share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le pouvoir de la langue et la liberté de l'esprit : Essai sur la résistance au langage totalitaire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le pouvoir de la langue et la liberté de l'esprit : Essai sur la résistance au langage totalitaire

Le pouvoir de la langue et la liberté de l'esprit : Essai sur la résistance au langage totalitaire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le pouvoir de la langue et la liberté de l'esprit : Essai sur la résistance au..."

L'emprise que les langues totalitaires ont exercée sur l'esprit et la sensibilité des hommes constitue l'une des expériences les plus terrifiantes du XXe siècle. Une langue impose toujours une certaine vision du monde que chacun intériorise à son insu en la parlant. Comment rompre ce charme mortifère ? C'est la question que pose cet essai magistral à travers quatre grands témoins-penseurs : George Orwell, bien sûr, mais aussi Victor Klemperer et Dolf Sternberger (auteur d'un remarquable Dictionnaire de l'Inhumain), deux critiques implacables de la langue du IIIe Reich ; le poète polonais Aleksander Wat, enfin, confronté pour sa part à la perversité de la sémantique stalinienne. Tous ont montré par quels biais l'individu, d'abord captivé par la langue idéologique, pouvait retrouver les conditions d'une parole libre et ainsi redonner forme à sa propre expérience. Loin d'appartenir au passé, cette réflexion reste d'une brûlante actualité. En effet, quand la langue s'avachit et quand les clichés se mettent à penser à notre place, c'est aussi notre capacité à discerner et à éprouver qui s'étiole. Pauvreté langagière et pauvreté spirituelle vont de pair. Formidable exercice de désensorcellement, ce livre jette les bases d'une réflexion philosophique renouvelée sur la nature du langage et de la liberté humaine.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 261  pages
  • Dimensions :  2.2cmx15.2cmx24.8cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Editions Michalon Paru le
  • Collection : ESSAIS
  • ISBN :  2841863700
  • EAN13 :  9782841863709
  • Classe Dewey :  306.44
  • Langue : Français

D'autres livres de Jacques Dewitte

Kolakowski - Le clivage de l'humanité

Le philosophe polonais Leszek Kolakowski (1927-2009), grand intellectuel européen du XXe siècle, est l'auteur d'une oeuvre abondante et variée, relevant à la fois de l'histoire des idées, de l'histoire religieuse et de l'essai philosophique. Il fut aussi un écrivain drôle et spirituel, [.....

L'exception européenne : Ces mérites qui nous distinguent

En partant d'un tableau du Hollandais Jan Mostaert, Épisode de la conquête de l'Amérique, peint vers 1520-1540, Jacques Dewitte nous invite à réfléchir aux sources de l'identité européenne. À circonscrire ce lieu, l'Europe, perçu aujourd'hui comme exclusivement géographique alors que c'es...

Voir tous les livres de Jacques Dewitte

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

L'emprise que les langues totalitaires ont exercée sur l'esprit et la sensibilité des hommes constitue l'une des expériences les plus terrifiantes du XXe siècle. Une langue impose toujours une certaine vision du monde que chacun intériorise à son insu en la parlant. Comment rompre ce charme mortifère ? C'est la question que pose cet essai magistral à travers quatre grands témoins-penseurs : George Orwell, bien sûr, mais aussi Victor Klemperer et Dolf Sternberger (auteur d'un remarquable Dictionnaire de l'Inhumain), deux critiques implacables de la langue du IIIe Reich ; le poète polonais Aleksander Wat, enfin, confronté pour sa part à la perversité de la sémantique stalinienne. Tous ont montré par quels biais l'individu, d'abord captivé par la langue idéologique, pouvait retrouver les conditions d'une parole libre et ainsi redonner forme à sa propre expérience. Loin d'appartenir au passé, cette réflexion reste d'une brûlante actualité. En effet, quand la langue s'avachit et quand les clichés se mettent à penser à notre place, c'est aussi notre capacité à discerner et à éprouver qui s'étiole. Pauvreté langagière et pauvreté spirituelle vont de pair. Formidable exercice de désensorcellement, ce livre jette les bases d'une réflexion philosophique renouvelée sur la nature du langage et de la liberté humaine.