share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Commerce des regards

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Commerce des regards

Le Commerce des regards

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Commerce des regards"

Qu'est-ce que voir ? Qu'est-ce que dire ce que l'on voit ? Qu'est-ce que faire voir ? Qui dit ce qu'il faut voir ? Cette étude tente de dégager l'économie propre à l'image dans le marché des visibilités auquel tout concourt aujourd'hui à la réduire. La passion de l'image est indissociable en Occident du destin iconique de la Passion christique. Cette passion ne s'est pas contentée d'articuler l'image à la doctrine de l'incarnation, elle a fait aussi l'objet d'un traitement institutionnel. Décider d'une image est l'affaire d'un commerce, celui des êtres de parole qui ne cessent de faire circuler tous les signes qui produisent un monde commun. L'économie du visible est un choix politique, celui du partage des goûts et des dégoûts, donc des formes sensibles où se jouent les figures de l'amour et de la haine, donc d'une humanité qui reste toujours à construire.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 256  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.8cmx21.6cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : L'ordre philosophique
  • ISBN :  202054170X
  • EAN13 :  9782020541701
  • Classe Dewey :  194
  • Langue : Français

D'autres livres de Marie-José Mondzain

L'image peut-elle tuer ?

Nos écrans de télé-vision ne cessent de déverser des images terribles, dont la violence nous paralyse. Marie José Mondzain nous invite ici à sortir de cette passivité. Avant de dénoncer le pouvoir de l'image et de chercher à protéger nos enfants, intéressons-nous un peu à l'histoire [...

La mode

C'est dans le regard des autres que nous construisons notre identité. S'appuyer sur ce regard, le désirer et vouloir être désiré, reconnu, aimé, sont autant de sentiments qui font naître des gestes, qui font choisir des formes, inventer des choses qui deviennent ce qu'on appelle la mode. Mais...

Images (à suivre)

"N'importe quelle vie est d'une certaine façon un film, à la fois déroulement ininterrompu qui va de naissance à trépas, mais aussi réseau fragmenté de trajets aléatoires". Ce livre est consacré à la poursuite, voire à la persécution, aussi bien dans les obstinations de la pensée, que d...

Voir tous les livres de Marie-José Mondzain

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Qu'est-ce que voir ? Qu'est-ce que dire ce que l'on voit ? Qu'est-ce que faire voir ? Qui dit ce qu'il faut voir ? Cette étude tente de dégager l'économie propre à l'image dans le marché des visibilités auquel tout concourt aujourd'hui à la réduire. La passion de l'image est indissociable en Occident du destin iconique de la Passion christique. Cette passion ne s'est pas contentée d'articuler l'image à la doctrine de l'incarnation, elle a fait aussi l'objet d'un traitement institutionnel. Décider d'une image est l'affaire d'un commerce, celui des êtres de parole qui ne cessent de faire circuler tous les signes qui produisent un monde commun. L'économie du visible est un choix politique, celui du partage des goûts et des dégoûts, donc des formes sensibles où se jouent les figures de l'amour et de la haine, donc d'une humanité qui reste toujours à construire.