share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mongolie : Nomades et libres

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mongolie : Nomades et libres

Mongolie : Nomades et libres

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Mongolie : Nomades et libres"

Depuis 1990 et les premières élections démocratiques, les éleveurs mongols se tournent vers d'ancestrales habitudes de liberté. Ils puisent dans les sources identitaires que sont le chamanisme, Gengis Khan, et surtout le lamaïsme jaune, adopté par leurs ancêtres au XVIe siècle. En même temps, ils accueillent la modernité avec autant d'enthousiasme que l'étranger sur leur terre ou le printemps après un long hiver. Jamais ils ne se défont de leur fierté nomade, cet état d'âme qui leur a permis de perpétuer un mode de vie qui peut sembler à première vue anachronique, mais qui est une source sans fin de découvertes. Comment ne pas être fasciné par cette réalité ? Plus d'un million de citoyens mongols vivent aujourd'hui du pastoralisme nomade. Leur providence, c'est l'herbe de la steppe, qui croît envers et contre tout sur un plateau balayé par le vent, où l'hiver dure huit mois de l'année. Ce tapis de graminées, de plantes à stipes, se couvre soudain de fleurs au mois de juin. Dès la fin août, il s'endort sous une couche de givre. Des animaux adaptés au froid se nourrissent de cette végétation rase : les petits chevaux mongols, les moutons, les chèvres, les yacks, les chameaux de Bactriane, à condition qu'ils se déplacent sur de vastes espaces. Les éleveurs survivent grâce à leurs troupeaux qui leur fournissent tout ce dont ils ont besoin : nourriture, boisson, vêtements, tapis et cordages, moyens de transport et combustible sous forme de bouse séchée. Le nomadisme mongol ressemble à un pacte établi avec la nature. Il s'accompagne d'une culture riche et subtile. Les chants, longs ou diphoniques, entonnés au quotidien ou à l'occasion des rencontres toujours attendues dans l'espace sans fin de la steppe, en sont l'un des trésors. Les fêtes rythment la vie des éleveurs, en particulier celle du naadam. Cette compétition des " trois jeux virils " - la lutte, le tir à l'arc et la course de chevaux - plonge ses racines dans le passé des peuples turco-mongols, dans l'âpre combat pour la survie des tribus. Entre les deux géants que sont la Chine et la Russie, la Mongolie est soumise désormais aux aléas de l'économie mondiale. Mais les éleveurs des steppes perpétuent leurs traditions et continuent d'affirmer leur goût pour la liberté.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 192  pages
  • Dimensions :  2.2cmx27.0cmx27.0cm
  • Poids : 1478.7g
  • Editeur :   Dakota Editions Paru le
  • ISBN :  2846401101
  • EAN13 :  9782846401104
  • Classe Dewey :  390.095
  • Langue : Français

D'autres livres de Fabienne Tisserand

Le Danube : De la source à la mer Noire

Le Danube est le plus puissant des fleuves européens. Il est aussi le second par sa longueur, après la Volga. De sa source dans la Forêt-Noire à son embouchure sur la mer Noire, il s'écoule sur près de 3000 kilomètres. Il traverse ou borde dix pays: Allemagne, Autriche, Slovaquie, Hongrie, Cr...

Voyage au pays du souvenir, 1914-1918 : Sur les traces de la Première Guerre mondiale, des Flandres à l'Alsace

Le front de la Grande Guerre est inscrit dans le paysage du nord de la France et de la Belgique, où se lisent encore les événements sanglants du début du XXe siècle. Ce territoire à part, chaîne de monts et de fleuves étendue de la mer du Nord à l'Alsace, est un lieu privilégié pour la d...

Voir tous les livres de Fabienne Tisserand

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Depuis 1990 et les premières élections démocratiques, les éleveurs mongols se tournent vers d'ancestrales habitudes de liberté. Ils puisent dans les sources identitaires que sont le chamanisme, Gengis Khan, et surtout le lamaïsme jaune, adopté par leurs ancêtres au XVIe siècle. En même temps, ils accueillent la modernité avec autant d'enthousiasme que l'étranger sur leur terre ou le printemps après un long hiver. Jamais ils ne se défont de leur fierté nomade, cet état d'âme qui leur a permis de perpétuer un mode de vie qui peut sembler à première vue anachronique, mais qui est une source sans fin de découvertes. Comment ne pas être fasciné par cette réalité ? Plus d'un million de citoyens mongols vivent aujourd'hui du pastoralisme nomade. Leur providence, c'est l'herbe de la steppe, qui croît envers et contre tout sur un plateau balayé par le vent, où l'hiver dure huit mois de l'année. Ce tapis de graminées, de plantes à stipes, se couvre soudain de fleurs au mois de juin. Dès la fin août, il s'endort sous une couche de givre. Des animaux adaptés au froid se nourrissent de cette végétation rase : les petits chevaux mongols, les moutons, les chèvres, les yacks, les chameaux de Bactriane, à condition qu'ils se déplacent sur de vastes espaces. Les éleveurs survivent grâce à leurs troupeaux qui leur fournissent tout ce dont ils ont besoin : nourriture, boisson, vêtements, tapis et cordages, moyens de transport et combustible sous forme de bouse séchée. Le nomadisme mongol ressemble à un pacte établi avec la nature. Il s'accompagne d'une culture riche et subtile. Les chants, longs ou diphoniques, entonnés au quotidien ou à l'occasion des rencontres toujours attendues dans l'espace sans fin de la steppe, en sont l'un des trésors. Les fêtes rythment la vie des éleveurs, en particulier celle du naadam. Cette compétition des " trois jeux virils " - la lutte, le tir à l'arc et la course de chevaux - plonge ses racines dans le passé des peuples turco-mongols, dans l'âpre combat pour la survie des tribus. Entre les deux géants que sont la Chine et la Russie, la Mongolie est soumise désormais aux aléas de l'économie mondiale. Mais les éleveurs des steppes perpétuent leurs traditions et continuent d'affirmer leur goût pour la liberté.