share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Tête en bas

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Tête en bas

La Tête en bas

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Tête en bas"

Noëlle Châtelet a l'habitude de surprendre dans le choix de ses thèmes. Il n'y a pas longtemps, elle évoquait l'amour partagé entre un vieil homme et une vieille dame (La Femme coquelicot). Elle ne déroge pas ici à son habitude, brossant le portrait d'un hermaphrodite. Rien de moins qu'un récit "en souvenir de celui qui m'a donné un peu de son histoire, qui pourrait être celle-ci", précise l'auteur dans son exergue. Une histoire vraie donc, passée par le couloir de la langue et de l'imagination de Noëlle Châtelet, toujours bien inspirée quand il s'agit de traiter du corps. On se rappelle encore son essai remarquable intitulé Le Corps à corps culinaire ou ses récits formant Histoires de bouches. Mais avec La Tête en bas, il ne s'agit pas du rapport de l'homme avec la nourriture mais de l'homme et de son identité sexuelle. À travers la figure de Paul, l'auteur relate la difficulté de vivre son corps, de l'accepter ou de le refuser, les travers d'une sexualité douloureuse à assumer avant d'en jouir pleinement peut-être, quand on est passé de l'autre côté de la barrière, quand la tête est en bas. Avant, la petite fille se nommait Denise. Maintenant, son nom s'est mué en Paul, qui se souvient qu'il "était mutilé". Maintenant, il a l'air "d'être farouchement lui-même". Sans prétention, et avec beaucoup de simplicité, de sensibilité vidée de sensiblerie niaise, ajoutant de la crudité dans les mots parfois, Noëlle Châtelet réussit là une belle figure de l'humanité. --Céline Darner --Ce texte fait référence à l'édition Relié .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 160  pages
  • Dimensions :  1.7cmx10.8cmx18.2cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : Points
  • ISBN :  2020573857
  • EAN13 :  9782020573856
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Noëlle Châtelet

La dernière leçon - Prix Renaudot des Lycéens 2004

" Quelques jours à peine avant que tu nous quittes, nous avons été toutes deux prises d'un fou rire à propos d'un détail tellement prosaïque concernant ta mort. /.../ Ce jour-là, donc, comme chaque fois que nous avons ri ensemble de quelque chose qui aurait dû nous faire pleurer, je t'ai dit...

La Dernière leçon - Prix Renaudot des Lycéens 2004

" Quelques jours à peine avant que tu nous quittes, nous avons été toutes deux prises d'un fou rire à propos d'un détail tellement prosaïque concernant ta mort. Ce doit être " le jour de la chemise de nuit ". Rappelle-toi la chemise de nuit... Ce jour-là, donc, comme chaque fois que nous avo...

Voir tous les livres de Noëlle Châtelet

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Noëlle Châtelet a l'habitude de surprendre dans le choix de ses thèmes. Il n'y a pas longtemps, elle évoquait l'amour partagé entre un vieil homme et une vieille dame (La Femme coquelicot). Elle ne déroge pas ici à son habitude, brossant le portrait d'un hermaphrodite. Rien de moins qu'un récit "en souvenir de celui qui m'a donné un peu de son histoire, qui pourrait être celle-ci", précise l'auteur dans son exergue. Une histoire vraie donc, passée par le couloir de la langue et de l'imagination de Noëlle Châtelet, toujours bien inspirée quand il s'agit de traiter du corps. On se rappelle encore son essai remarquable intitulé Le Corps à corps culinaire ou ses récits formant Histoires de bouches. Mais avec La Tête en bas, il ne s'agit pas du rapport de l'homme avec la nourriture mais de l'homme et de son identité sexuelle. À travers la figure de Paul, l'auteur relate la difficulté de vivre son corps, de l'accepter ou de le refuser, les travers d'une sexualité douloureuse à assumer avant d'en jouir pleinement peut-être, quand on est passé de l'autre côté de la barrière, quand la tête est en bas. Avant, la petite fille se nommait Denise. Maintenant, son nom s'est mué en Paul, qui se souvient qu'il "était mutilé". Maintenant, il a l'air "d'être farouchement lui-même". Sans prétention, et avec beaucoup de simplicité, de sensibilité vidée de sensiblerie niaise, ajoutant de la crudité dans les mots parfois, Noëlle Châtelet réussit là une belle figure de l'humanité. --Céline Darner --Ce texte fait référence à l'édition Relié .