share_book
Envoyer cet article par e-mail

Abbas Kiarostami, le cinéma revisité

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Abbas Kiarostami, le cinéma revisité

Abbas Kiarostami, le cinéma revisité

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Abbas Kiarostami, le cinéma revisité"

    La découverte des premiers films d'Abbas Kiarostami tels que Où est la maison de mon ami? (1987) fut l'objet d'un engouement immédiat d'une part importante de la critique occidentale qui s'empressa de souligner la parenté de son oeuvre avec le Néoréalisme italien. Dans le même temps, force était de constater que l'esthétique et le récit des films de Kiarostami révélaient des influences de la culture iranienne ancestrale telles que la miniature persane et les poèmes mystiques. Ainsi, d'emblée, l'oeuvre se présentait comme située à la croisée de plusieurs chemins, géographiques, esthétiques et historiques complexes à articuler. Les films plus récents tels que Le Goût de la cerise (1997), Le Vent nous emportera (1999) ou Ten (2002) ont encore enrichi cette problématique de par l'épure de leur stylistique et l'évolution du dispositif (avec, notamment pour Ten, le recours à la vidéo digitale grand public), recoupant des questions essentielles concernant le cinéma contemporain (perte d'aura, maniérisme, minimalisme, place du spectateur). Cette étude des lignes de force de l'oeuvre d'Abbas Kiarostami prise sous ses multiples facettes (films, vidéos, installations, poèmes, opéra) est traversée par un double objectif : tenter d'en saisir, sous l'apparent dépouillement, la complexité cachée en prenant en compte la manière dont elle s'inscrit dans un contexte particulier - l'Iran d'avant et après la prise de pouvoir par les Mollahs en 1979 - qui l'amène à inventer une subtile logique de contournement de la censure. Elle offre aussi l'occasion de remettre à l'ouvrage la notion même de modernité dans une perspective plus vaste suscitée par l'oeuvre elle-même, incluant les champs de l'art et de la philosophie.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 322  pages
    • Dimensions :  2.0cmx17.0cmx20.4cm
    • Poids : 521.6g
    • Editeur :   Pu Rennes Paru le
    • Collection : Le Spectaculaire
    • ISBN :  2753510482
    • EAN13 :  9782753510487
    • Classe Dewey :  790
    • Langue : Français

    D'autres livres de Frédéric Sabouraud

    L'adaptation au cinéma

    L'adaptation des œuvres littéraires en films est un sujet de prédilection pour comprendre la place qu'occupe aujourd'hui le cinéma et pour réfléchir sur deux pratiques familières et dissemblables : celle du lecteur et celle du spectateur. Dès ses débuts, le cinéma adapte à l'écran des...

    Voir tous les livres de Frédéric Sabouraud

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    La découverte des premiers films d'Abbas Kiarostami tels que Où est la maison de mon ami? (1987) fut l'objet d'un engouement immédiat d'une part importante de la critique occidentale qui s'empressa de souligner la parenté de son oeuvre avec le Néoréalisme italien. Dans le même temps, force était de constater que l'esthétique et le récit des films de Kiarostami révélaient des influences de la culture iranienne ancestrale telles que la miniature persane et les poèmes mystiques. Ainsi, d'emblée, l'oeuvre se présentait comme située à la croisée de plusieurs chemins, géographiques, esthétiques et historiques complexes à articuler. Les films plus récents tels que Le Goût de la cerise (1997), Le Vent nous emportera (1999) ou Ten (2002) ont encore enrichi cette problématique de par l'épure de leur stylistique et l'évolution du dispositif (avec, notamment pour Ten, le recours à la vidéo digitale grand public), recoupant des questions essentielles concernant le cinéma contemporain (perte d'aura, maniérisme, minimalisme, place du spectateur). Cette étude des lignes de force de l'oeuvre d'Abbas Kiarostami prise sous ses multiples facettes (films, vidéos, installations, poèmes, opéra) est traversée par un double objectif : tenter d'en saisir, sous l'apparent dépouillement, la complexité cachée en prenant en compte la manière dont elle s'inscrit dans un contexte particulier - l'Iran d'avant et après la prise de pouvoir par les Mollahs en 1979 - qui l'amène à inventer une subtile logique de contournement de la censure. Elle offre aussi l'occasion de remettre à l'ouvrage la notion même de modernité dans une perspective plus vaste suscitée par l'oeuvre elle-même, incluant les champs de l'art et de la philosophie.