share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Peinture romaine : De l'époque hellénistique à l'Antiquité tardive

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Peinture romaine : De l'époque hellénistique à l'Antiquité tardive

La Peinture romaine : De l'époque hellénistique à l'Antiquité tardive

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La Peinture romaine : De l'époque hellénistique à l'Antiquité tardive"

    La peinture romaine a été étudiée et magnifiée dès l'Antiquité, notamment par Pline l'Ancien. Malheureusement, la plupart des oeuvres ont été détruites par le temps, les guerres, les invasions et leur fragilité. Cette peinture située pour l'essentiel dans la filiation de la peinture grecque classique puis hellénistique a de plus longtemps souffert d'un malentendu : on lui reprochait de trop imiter les modèles et des genres déjà codifiés. Or, cette influence ne fut pas la seule et, assez tôt, la peinture de la République, puis celle de l'Empire trouvèrent leur voie propre. Cet ouvrage collectif se fonde sur les découvertes déterminantes de toutes dernières décennies qui proposent à notre regard un matériel pictural totalement renouvelé : Vergina en Macédoine, la Domus Aurea à Rome, la villa d'Oplontis près de Pompei, les portraits du Fayoum en Egypte... Suivant un parcours chronologique depuis le IVe siècle av. J.C. jusqu'au IV siècle de notre ère, cet ouvrage ne s'attache plus seulement à suggérer des oeuvres originales pour la plupart disparues, mais à expliquer l'évolution esthétique de ces périodes créatrices où les copies se multiplièrent, où les styles décoratifs donnèrent lieu à des variantes dans toutes les provinces de l'Empire, et où tous les thèmes décoratifs se renouvelèrent. La précision des analyses et la richesse d'une iconographie souvent peu connue, parfois inédite, permettent de renouveler l'analyse des oeuvres de sites depuis longtemps étudiés (Pompéi, Herculanum...) et de percevoir plus finement le développement et l'autonomisation de la peinture de paysage, de scènes de genre (vie quotidienne, cérémonies...), ainsi que l'art du portrait. C'est un univers pictural dense et parfois étonnamment proche de notre sensibilité que nous restitue cet ouvrage.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 399  pages
    • Dimensions :  3.0cmx17.6cmx20.6cm
    • Poids : 1800.8g
    • Editeur :   Actes Sud Paru le
    • ISBN :  2742762167
    • EAN13 :  9782742762163
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    La peinture romaine a été étudiée et magnifiée dès l'Antiquité, notamment par Pline l'Ancien. Malheureusement, la plupart des oeuvres ont été détruites par le temps, les guerres, les invasions et leur fragilité. Cette peinture située pour l'essentiel dans la filiation de la peinture grecque classique puis hellénistique a de plus longtemps souffert d'un malentendu : on lui reprochait de trop imiter les modèles et des genres déjà codifiés. Or, cette influence ne fut pas la seule et, assez tôt, la peinture de la République, puis celle de l'Empire trouvèrent leur voie propre. Cet ouvrage collectif se fonde sur les découvertes déterminantes de toutes dernières décennies qui proposent à notre regard un matériel pictural totalement renouvelé : Vergina en Macédoine, la Domus Aurea à Rome, la villa d'Oplontis près de Pompei, les portraits du Fayoum en Egypte... Suivant un parcours chronologique depuis le IVe siècle av. J.C. jusqu'au IV siècle de notre ère, cet ouvrage ne s'attache plus seulement à suggérer des oeuvres originales pour la plupart disparues, mais à expliquer l'évolution esthétique de ces périodes créatrices où les copies se multiplièrent, où les styles décoratifs donnèrent lieu à des variantes dans toutes les provinces de l'Empire, et où tous les thèmes décoratifs se renouvelèrent. La précision des analyses et la richesse d'une iconographie souvent peu connue, parfois inédite, permettent de renouveler l'analyse des oeuvres de sites depuis longtemps étudiés (Pompéi, Herculanum...) et de percevoir plus finement le développement et l'autonomisation de la peinture de paysage, de scènes de genre (vie quotidienne, cérémonies...), ainsi que l'art du portrait. C'est un univers pictural dense et parfois étonnamment proche de notre sensibilité que nous restitue cet ouvrage.