share_book
Envoyer cet article par e-mail

Napoléon Bonaparte en verve

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Napoléon Bonaparte en verve

Napoléon Bonaparte en verve

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Napoléon Bonaparte en verve"

    Propose de venir en aide à tous les mégalomanes de l'espèce napoléonide en mettant sur leurs lèvres des mots incontestables qui déroutent les aliénistes, et leur permettent d'échapper à Sainte-Anne en attendant Sainte-Hélène. Des cinq mille ans d'histoire écrite de l'humanité, de ses cinq cents ans d'histoire imprimée, sur les cinq continents, Napoléon reste l'homme qui a inspiré le plus grand nombre de livres : à peu près cent mille dans toutes les langues. Aussi les propos qu'on lui prête et leurs variantes, rempliraient-ils à eux seuls mille forts volumes plus ou moins apocryphes. Notre humble ambition dans le cadre microscopique et dérisoire d'un cent mille unième ouvrage consacré à Napoléon, a donc été de rassembler quelques mots mémorables qu'il a indubitablement prononcés ou écrits. Mots pris aux essais littéraires du lieutenant Bonaparte, à la volumineuse Correspondance de l'Empereur et dans les mémoires de quelques grands témoins (Antommarchi, Bertrand, Caulaincourt, Las Cazes, Metternich, Talleyrand, etc.). La verve de Napoléon est toute d'efficacité, elle s'exprime volontiers en aperçus frappants, formules percutantes, jugements qui claquent comme un ordre au feu, plutôt qu'en apologues burlesques... Il vaut mieux avoir un ennemi connu qu'un ami forcé. La place de Dieu le Père ? Ah ! Je n'en voudrais pas ! C'est un cul-de-sac. L'amour est une sottise faite à deux. Le mariage est l'état de perfection morale. Le divorce est une loi conforme à l'intérêt des époux. Comment faire ? Ce pays-ci est corrompu, il en a toujours été de même. Quand un homme était ministre, il bâtissait un château. On ne conduit un peuple qu'en lui montrant un avenir; un chef est un marchand d'espérance. Si 0'Meara écrit jamais un journal, il sera fort intéressant. S'il donne la longueur de ma verge, ce n'est que plus intéressant... On constate que Napoléon Bonaparte fut non seulement le Balzac de la Politique, mais un Machiavel sans sécheresse, un Montaigne sans aménité, un Bossuet sans piété, un Talleyrand sans vice, un Chateaubriand dans narcissisme, le Chamfort du grand chambardement,- et cependant toujours un sage supérieur dont la lecture nous laisse quelque chose comme l'impression de Dyogène le Cynique partageant enfin son soleil avec Alexandre le Grand...

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 124  pages
    • Dimensions :  1.0cmx10.4cmx17.4cm
    • Poids : 99.8g
    • Editeur :   Horay Paru le
    • Collection : En verve
    • ISBN :  2705803157
    • EAN13 :  9782705803155
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Propose de venir en aide à tous les mégalomanes de l'espèce napoléonide en mettant sur leurs lèvres des mots incontestables qui déroutent les aliénistes, et leur permettent d'échapper à Sainte-Anne en attendant Sainte-Hélène. Des cinq mille ans d'histoire écrite de l'humanité, de ses cinq cents ans d'histoire imprimée, sur les cinq continents, Napoléon reste l'homme qui a inspiré le plus grand nombre de livres : à peu près cent mille dans toutes les langues. Aussi les propos qu'on lui prête et leurs variantes, rempliraient-ils à eux seuls mille forts volumes plus ou moins apocryphes. Notre humble ambition dans le cadre microscopique et dérisoire d'un cent mille unième ouvrage consacré à Napoléon, a donc été de rassembler quelques mots mémorables qu'il a indubitablement prononcés ou écrits. Mots pris aux essais littéraires du lieutenant Bonaparte, à la volumineuse Correspondance de l'Empereur et dans les mémoires de quelques grands témoins (Antommarchi, Bertrand, Caulaincourt, Las Cazes, Metternich, Talleyrand, etc.). La verve de Napoléon est toute d'efficacité, elle s'exprime volontiers en aperçus frappants, formules percutantes, jugements qui claquent comme un ordre au feu, plutôt qu'en apologues burlesques... Il vaut mieux avoir un ennemi connu qu'un ami forcé. La place de Dieu le Père ? Ah ! Je n'en voudrais pas ! C'est un cul-de-sac. L'amour est une sottise faite à deux. Le mariage est l'état de perfection morale. Le divorce est une loi conforme à l'intérêt des époux. Comment faire ? Ce pays-ci est corrompu, il en a toujours été de même. Quand un homme était ministre, il bâtissait un château. On ne conduit un peuple qu'en lui montrant un avenir; un chef est un marchand d'espérance. Si 0'Meara écrit jamais un journal, il sera fort intéressant. S'il donne la longueur de ma verge, ce n'est que plus intéressant... On constate que Napoléon Bonaparte fut non seulement le Balzac de la Politique, mais un Machiavel sans sécheresse, un Montaigne sans aménité, un Bossuet sans piété, un Talleyrand sans vice, un Chateaubriand dans narcissisme, le Chamfort du grand chambardement,- et cependant toujours un sage supérieur dont la lecture nous laisse quelque chose comme l'impression de Dyogène le Cynique partageant enfin son soleil avec Alexandre le Grand...