share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Fils de Loth

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Fils de Loth

Le Fils de Loth

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Fils de Loth"

Parmi les auteurs de littérature érotique homosexuelle, François-Paul Alibert s'était fait remarquer des spécialistes en publiant, sous la houlette d'André Gide, Le Supplice d'une queue, justement réédité aujourd'hui. Et comme un livre peut en cacher un autre, voilà que les éditions de La Musardine publient un autre texte de ce poète masqué, jusque-là absolument introuvable puisque inédit : Le Fils de Loth, demeuré à l'état de manuscrit depuis sa rédaction dans les années trente. Dans l'histoire littéraire, jalonnée de livres interdits, on comprendra aisément que celui-ci soit resté caché : si le roman s'ouvre de façon lyrique sur les ébats amoureux de deux beaux adolescents (André et Roland), il glisse rapidement vers la confession d'un jeune homme, André, initié à l'amour par son père, "un splendide colosse". Rien de moins ! Le style de la phrase est classique, mais tranche volontiers avec un récit fortement imagé et sans ambiguïté, d'une sodomie l'autre. Dans la Bible, il est dit que Loth, à défaut de sa femme (métamorphosée en statue de sel pour s'être retournée contrairement à la défense divine) et à défaut d'autres créatures féminines, aurait abusé de ses propres filles. C'est précisément cette légende que reprend et détourne François-Paul Alibert, jusqu'à lui donner le titre de cet ouvrage sulfureux. D'autant plus sulfureux qu'ici, le père n'abuse pas mais initie son fils aux jeux de l'amour. De quoi étonner Genet, Guibert ou Dustan, et surtout troubler les lecteurs les plus avertis et les plus blasés. --Céline Darner

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 117  pages
  • Dimensions :  1.0cmx13.0cmx21.0cm
  • Poids : 149.7g
  • Editeur :   La Musardine Paru le
  • ISBN :  2842711661
  • EAN13 :  9782842711665
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de François-Paul Alibert

Le Supplice d'une queue

C'est là un petit texte exhumé des tiroirs de la littérature érotique, anonyme d'abord, puis identifié, publié, disparu et enfin réédité ! Un sacré long chemin tortueux pour un texte bien court, pour l'histoire d'une liaison amoureuse entre deux hommes. Il faut dire que l'un d'eux est "af...

Le Fils de Loth

Parmi les auteurs de littérature érotique homosexuelle, François-Paul Alibert s'était fait remarquer des spécialistes en publiant, sous la houlette d'André Gide, Le Supplice d'une queue, justement réédité aujourd'hui. Et comme un livre peut en cacher un autre, voilà que les éditions de La...

Voir tous les livres de François-Paul Alibert

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Parmi les auteurs de littérature érotique homosexuelle, François-Paul Alibert s'était fait remarquer des spécialistes en publiant, sous la houlette d'André Gide, Le Supplice d'une queue, justement réédité aujourd'hui. Et comme un livre peut en cacher un autre, voilà que les éditions de La Musardine publient un autre texte de ce poète masqué, jusque-là absolument introuvable puisque inédit : Le Fils de Loth, demeuré à l'état de manuscrit depuis sa rédaction dans les années trente. Dans l'histoire littéraire, jalonnée de livres interdits, on comprendra aisément que celui-ci soit resté caché : si le roman s'ouvre de façon lyrique sur les ébats amoureux de deux beaux adolescents (André et Roland), il glisse rapidement vers la confession d'un jeune homme, André, initié à l'amour par son père, "un splendide colosse". Rien de moins ! Le style de la phrase est classique, mais tranche volontiers avec un récit fortement imagé et sans ambiguïté, d'une sodomie l'autre. Dans la Bible, il est dit que Loth, à défaut de sa femme (métamorphosée en statue de sel pour s'être retournée contrairement à la défense divine) et à défaut d'autres créatures féminines, aurait abusé de ses propres filles. C'est précisément cette légende que reprend et détourne François-Paul Alibert, jusqu'à lui donner le titre de cet ouvrage sulfureux. D'autant plus sulfureux qu'ici, le père n'abuse pas mais initie son fils aux jeux de l'amour. De quoi étonner Genet, Guibert ou Dustan, et surtout troubler les lecteurs les plus avertis et les plus blasés. --Céline Darner