share_book
Envoyer cet article par e-mail

Prince des berlingots

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Prince des berlingots

Prince des berlingots

  (Auteur)


Prix : 59,00 DH TTC


En stock.
Commandez vite, il ne reste  qu'1 exemplaire !
Date de livraison estimée le mercredi 14 décembre 2016.

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Prince des berlingots"

Jamais nous n'aurons été plus en familiarité avec François Nourissier qu'avec ce roman. L'académicien, figure du monde des lettres, a plus de cinquante ans de carrière. Son premier roman L'Eau grise date de 1951. Nourissier a toujours cultivé le genre si particulier de la détestation de soi. Et ils ne sont pas nombreux ceux qui, comme lui, ont réussi à en faire une forme d'art. La plupart des écrivains s'arrête en chemin pour virer vaniteux, les autres s'en prennent au monde entier pour finir aigris. Face à la mort prochaine, atteint de la maladie de Parkinson, Nourissier continue, plus que jamais, à se raconter comme à distance de soi-même, se prenant soi-même comme sujet de moquerie, impitoyable et lucide sur cet homme qu'il est devenu avec l'usure du temps, "ce mec trois-pièces, ce gilet-cravate, ce gigot-flageolets". Le Prince des berlingots, c'est lui évidemment et sa confession autobiographique joue l'énergie de l'écriture jusqu'au dernier souffle comme un repoussoir contre la mort. Rien ne nous est épargné de la lente décrépitude du corps malade : ni la victoire annoncée de M&M, comprenez la Maladie et la Mort, ni les terribles instants où le corps ne répond plus et où le grand romancier, couvert d'honneur et de gloire, devient incapable de fixer son esprit sur autre chose qu'une miette de pain pendant de longues minutes. Nourissier se décrit à l'instar d'une "voiture dont les roues patinent" et se voit, lui si fier et conquérant jadis, là, maintenant, rue de Vaugirard, à avoir peur de tout, des passants, du bruit des autos ; ou encore dans l'impossibilité de se tenir debout dans un café, en proie à une crise d'akinésie, il devine les moqueries des jeunes gens devant le spectacle de ce vieux monsieur inutile, "barbu cataleptique". Dès que ce tête-à-tête face à la mort vire à l'insoutenable, Nourissier rivalise d'esprit sur le tragique, il réussit ce pari fou et cruel de "faire rire de soi sans devenir risible". --Denis Gombert --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 224 pages
  • Dimensions :  1.5cmx10.7cmx17.8cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070316394
  • EAN13 :  9782070316397
  • Classe Dewey :  846
  • Langue : Français

D'autres livres de François Nourissier

Un petit bourgeois

Biographie ou roman, l'essentiel (au moins à mon sens) est d'abord affaire de langage, et aujourd'hui qu'on méprise si fort la prose, ce qui s'appelle la prose, il me plaît qu'un de mes cadets, arrivant à maturité, aux lecteurs qui parcourent les livres sans les couper donne d'abord cette [....

La maison Mélancolie

Je voudrais exprimer, et si possible illustrer cette affirmation : les maisons sont les lieux du monde (de notre petit monde) où prospèrent le plus somptueusement les nourritures et les poisons de l'amour. Sa pompe et ses indignités. Les maisons sont des couveuses à regrets, remords, amertumes, ...

La maison mélancolie

Je voudrais exprimer, et si possible illustrer cette affirmation : les maisons sont les lieux du monde (de notre petit monde) où prospèrent le plus somptueusement les nourritures et les poisons de l'amour. Sa pompe et ses indignités. Les maisons sont des couveuses à regrets, remords, amertumes, ...

Roman volé

Roman volé est le récit d'un fait divers. C'est aussi une réflexion sur la possession, la dépossession, et la soustraction générale qui clôt toute vie. Une rupture du cours des choses produit chez le narrateur de longs échos : un vol. Quoi de plus banal, pourtant, qu'un vol ? À l'arraché, ...

Voir tous les livres de François Nourissier

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Jamais nous n'aurons été plus en familiarité avec François Nourissier qu'avec ce roman. L’académicien, figure du monde des lettres, a plus de cinquante ans de carrière. Son premier roman L’Eau grise date de 1951. Nourissier a toujours cultivé le genre si particulier de la détestation de soi. Et ils ne sont pas nombreux ceux qui, comme lui, ont réussi à en faire une forme d’art. La plupart des écrivains s’arrête en chemin pour virer vaniteux, les autres s’en prennent au monde entier pour finir aigris. Face à la mort prochaine, atteint de la maladie de Parkinson, Nourissier continue, plus que jamais, à se raconter comme à distance de soi-même, se prenant soi-même comme sujet de moquerie, impitoyable et lucide sur cet homme qu’il est devenu avec l’usure du temps, "ce mec trois-pièces, ce gilet-cravate, ce gigot-flageolets". Le Prince des berlingots, c’est lui évidemment et sa confession autobiographique joue l’énergie de l’écriture jusqu’au dernier souffle comme un repoussoir contre la mort. Rien ne nous est épargné de la lente décrépitude du corps malade : ni la victoire annoncée de M&M, comprenez la Maladie et la Mort, ni les terribles instants où le corps ne répond plus et où le grand romancier, couvert d’honneur et de gloire, devient incapable de fixer son esprit sur autre chose qu’une miette de pain pendant de longues minutes. Nourissier se décrit à l’instar d’une "voiture dont les roues patinent" et se voit, lui si fier et conquérant jadis, là, maintenant, rue de Vaugirard, à avoir peur de tout, des passants, du bruit des autos ; ou encore dans l’impossibilité de se tenir debout dans un café, en proie à une crise d’akinésie, il devine les moqueries des jeunes gens devant le spectacle de ce vieux monsieur inutile, "barbu cataleptique". Dès que ce tête-à-tête face à la mort vire à l’insoutenable, Nourissier rivalise d’esprit sur le tragique, il réussit ce pari fou et cruel de "faire rire de soi sans devenir risible". --Denis Gombert --Ce texte fait référence à l’édition Broché .