share_book
Envoyer cet article par e-mail

Abbas Kiarostami : Le cinéma à l'épreuve du réel

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Abbas Kiarostami : Le cinéma à l'épreuve du réel

Abbas Kiarostami : Le cinéma à l'épreuve du réel

Collectif,   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Abbas Kiarostami : Le cinéma à l'épreuve du réel"

    Platon déjà avait entrepris de penser le rapport de l'image au réel, ouvrant la voie à une riche tradition spéculative : il le faisait, bien sûr, en philosophe. Ouvreur de chemins, arpenteur de formes, le cinéaste iranien Abbas Kiarostami - sans conteste un des artistes les plus importants de ces trente dernières années - n'a cessé dans son domaine de se confronter à cette problématique majeure. A l'origine sans nul doute de cet attachement au réel : les productions pédagogiques du jeune Kiarostarni dans le cadre du département de cinéma du Kanun, qu'il fonde en 1970 sous le régime du Shah et où il signe son premier court métrage, le Pain et la rue. Suivront une vingtaine de films de facture plutôt réaliste avant que l'Europe ne découvre Où est la maison de mon ami ?, premier volet d'une trilogie qui, avec Et la vie continue... et Au travers des oliviers, le hisse bientôt au rang international. Palme d'or pour le Goût de la cerise en 1997, Abbas Kiarostami se tourne ensuite vers les technologies numériques naissantes et signe deux films qui prouvent sa grande indépendance vis-à-vis du monde professionnel et son désir de liberté jamais entamé :ABCAfrica en 2001 et Ten en 2002, deux films où la question du réel se voit reformulée par l'entremise d'un dispositif réduit à l'essentiel. Ce volume réunit un ensemble de réflexions de spécialistes mondiaux de Kiarostami ; à la faveur de thématiques qui nous sont apparues essentielles (matière, présence, durée, humanité, paysage, jeu, désir), il entend poser la question prégnante du réel à l'oeuvre dans le travail du cinéaste. Réel que les films mêmes de Kiarostami invitent à ne pas envisager de façon trop étroite : il est certes en question dans la difficulté de l'artiste à en définir l'essence, mais aussi dans sa difficulté à se dire, à laisser sa trace dans l'acte de création.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 239  pages
    • Dimensions :  1.6cmx16.4cmx23.4cm
    • Poids : 539.8g
    • Editeur :   Yellow Now Paru le
    • Collection : Côté cinéma
    • ISBN :  2873402261
    • EAN13 :  9782873402266
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Platon déjà avait entrepris de penser le rapport de l'image au réel, ouvrant la voie à une riche tradition spéculative : il le faisait, bien sûr, en philosophe. Ouvreur de chemins, arpenteur de formes, le cinéaste iranien Abbas Kiarostami - sans conteste un des artistes les plus importants de ces trente dernières années - n'a cessé dans son domaine de se confronter à cette problématique majeure. A l'origine sans nul doute de cet attachement au réel : les productions pédagogiques du jeune Kiarostarni dans le cadre du département de cinéma du Kanun, qu'il fonde en 1970 sous le régime du Shah et où il signe son premier court métrage, le Pain et la rue. Suivront une vingtaine de films de facture plutôt réaliste avant que l'Europe ne découvre Où est la maison de mon ami ?, premier volet d'une trilogie qui, avec Et la vie continue... et Au travers des oliviers, le hisse bientôt au rang international. Palme d'or pour le Goût de la cerise en 1997, Abbas Kiarostami se tourne ensuite vers les technologies numériques naissantes et signe deux films qui prouvent sa grande indépendance vis-à-vis du monde professionnel et son désir de liberté jamais entamé :ABCAfrica en 2001 et Ten en 2002, deux films où la question du réel se voit reformulée par l'entremise d'un dispositif réduit à l'essentiel. Ce volume réunit un ensemble de réflexions de spécialistes mondiaux de Kiarostami ; à la faveur de thématiques qui nous sont apparues essentielles (matière, présence, durée, humanité, paysage, jeu, désir), il entend poser la question prégnante du réel à l'oeuvre dans le travail du cinéaste. Réel que les films mêmes de Kiarostami invitent à ne pas envisager de façon trop étroite : il est certes en question dans la difficulté de l'artiste à en définir l'essence, mais aussi dans sa difficulté à se dire, à laisser sa trace dans l'acte de création.