share_book
Envoyer cet article par e-mail

De l'essence de la vérité : approche de l'allégorie de la caverne et du Théétète de Platon

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
De l'essence de la vérité : approche de l'allégorie de la caverne et du Théétète de Platon

De l'essence de la vérité : approche de l'allégorie de la caverne et du Théétète de Platon

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "De l'essence de la vérité : approche de l'allégorie de la caverne et du Théétète de Platon"

Les élèves de terminale connaissent bien la fameuse caverne platonicienne où sont enfermés depuis toujours des prisonniers qui nous ressemblent : enchaînés comme nous le sommes à nos sens ils ne savent pas que ce qu'ils croient être la réalité n'est en fait qu'apparence, et que la vérité est ailleurs, conquête difficile. Cette célèbre allégorie qu'on trouve au début du livre VII de la République, Heidegger l'a particulièrement commentée dans ses cours d'université entre 1926 et 1934. La lecture qu'il en propose ici, exposée dans le courant de l'année 1931-1932, au cœur du tournant de son œuvre, révèle les grandes lignes de ce qui deviendra bientôt l'interprétation heideggerienne du platonisme. Avec Platon, la conception présocratique du dévoilement originaire de la vérité et de l'être cède la place à une problématique idéaliste du vrai qui scellera la destinée de la métaphysique occidentale. Point de bascule décisive donc que cette métaphore de la caverne. Les analyses heideggeriennes, loin de relever d'une quelconque histoire érudite des idées, s'efforcent de restaurer une pensée qui conduit au cœur même des choses. Ce qui enthousiasmait les étudiants auxquels elles étaient destinées, comme en témoigne Hannah Arendt dans ses Lettres : "La rumeur le disait tout simplement : la pensée est redevenue vivante (…) ; un maître est là, il est peut-être possible d'apprendre à penser." Pour en savoir plus sur la philosophie platonicienne : les Concepts fondamentaux, de Heidegger, et Théétète, de Platon ; et sur Heidegger : Heidegger, introduction à une lecture, de Christian Dubois, et Dialogue avec Heidegger, de Jean Beaufret. -Emilio Balturi

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 382  pages
  • Dimensions :  2.6cmx14.2cmx22.4cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Bibliothèque de philosophie
  • ISBN :  2070732789
  • EAN13 :  9782070732784
  • Langue : Français

D'autres livres de  André Gide

Souvenirs de la cour d'assises

Fasciné par la machine judiciaire comme par les aperçus des replis de l'âme humaine que lui apporte son expérience de juré, l'écrivain André Gide assiste pendant plusieurs semaines à divers procès : affaires de mœurs, infanticide, vols. Dans son texte dense et grave, Gide s'interroge sur ...

Prix : 24 DH
Les faux-monnayeurs

Qu'un jeune garçon apprenne qu'il n'est pas le fils de son père, qu'il décide de ne pas se présenter à ses examens et de partir au hasard de certaines rencontres : jusque-là, rien que de très commun. Mais qu'il croise la route tordue de faussaires en tout genre, d'enfants qui trafiquent [...

Prix : 94 DH

Les Nourritures terrestres

Nathanaël, je t'enseignerai la ferveur. Une existence pathétique, Nathanaël, plutôt que la tranquillité. Je ne souhaite pas d'autre repos que celui du sommeil de la mort. J'ai peur que tout désir, toute énergie que je n'aurais pas satisfaits durant ma vie, pour leur survie ne me tourmentent. ...

Prix : 76 DH
Le mariage du ciel et de l'enfer [non massicoté]

Le temps a rendu justice à celui qui, longtemps considéré comme un fou, fut l'immense poète, graveur et visionnaire que l'on sait, - éternel enfant, éternel " primitif " que son ardeur imaginative, son lyrisme, sa violence condamnèrent à n'avoir de renommée que posthume. Autodidacte, il ...

Voir tous les livres de  André Gide

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les élèves de terminale connaissent bien la fameuse caverne platonicienne où sont enfermés depuis toujours des prisonniers qui nous ressemblent : enchaînés comme nous le sommes à nos sens ils ne savent pas que ce qu'ils croient être la réalité n'est en fait qu'apparence, et que la vérité est ailleurs, conquête difficile. Cette célèbre allégorie qu'on trouve au début du livre VII de la République, Heidegger l'a particulièrement commentée dans ses cours d'université entre 1926 et 1934. La lecture qu'il en propose ici, exposée dans le courant de l'année 1931-1932, au cœur du tournant de son œuvre, révèle les grandes lignes de ce qui deviendra bientôt l'interprétation heideggerienne du platonisme. Avec Platon, la conception présocratique du dévoilement originaire de la vérité et de l'être cède la place à une problématique idéaliste du vrai qui scellera la destinée de la métaphysique occidentale. Point de bascule décisive donc que cette métaphore de la caverne. Les analyses heideggeriennes, loin de relever d'une quelconque histoire érudite des idées, s'efforcent de restaurer une pensée qui conduit au cœur même des choses. Ce qui enthousiasmait les étudiants auxquels elles étaient destinées, comme en témoigne Hannah Arendt dans ses Lettres : "La rumeur le disait tout simplement : la pensée est redevenue vivante (…) ; un maître est là, il est peut-être possible d'apprendre à penser." Pour en savoir plus sur la philosophie platonicienne : les Concepts fondamentaux, de Heidegger, et Théétète, de Platon ; et sur Heidegger : Heidegger, introduction à une lecture, de Christian Dubois, et Dialogue avec Heidegger, de Jean Beaufret. -Emilio Balturi