share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le sacre de Napoléon

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le sacre de Napoléon

Le sacre de Napoléon

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le sacre de Napoléon"

    Napoléon [... ] sema partout où il passait cette idée qu'un peuple a le droit de n'obéir qu'à des règles convenues d'un commun accord, et de n'être plus soumis à l'arbitraire d'un chef de droit divin. Grâce à lui, le vieux monde croula. Il est d'autant plus singulier qu'il ait voulu ressembler aux monarques couronnés, oints du Seigneur, dont il allait balayer les trônes, et qu'il ait pu s'imaginer que seul le sien, si neuf, serait solide. Le Sacre de Napoléon, s'il marque une époque, fut une grande illusion et un échec. Quand l'Empereur s'attarda en Russie et qu'un général en rupture de prison répandit le bruit qu'il était mort, l'idée ne vint à personne que son pouvoir était héréditaire, et les droits de sa dynastie consacrés par Dieu même. En 1814, lorsqu'il abdiqua, ses serviteurs les plus fidèles se rallièrent presque tous, et sans scrupules, aux Bourbons. La cérémonie de Notre-Dame n'avait donc trompé personne et l'Empereur qui avait tant pourchassé l'utopie s'était révélé, ce jour-là, un de ces songe-creux qu'il ne pouvait souffrir. C'est qu'on ne crée pas de toutes pièces une tradition, on ne fabrique pas à volonté le respect. "Une génération nouvelle, rappellera plus tard Lavallette, s'était élevée, pleine d'énergie, nourrie de fortes études, exempte de momeries de la superstition... L'Empereur n'avait jamais été un monarque, ou du moins les peuples n'avaient jamais senti pour lui cette espèce de superstition qui avait environné Louis XIV et Louis XV." Chateaubriand, qui était un tout autre homme que Lavallette, a écrit à ce sujet, plus justement : "Hors de la religion, de la justice et de la liberté, il n'y a point de droits."»

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 286  pages
    • Dimensions :  1.8cmx10.4cmx17.8cm
    • Poids : 222.3g
    • Editeur :   Gallimard Paru le
    • Collection : Folio-Histoire
    • ISBN :  2070328163
    • EAN13 :  9782070328161
    • Classe Dewey :  930
    • Langue : Français

    D'autres livres de José Cabanis

    Le sacre de Napoléon : 2 décembre 1804

    Publié il y a bientôt quarante ans, ce livre est un coup de maître. Il restitue avec un incomparable éclat le sacre de l'Empereur, son somptueux décor, son rituel solennel, ses grandeurs et ses ridicules, ses acteurs célèbres ou anonymes. José Cabanis dépeint d'une plume acérée, souvent m...

    Voir tous les livres de José Cabanis

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Napoléon [... ] sema partout où il passait cette idée qu'un peuple a le droit de n'obéir qu'à des règles convenues d'un commun accord, et de n'être plus soumis à l'arbitraire d'un chef de droit divin. Grâce à lui, le vieux monde croula. Il est d'autant plus singulier qu'il ait voulu ressembler aux monarques couronnés, oints du Seigneur, dont il allait balayer les trônes, et qu'il ait pu s'imaginer que seul le sien, si neuf, serait solide. Le Sacre de Napoléon, s'il marque une époque, fut une grande illusion et un échec. Quand l'Empereur s'attarda en Russie et qu'un général en rupture de prison répandit le bruit qu'il était mort, l'idée ne vint à personne que son pouvoir était héréditaire, et les droits de sa dynastie consacrés par Dieu même. En 1814, lorsqu'il abdiqua, ses serviteurs les plus fidèles se rallièrent presque tous, et sans scrupules, aux Bourbons. La cérémonie de Notre-Dame n'avait donc trompé personne et l'Empereur qui avait tant pourchassé l'utopie s'était révélé, ce jour-là, un de ces songe-creux qu'il ne pouvait souffrir. C'est qu'on ne crée pas de toutes pièces une tradition, on ne fabrique pas à volonté le respect. "Une génération nouvelle, rappellera plus tard Lavallette, s'était élevée, pleine d'énergie, nourrie de fortes études, exempte de momeries de la superstition... L'Empereur n'avait jamais été un monarque, ou du moins les peuples n'avaient jamais senti pour lui cette espèce de superstition qui avait environné Louis XIV et Louis XV." Chateaubriand, qui était un tout autre homme que Lavallette, a écrit à ce sujet, plus justement : "Hors de la religion, de la justice et de la liberté, il n'y a point de droits."»