share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le tournesol déchiré

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le tournesol déchiré

Le tournesol déchiré

  (Auteur)


Prix : 114,00 DH TTC


En stock.
Commandez vite, il ne reste  qu'1 exemplaire !
Date de livraison estimée le mercredi 14 décembre 2016.

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le tournesol déchiré"

" J'avais près de huit ans, ma mère vingt-huit, mon père trente-trois. Après avoir fui la révolution soviétique, traversé la Lettonie et la Belgique, mes parents et moi arrivons à Paris. Dans un modeste hôtel du quartier du Panthéon, nous nous initions à notre nouvelle vie. Initiation impitoyable, car le fait d'être juifs, d'origine russe, avec un nom allemand, nous vaut plutôt le mépris que la sympathie. Peu à peu nous nous acclimatons. Mon père, malgré ses diplômes, travaille aux Halles, durement. Ma mère fait son marché rue Mouffetard avec délectation. Et moi, je vais en classe : premiers contacts avec des garçons de mon âge. Parfois insulté, parfois choyé, je suis, comme l'on dit en russe, " tantôt sur le cheval, tantôt dessous ". Une harmonie fragile se tisse malgré tout entre nous trois et la vie française. En contrepoint, cinquante ans plus tard, on voit se défaire cette harmonie. Non pas entre nous et les autres, mais entre nous trois. Pénible changement entre ma mère et mon père. Atroce changement entre ma mère et moi, en dépit de ma tendresse toujours présente sous mon exaspération. Depuis son enfance, les épreuves, leurs contrecoups m'ont fissuré, déchiqueté. Tempêtes douloureuses qui secouent les fleurs de nos jardins secrets. Et nos tournesols intérieurs assoiffés de lumière, plus ou moins déchirés, se tournent vers le soleil comme vers un pôle interdit. "

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 348 pages
  • Dimensions :  1.6cmx12.0cmx17.0cm
  • Poids : 979.8g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070386856
  • EAN13 :  9782070386857
  • Classe Dewey :  843.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Boris Schreiber

L'Excavatrice

« "Une chose est certaine: je n'ai rien à dire. C'est pour cette raison que je commence un journal. Lorsqu'on n'a rien à dire, il faut un confident. Pour fermer la porte à la horde du vide qui veut entrer. Mais moi, je ne veux pas qu'elle entre." Ces lignes ouvrent mon roman. Non seulement je ne...

Prix : 69 DH
Le lait de la nuit

" Mon père courrait la ville toute la journée pour trouver du travail. Ma mère me racontait son enfance russe à la veille de la Révolution. J'avais six ans. Nous habitions Anvers et je m'ouvrais à l'hostilité du monde. Ce livre est le récit de mes six ans. Ils sont loin de moi, mais ils me ...

Prix : 95 DH

Un Silence d'environ une demi-heure - Prix Renaudot 1996

Sa vie ressemble à une fuite perpétuelle. Né en 1923 à Berlin dans une famille d'exilés russes, le jeune Boris a grandi en Belgique d'abord, puis à Paris dans le XIIIe arrondissement. C'est peut-être pour lutter contre ce sentiment d'instabilité qu'il se met à écrire ou pour capter [......

Prix : 160 DH
Le cratère

Dans un hôtel de vacances, en pays méditerranéen, une femme vieillissante retrouve, par hasard, son ex-mari, plus jeune qu'elle. Il est avec sa nouvelle femme.Elle décide alors, tout en se promettant d'éviter qu'il la reconnaisse, de lui écrire régulièrement des lettres qu'elle ne lui enverr...

Voir tous les livres de Boris Schreiber

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

" J'avais près de huit ans, ma mère vingt-huit, mon père trente-trois. Après avoir fui la révolution soviétique, traversé la Lettonie et la Belgique, mes parents et moi arrivons à Paris. Dans un modeste hôtel du quartier du Panthéon, nous nous initions à notre nouvelle vie. Initiation impitoyable, car le fait d'être juifs, d'origine russe, avec un nom allemand, nous vaut plutôt le mépris que la sympathie. Peu à peu nous nous acclimatons. Mon père, malgré ses diplômes, travaille aux Halles, durement. Ma mère fait son marché rue Mouffetard avec délectation. Et moi, je vais en classe : premiers contacts avec des garçons de mon âge. Parfois insulté, parfois choyé, je suis, comme l'on dit en russe, " tantôt sur le cheval, tantôt dessous ". Une harmonie fragile se tisse malgré tout entre nous trois et la vie française. En contrepoint, cinquante ans plus tard, on voit se défaire cette harmonie. Non pas entre nous et les autres, mais entre nous trois. Pénible changement entre ma mère et mon père. Atroce changement entre ma mère et moi, en dépit de ma tendresse toujours présente sous mon exaspération. Depuis son enfance, les épreuves, leurs contrecoups m'ont fissuré, déchiqueté. Tempêtes douloureuses qui secouent les fleurs de nos jardins secrets. Et nos tournesols intérieurs assoiffés de lumière, plus ou moins déchirés, se tournent vers le soleil comme vers un pôle interdit. "