share_book
Envoyer cet article par e-mail

Tour de France, tour de forçats

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Tour de France, tour de forçats

Tour de France, tour de forçats

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Tour de France, tour de forçats"

    Entre le 22 juin et le 20 juillet 1924, en « grand reporter », Albert Londres a couvert le Tour de France pour Le Petit Parisien. Il sen dégage un parfum de calvaire et de souffrance. La préface de cet ouvrage resitue ce grand témoignage dans son actualité. «Vous n'avez pas idée de ce qu'est le Tour de France, dit Henri, c'est un calvaire. Et encore, le chemin de croix n'avait que quatorze stations, tandis que le nôtre en compte quinze. Nous souffrons du départ à l'arrivée. Voulez-vous savoir comment nous marchons? Tenez...» De son sac, il sort une fiole : «Ça, c'est de la cocaïne pour les yeux, ça, c'est du chloroforme pour les gencives... - Ça, dit Ville, vidant aussi sa musette, c'est de la pommade pour me chauffer les genoux. - Et des pilules? Voulez-vous voir des pilules? Tenez, voilà des pilules.» Ils en sortent trois boîtes chacun. - Bref, dit Francis, nous marchons à la ""dynamite"". - Et la viande de notre corps, dit Francis, ne tient plus à notre squelette ...».

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 96  pages
    • Dimensions :  1.6cmx14.0cmx18.2cm
    • Poids : 140.6g
    • Editeur :   L' Esprit Du Temps Paru le
    • Collection : Textes essentiels
    • ISBN :  2847951903
    • EAN13 :  9782847951905
    • Classe Dewey :  796
    • Langue : Français

    D'autres livres de Albert Londres

    Dante n'avait rien vu

    Le succès de son reportage sur le bagne de Cayenne (Au bagne) décide Albert Londres à s'intéresser à d'autres geôles de la République. Il s'agit cette fois d'enquêter sur les bagnes militaires, situés pour la plupart en Afrique du Nord et dépendant du ministère de la Guerre. Malgré ...

    Prix : 100 DH
    Terre d'ébène

    En 1927, le journaliste Albert Londres passe quatre mois en Afrique noire. A son retour, il écrit Terre d'ébène, violent réquisitoire contre la politique coloniale française. Les éditions du Serpent à Plumes ont réédité cet ouvrage d'une force rare. En 1927, le journaliste et écrivain ...

    Au Bagne

    En 1923, Albert Londres est déjà célèbre quand il décide d'enquêter sur le pénitencier de Guyane. Près de sept mille condamnés, surveillés par six cents fonctionnaires, vivent à Saint-1,aurem-du-,Maroni et sur les îles du Salut. Les conditions de vie des bagnards, telles qu'il les [.....

    Au Japon

    Tokyo est née de l'union d'un typhon et d'un tremblement de terre. On pourra me démentir; je le soutiendrai jusqu'à la mort. Elle n'est ni occidentale, ni orientale, ni moderne, ni ancienne, ni humaine, ni barbare ; elle est inexistante et formidable. C'est une suite de vagues agitées et les ...

    Voir tous les livres de Albert Londres

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Entre le 22 juin et le 20 juillet 1924, en « grand reporter », Albert Londres a couvert le Tour de France pour Le Petit Parisien. Il sen dégage un parfum de calvaire et de souffrance. La préface de cet ouvrage resitue ce grand témoignage dans son actualité. «Vous n'avez pas idée de ce qu'est le Tour de France, dit Henri, c'est un calvaire. Et encore, le chemin de croix n'avait que quatorze stations, tandis que le nôtre en compte quinze. Nous souffrons du départ à l'arrivée. Voulez-vous savoir comment nous marchons? Tenez...» De son sac, il sort une fiole : «Ça, c'est de la cocaïne pour les yeux, ça, c'est du chloroforme pour les gencives... - Ça, dit Ville, vidant aussi sa musette, c'est de la pommade pour me chauffer les genoux. - Et des pilules? Voulez-vous voir des pilules? Tenez, voilà des pilules.» Ils en sortent trois boîtes chacun. - Bref, dit Francis, nous marchons à la ""dynamite"". - Et la viande de notre corps, dit Francis, ne tient plus à notre squelette ...».