share_book
Envoyer cet article par e-mail

Par les champs et les grèves

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Par les champs et les grèves

Par les champs et les grèves

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Par les champs et les grèves"

    " Saint-Malo, bâti sur la mer et clos de remparts, semble, lorsqu'on arrive, une couronne de pierres posée sur les flots dont les mâchicoulis sont les fleurons. Les vagues battent contre les murs où, quand il est marée basse, déferlent à leurs pieds sur le sable. De petits rochers couverts de varechs surgissent de la grève à ras du sol, comme des taches noires sur cette surface blonde. Les plus grands, dressés en rang à pic et tout unis, supportent de leurs sommets inégaux la base des fortifications, en prolongeant ainsi la couleur grise et en augmentant la hauteur. Au-dessus de cette ligne uniforme de remparts, que çà et là bombent des tours et que perce ailleurs l'ogive aiguë des portes, on voit les toits des maisons serrés l'un après l'autre, avec leurs tuiles et leurs ardoises, leurs petites lucarnes ouvertes, leurs girouettes découpées qui tournent, et leurs cheminées de poterie rouge dont les fumignons bleuâtres se perdent dans l'air. " Gustave Flaubert

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 310  pages
    • Dimensions :  1.8cmx10.8cmx16.8cm
    • Poids : 117.9g
    • Editeur :   Pocket Paru le
    • Collection : Pocket
    • ISBN :  2266112201
    • EAN13 :  9782266112208
    • Classe Dewey :  914.410463
    • Langue : Français

    D'autres livres de Gustave Flaubert

    Madame Bovary

    C'est l'histoire d'une femme mal mariée, de son médiocre époux, de ses amants égoïstes et vains, de ses rêves, de ses chimères, de sa mort. C'est l'histoire d'une province étroite, dévote et bourgeoise. C'est, aussi, l'histoire du roman français. Rien, dans ce tableau, n'avait de quoi ...

    Prix : 49 DH
    Un coeur simple

    Prix : 39 DH

    Madame Bovary

    Emma Bovary is a bored housewife who indulges her romantic fantasies with a series of adulterous affairs. Charged with obscenity when first published, the novel became a literary scandal and a bestseller. THIS ENRICHED CLASSIC EDITION INCLUDES: - A concise introduction that gives the reader ...

    Prix : 36 DH
    Mémoires d'un fou

    " A toi mon cher Alfred, ces pages sont dédiées et données. Elles renferment une âme toute entière. Est-ce la mienne ? Est-ce une autre ? [...] rappelle-toi que c'est un fou qui a écrit ces pages [...] " Pourquoi se dire " fou " ? Dans ce roman hybride où se côtoient apostrophes au lecteur, ...

    Prix : 23 DH

    Voir tous les livres de Gustave Flaubert

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    " Saint-Malo, bâti sur la mer et clos de remparts, semble, lorsqu'on arrive, une couronne de pierres posée sur les flots dont les mâchicoulis sont les fleurons. Les vagues battent contre les murs où, quand il est marée basse, déferlent à leurs pieds sur le sable. De petits rochers couverts de varechs surgissent de la grève à ras du sol, comme des taches noires sur cette surface blonde. Les plus grands, dressés en rang à pic et tout unis, supportent de leurs sommets inégaux la base des fortifications, en prolongeant ainsi la couleur grise et en augmentant la hauteur. Au-dessus de cette ligne uniforme de remparts, que çà et là bombent des tours et que perce ailleurs l'ogive aiguë des portes, on voit les toits des maisons serrés l'un après l'autre, avec leurs tuiles et leurs ardoises, leurs petites lucarnes ouvertes, leurs girouettes découpées qui tournent, et leurs cheminées de poterie rouge dont les fumignons bleuâtres se perdent dans l'air. " Gustave Flaubert