share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Procès

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Procès

Le Procès

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : 55,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le Procès"

    On raconte que c'est grâce aux éditions clandestines du samizdat - et donc, sans nom d'auteur - que fut introduite en Union soviétique la traduction du Procès. Les lecteurs pensèrent, dit-on, qu'il s'agissait de l'œuvre de quelque dissident, car ils découvraient, dès le premier chapitre, une scène familière : l'arrestation au petit matin, sans que l'inculpé se sût coupable d'aucun crime, les policiers sanglés dans leur uniforme, l'acceptation immédiate d'un destin apparemment absurde, etc. Kafka ne pouvait espérer une plus belle consécration posthume. Et pourtant, les lecteurs russes se trompaient. Le projet de Kafka n'était pas de dénoncer un pouvoir tyrannique ni de condamner une justice mal faite. Le procès intenté à Joseph K., qui ne connaîtra pas ses juges, ne relève d'aucun code et ne pouvait s'achever ni sur un acquittement ni sur une damnation, puisque Joseph K. n'était coupable que d'exister. Crime capital et à la fin du livre, deux " messieurs " l'emmèneront dans une carrière abandonnée et le tueront " comme un chien ".

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 384 pages
    • Dimensions :  1.5cmx11.0cmx17.9cm
    • Poids : 181.4g
    • Editeur :   Gallimard Paru le
    • Collection : Folio classique
    • ISBN :  2070378403
    • EAN13 :  9782070378401
    • Classe Dewey :  833.912
    • Langue : Français

    D'autres livres de Franz Kafka

    La Métamorphose

    La Métamorphose révèle une vérité méconnue, les conventions disparaissent, les masques tombent. Le récit qui porte ce titre est un des plus pathétiques et des plus violents que Kafka ait écrits ; les effets en sont soulignés à l'encre rouge, les péripéties ébranlent les nerfs du ...

    Prix : 30 DH
    Le Château

    K. cherche à rencontrer son employeur afin de prendre ses fonctions. Quoi de plus courant ? A l'image de cette motivation, le langage de Kafka est simple et sobre, contrairement aux péripéties engendrées par ce désir pourtant banal, mais dont la réalisation dépend du château. Cet édifice s...

    Prix : 107 DH

    La métamorphose suivi de Dans la colonie pénitentiaire

    Bien entendu, lorsque Grégoire aperçoit son corps recouvert d'une carapace et constate que des pattes lui ont poussé dans la nuit, il croit à un mauvais rêve et ne s'inquiète pas outre mesure. Pourtant, la métamorphose est bien réelle. Elle est également évolutive. Étonnamment, Grégoire ...

    Prix : 25 DH
    Lettre au père

    Dans Folioplus classiques, le texte intégral, enrichi d'une lecture d'image, écho pictural de l'aeuvre, est suivi de sa mise en perspective organisée en six points. Mouvement littéraire : Comment écrire à Prague?. Genre et registre : La Lettre au père, correspondance privée ou littérature u...

    Prix : 42 DH

    Voir tous les livres de Franz Kafka

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    On raconte que c'est grâce aux éditions clandestines du samizdat - et donc, sans nom d'auteur - que fut introduite en Union soviétique la traduction du Procès. Les lecteurs pensèrent, dit-on, qu'il s'agissait de l'œuvre de quelque dissident, car ils découvraient, dès le premier chapitre, une scène familière : l'arrestation au petit matin, sans que l'inculpé se sût coupable d'aucun crime, les policiers sanglés dans leur uniforme, l'acceptation immédiate d'un destin apparemment absurde, etc. Kafka ne pouvait espérer une plus belle consécration posthume. Et pourtant, les lecteurs russes se trompaient. Le projet de Kafka n'était pas de dénoncer un pouvoir tyrannique ni de condamner une justice mal faite. Le procès intenté à Joseph K., qui ne connaîtra pas ses juges, ne relève d'aucun code et ne pouvait s'achever ni sur un acquittement ni sur une damnation, puisque Joseph K. n'était coupable que d'exister. Crime capital et à la fin du livre, deux " messieurs " l'emmèneront dans une carrière abandonnée et le tueront " comme un chien ".