share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Récolte douce des larmes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Récolte douce des larmes

La Récolte douce des larmes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La Récolte douce des larmes"

    Un texte qui s'engage à dénoncer l'injustice doit-il être lu et apprécié selon des critères littéraires ? Si oui, La Récolte douce des larmes – conventionnel, sentimental, faussement poétique – est un roman à oublier. En revanche, si l'on considère ce qu'il dénonce, gardons-le précieusement. 1937. Saint-Domingue n'a plus besoin de ses immigrés haïtiens et décide de s'en débarrasser. Les massacres s'enchaînent alors, tous plus véridiques les uns que les autres puisque l'auteur a travaillé à partir de documents historiques. Résignés, les Haïtiens humiliés acceptent d'être tués ou chassés : "Quand tu restes trop longtemps chez ton voisin, il est naturel qu'il se fatigue de toi et qu'il te haïsse." Tout, dans ce roman, est propre à faire hurler tant les scènes et les dialogues représentent bien des politiques actuelles d'immigration. Il fallait et il faudra continuer de l'écrire : l'injustice n'a ni couleur ni territoire ni époque privilégiés. "La ruine des pauvres, c'est leur pauvreté." --Isabelle Rossignol

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 334  pages
    • Dimensions :  2.2cmx10.6cmx17.4cm
    • Poids : 222.3g
    • Editeur :   Editions 10/18 Paru le
    • Collection : 10/18
    • ISBN :  2264030577
    • EAN13 :  9782264030573
    • Classe Dewey :  813.54
    • Langue : Français

    D'autres livres de Edwidge Danticat

    Adieu mon frère

    Rêvant d'Amérique, les parents d'Edwidge Danticat quittent Haïti en 1973. Edwidge, qui n'a que quatre ans, sera élevée par son oncle Joseph, pasteur que la maladie a rendu muet mais qui n'a rien perdu de sen extraordinaire charisme. Lorsqu'elle débarque à son tour à New York, quelques année...

    La récolte douce des larmes

    Un texte qui s'engage à dénoncer l'injustice doit-il être lu et apprécié selon des critères littéraires ? Si oui, La Récolte douce des larmes – conventionnel, sentimental, faussement poétique – est un roman à oublier. En revanche, si l'on considère ce qu'il dénonce, gardons-le préc...

    The Farming of Bones

    In a 1930s Dominican Republic village, the scream of a woman in labor rings out like the shot heard around Hispaniola. Every detail of the birth scene--the balance of power between the middle-aged Señora and her Haitian maid, the babies' skin color, not to mention which child is to survive--reverbe...

    Voir tous les livres de Edwidge Danticat

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Un texte qui s'engage à dénoncer l'injustice doit-il être lu et apprécié selon des critères littéraires ? Si oui, La Récolte douce des larmes – conventionnel, sentimental, faussement poétique – est un roman à oublier. En revanche, si l'on considère ce qu'il dénonce, gardons-le précieusement. 1937. Saint-Domingue n'a plus besoin de ses immigrés haïtiens et décide de s'en débarrasser. Les massacres s'enchaînent alors, tous plus véridiques les uns que les autres puisque l'auteur a travaillé à partir de documents historiques. Résignés, les Haïtiens humiliés acceptent d'être tués ou chassés : "Quand tu restes trop longtemps chez ton voisin, il est naturel qu'il se fatigue de toi et qu'il te haïsse." Tout, dans ce roman, est propre à faire hurler tant les scènes et les dialogues représentent bien des politiques actuelles d'immigration. Il fallait et il faudra continuer de l'écrire : l'injustice n'a ni couleur ni territoire ni époque privilégiés. "La ruine des pauvres, c'est leur pauvreté." --Isabelle Rossignol