cm
    • Poids : 199.6g
    • Editeur :   Herne Paru le
    • Collection : Carnets de l'Herne
    • ISBN :  2851978829
    • EAN13 :  9782851978820
    • Langue : Français

    D'autres livres de Claude Imbert

    Faites vous-même votre psychothérapie. Numéro 1, d'aujourd'hui à votre enfance

    L'auteur nous propose dans ce guide d'auto-analyse des moyens pour gagner des mois de thérapie en nous posant les bonnes questions, en trouvant les causes profondes dans notre enfance et en mettant à notre disposition de réels outils pour devenir nous-même et vivre notre vie. ...

    Voir tous les livres de Claude Imbert

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Lévi-Strauss, le passage du Nord-Ouest, cet essai est centré sur le séjour à New York de Claude Lévi-Strauss dans les années de guerre et sur les bouleversements de pensée qui en furent induits. En prenant distance d'avec le désastre européen, après deux guerres suicidaires, et en contact avec la culture américaine et celle de l'exil, la recherche anthropologique y trouva un tout autre sens qui donna naissance au structuralisme. Le propos de Claude Imbert est de repérer le trajet entre Tristes Tropiques (1958) et La Voie des masques (1975), qui se poursuit sur l'échiquier des villes, Paris, Sao Paulo, New York et Taxila, mais aussi sur la trace des cultures amazoniennes dont les peintures corporelles perpétuent une vivante archéologie. C'est aussi un itinéraire mental, lié à la mission de l'ethnographe et à l'épreuve du retour. Il s'agit de saisir ce qui court sous les mots, les mythes, les peintures faciales, au seuil de la vie humaine et de tout langage ; ce qui métamorphose les bruits en sons, les odeurs en parfums, l'environnement en itinéraires mythiques, les plumes et les nacres en signes d'affinité, et le soleil couchant en éventail de couleurs.